C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3985 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 sept. 2022

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Notre plat pays

Point de vin, même pour la messe.

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le bon grain et l'ivraie

Notre territoire peut s'enorgueillir de disposer de ce qui fut le grenier à blé du royaume. La chose ne devrait cependant être trop ébruitée, il se pourrait que l'ogre des Carpates ne jette son dévolu sur cette riche plaine où les paysans d'autrefois aimaient à se protéger les pieds avec des chaussettes russes. Il se peut que Vladimir y voit là un motif suffisant pour en réclamer l’annexion. Si par malheur, il lui venait aux oreilles que la culture des fleurs de crochus pour extraire le safran reprenait de sa vigueur d'antan, il n'en faudrait pas plus pour qu'il vienne se sucrer au pays de la betterave.

© Louis-Joseph Soulas

Si mon propos semble incohérent c'est qu'il est difficile de prendre de la hauteur pour décrire ce plat pays dans lequel le regard s'évade à perte de vue. Fort heureusement, pour distraire l'automobiliste sous la menace d'une somnolence presque certaine, la brusque éruption des éoliennes est venue apporter un petit vent de fraîcheur dans ce paysage morne. Quand à prétendre qu'elles apportent aussi un peu d'eau à mon moulin à paroles, ce serait faire peu de cas de la ponction excessive que l'agriculture intensive s'autorise dans l'immense nappe de Beauce.

Mais revenons à nos moutons, ceux de Beauce que la production de céréales et de betteraves est venue leur manger la laine sur le dos. La richesse jadis de ces terres chargées de limons et de marnes n'est plus à démontrée. L'appétit des céréaliers et celui plus récent des betteraviers ont taillé des croupières à ces pauvres agneaux qui après le remembrement durent plier pâturage afin de s'exiler en Nouvelle-Zélande.

© Luis-Jpseph Soulas

Le loup ayant depuis plus d'un siècle et demi cessé de semer la terreur et de nourrir les veillées au coin du feu, il n'y avait plus rien à se mettre sur la dent pour raconter ce territoire aux mains d'une agriculture soucieuse d'enrichir l'industrie phytosanitaire. Qu'il ne soit plus guère possible d'y boire de l'eau de robinet, n'est qu'un petit effet collatéral. Il eut été possible de mettre un grand peu de vin dans cette eau si la culture de la vigne avait résisté aux exigences fiscales des moines d'Orléans, ce qui ne fut hélas pas le cas.

Le chapitre de Sainte-Croix se trouva fort contrarié, au XIII° siècle quand la Beauce se couvrit de vignobles. Si pour dire la messe, le vin est indispensable, c'est en fort petite quantité. Point n'était donc besoin de sacrifier les substantiels bénéfices de la dîme que rapportait le blé au détriment d'une taxe sur le vin de moins bon rapport. Les moines en dépit d'un vœu d'abstinence ont toujours été à cheval sur les rapports, d'où la fameuse position du missionnaire fiscal.

© Louis-Joseph Soulas

C'est donc le blé qui rapportait le maximum d'oseille dans ce curieux pays. Il est bien délicat de faire fructifier son capital en dehors des silos qui sont devenus, au fil du temps cet autre relief qui sert de point de repère. La vie pouvait ainsi se poursuivre jusqu'à ce que les terres devinssent totalement stériles à force de pousser toujours plus les rendements, quand un nouveau débouché vint faire mousser la gourmandise locale.

© Louis-Joseph Soulas

La bière ayant le vent en poupe, elle donna un bon petit coup de pompe pour relancer une industrie locale qui manquait de gaz. Le Reinheitsgebot ou « loi de pureté de la bière » qui vit le jour en 1516 en Bavière fut la plus ancienne loi de protection du consommateur. Édictée par Guillaume IV de Bavière, elle précisait alors les ingrédients autorisés dans une bière : du houblon, de l’orge (ou du froment pour les bières blanches), de l'eau… et rien d’autre ! La levure n’est pas mentionnée car on ignorait son existence à cette époque. Cette loi désormais bafouée, on peut y ajouter toute sorte d'ingrédients pour constituer un produit spécifique qui attirera le chaland et permettra de faire son beurre. La Beauce n'échappe pas à ce grand flot de bières qui couvrent nos campagnes.

Ne sachant plus quoi raconter sur ce charmant territoire, j'ai bien peur qu'en toute logique géographique, ce texte ne tombe à plat. Je vous laisse donc à la contemplation du paysage sans qu'il soit nécessaire de lever les yeux au ciel.

À contre-relief

© Louis-Joseph Soulas

Illustrations : Louis-Joseph SOULAS

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez