C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3985 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 mars 2012

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

La gestion démocratique des foules.

Elle est bien raide celle-là  …  Ainsi donc, nos chers responsables nomment de ce doux vocable toutes les mesures prises par les force de l'ordre pour rester au service du citoyen tout en maintenant une discipline conforme aux besoins du pouvoir. Nous devinons qu'il y a dans cette façon de présenter le gants de fer, une jolie langue de velours qui a le don de m'intriguer à moins que l'on veuille m'exaspérer !

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Elle est bien raide celle-là  …

Ainsi donc, nos chers responsables nomment de ce doux vocable toutes les mesures prises par les force de l'ordre pour rester au service du citoyen tout en maintenant une discipline conforme aux besoins du pouvoir. Nous devinons qu'il y a dans cette façon de présenter le gants de fer, une jolie langue de velours qui a le don de m'intriguer à moins que l'on veuille m'exaspérer !

Ça commence fort mal d'ailleurs et d'entrée nous plongeons dans la dérive la plus abominable de cette société libérale : la gestion. Ce mot nous est servi à toutes les sauces, à l'école, au sport, en économie, en politique, dans l'effort et bientôt le réconfort, nous devrions passer le plus clair de notre temps à « Gérer » tout et n'importe quoi.

En la matière, cette gestion est d'abord et avant tout une belle affaire économique aux vendeurs de joyeuseté sécuritaire dont on ne cesse d'équiper nos gens d'armes et de gadgets. À la bonne vieille matraque qui demeure une valeur sûre même si elle est parfois assommante, il faut maintenance ajouter les armes dites non létales ou ce qui est plus joli encore au royaume des belles intentions lexicales : « sublétales ».

Ne pensez pas pourtant que les intentions soient nobles et pacifiques. Les états sublétaux désignent ce qui est proche de la mort et en médecine on y sous-entend qu'on a administré une dose toxique proche de celle qui pourrait produire la mort du sujet ainsi «soigné» (« traité » dirait notre ministre de l'intérieur qui se pique d'humour parfois). Nous sommes rassurés d'autant que ce joyeux arsenal est destiné à contenir une foule, donc forcément un grand nombre !

Mais ne soyons pas ici mauvaise langue, il se pourrait qu'il y ait réaction disproportionnée de nos services de maintien de l'ordre de la toile à coup de « taser », l'arme destinée à faire taire les chroniqueurs hostiles ! La panoplie du soldat de la paix (c'est d'ailleurs assez curieux que plus personne ne désigne les agents sous cette appellation agréable à nos oreilles : « Gardien de la paix », une hirondelle ne faisant depuis longtemps plus les printemps révolutionnaires), est multiple et variée.

L'ingéniosité humaine n'ayant pas de limite dès qu'il s'agit de semer la peur et la presque mort : balles en caoutchouc pour manifestation sur terrain glissant, Flash ball pour intervenir lors des rencontres sportives, canon à eau pour refroidir les ardeurs, gaz paralysants pour les mouvements incontrôlés, armes à micro-ondes pour cuisiner les foules ou mitonner les belles provocations, canon à sons pour mieux nous faire entendre raison !

Mais, nous ne devons nous plaindre, tout ceci est mis en œuvre dans une louable intention démocratique, dans le respect des gens qu'on va tabasser, assommer, disperser, assourdir, asphyxier et presque occire. La commande est précise, leur loi est leur limite, la loi du plus fort sans doute. La légitimité républicaine de l'usage de la force est en marche. On peut trembler d'effroi d'ailleurs à l'idée qu'il puisse y avoir des méthodes non démocratiques de la gestion des foules où le létal règne en maître absolu. La Syrie nous montre la voie dans cette technique simplifiée et fort expéditive qui peut facilement trouver écho chez nos tenants de la discipline absolue....

Enfin, il faut apprécier la considération linguistique avec laquelle ils nous désignent : « Foule ». La peur est dans leur camp, il ne s'agit ni d'un groupe d'individus ou mieux encore de citoyens, ni d'une manifestation, encore moins d'un cortège ou d'un rassemblement. Que nenni, c'est une foule forcément dangereuse, nécessairement incontrôlée, possiblement hostile qui constitue immanquablement une menace de nature indéterminée pour la tranquillité des braves gens.

Alors, nos escouades guerrières de l'ordre établi se mettent en branle. Les hommes sont casqués, bottés, protégés derrière des boucliers, des plastrons, des protections multiples, ils portent tout ce qu'il faut pour faire peur et réduire au silence ceux qui viennent simplement pour s'exprimer ou faire la fête. Les voir ainsi équipés m'a toujours effrayé et je me suis toujours interrogé sur la nature exacte d'une telle démonstration de force ! Serions-nous seulement des fauves et n'avons nous fait aucun progrès en matière de civilisation ?

MaintienDel'Ordrement leur.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI