C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3779 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 janv. 2022

Panne sèche

Le vide sidéral.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

De la vacuité textuelle ...


Est-ce la flambée des prix à la pompe mais ce matin, je suis en panne sèche. Les mots viennent à me manquer. Se sentent-ils trop lourds avec toutes ces taxes qui viennent priver le lecteur de voyager à sa guise. Le pouvoir du reste ne favorise pas l'évasion livresque lui qui met en avant l'électrique à la place de l'éclectisme. Nous ne sommes pas au bout de nos peines : bientôt nous ne pourrons plus lire que les écrivains des lumières.

À moins que pour sauver des arbres, le livre papier soit prochainement dans la liste noire des produits mis à l'index. Il est certes préférable d'utiliser la liseuse, qui n'a nullement recours à une armada de métaux rares. Je me trouve dans une impasse et ces interrogations me laissent sur ma réserve. Je n'avance plus, je reste en tête de chapitre sans entrain ni billet pour passer à la ligne.

Faire le point eût été préférable, chercher de nouvelles sources d'inspiration et d'énergie pour m'inscrire dans l'air du temps, de cette production livresque qui fait la part belle, curieusement, aux ouvrages voués à la mort immédiate. Le durable n'a donc plus sa place pour ce qui jadis était gravé dans le marbre. L'auteur, autrefois avait la postérité comme lointaine perspective, il lui faut aujourd'hui songer à la notoriété pour se trouver en tête de gondole avec des inepties.

J'attends que cette panne sèche et s'assèche ! Attitude aussi stupide que vaine puisque depuis belle lurette, l'encre n'est plus à l'ordre du jour. L'écran plat est incapable de tendre des épingles pour laisser sécher les lignes. Rien ne sert de prendre le temps qui n'est plus à la mode, ni de s'accorder la réflexion ou relecture. Le texte aussitôt écrit voyage sur la vague, qu'importe s'il soit suffisamment pertinent pour ne pas prendre l'eau ou la tempête. Il est même conseillé de faire des vagues pour accroître son audience.

Dans ce contexte, la panne sèche est des plus paradoxales. Je me noie dans un verre d'eau, je sombre dans une crise égocentrique avec des mots en travers de la gorge. C'est le naufrage le plus désolant qui soit. Je n'ai plus qu'à bien choisir le mot de la fin pour tirer ma référence en beauté. Écriveur solitaire, je ramais à contre-courant tandis que j'avais l'illusion d'avoir mis le pied à l'encrier pour l'éternité.

Me voilà devant une panne blanche qui fera écho à un écran vide. J'ai soudain le vertige devant ce vide sidéral qui se profile. Je ne vais certes pas sombrer dans la facilité de l'heure en prenant partie pour une idéologie, une confession, un courant sociétal, un régime ou bien un nouveau genre. Je conserve ma dignité de phraseur de l'inutile, ne cherchant nullement à faire des émules.

Je me garderai bien de vous proposer la vie extraordinaire et merveilleuse de mes animaux domestiques, les pensées intimes de mon poisson rouge, la dernière balade que j'ai pu effectuer ou toutes ces sornettes qui alimentent les data bien mieux que moi. La panne sèche me laisse en plan tandis que pour éviter les clichés, je me garde bien de remplacer les phrases par des images.

Je n'ai plus qu'à me taire quoique la formule ne convienne pas encore à tout un chacun. Les assistants vocaux ne sont pas encore généralisés. Mais bientôt la lecture ne sera plus à l'ordre du jour. Alors à quoi bon écrire des inepties pour les confier à un robot sans expression ni sensibilité ? Au commencement était le verbe, Dieu avait même prit la peine de graver ses commandements sur la pierre, ignorant ; tout grand créateur qu'il fut, que l'écran allait rendre caduque ses malheureuses pierres érodées. Nous en avons fini avec la civilisation de l'écrit, c'est donc ce que me signifie cette panne sèche qui me laisse sur le bord du chemin.

Je n'ai plus qu'à tendre le pouce pour qu'un Youtubeur me prenne à son bord afin de profiter de l'aspiration, de n'être qu'un suiveur qui suce les roues de la modernité. Les mots dits ont pris le contrôle, les mots lus iront tout droit en enfer.

À contre-temps.

Le funambule de l'inutile © C'est Nabum

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le stade grotesque (la langue du néolibéralisme)
[Rediffusion] Récemment, je suis tombée sur une citation de la ministre déléguée à l’industrie, Agnès Pannier-Runacher... Il y a beaucoup de façons de caractériser le capitalisme actuel. À toutes définitions politiques et économiques, je propose d'ajouter la notion de grotesque.
par leslie kaplan
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes