C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

3667 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 nov. 2021

Il n'y a pas de quoi s'emballer !

Peau de balle et conditionnement…

C’est Nabum
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faites le choix qui s'impose ...

Il fut un temps si lointain que les consommateurs avisés d'une planète en déliquescence ne peuvent l'imaginer, les humains réfléchissaient à deux fois avant que de commander un produit venu de loin. Non seulement se posait l'épineuse question du transport mais tout autant son corollaire du conditionnement. Si l'écriture est née de la nécessité d'annoter ce qui était ainsi transporté, l'emballage des marchandises constitua une incessante préoccupation pour les voituriers de toute condition.

Il est cependant évident que celui qui opte pour la caravane que ce soit à dos de chameau, dromadaire, mulet ou bien cheval n'a pas à envisager le problème de la même manière que l'intrépide qui opte pour un moyen de transport plus volumineux : charroi ou bien bateau. Dans le premier cas, le bât sera adapté à la bête tout autant qu'au produit, avec une limitation de la charge dépendant de la capacité de la bête de somme. Dans le second cas, si la place ne fait pas autant défaut, il convient d'envisager la protection de la marchandise. Le packaging allait naître sans porter ce vilain mot.

La notion de circuit court étant largement privilégiée à l'époque, seuls les produits introuvables sur place faisaient le voyage. La sagesse était encore de mise puisque le progrès n'avait pas encore frappé les esprits les plus retors. L'emballage supposait de peser les avantages et les inconvénients d'un choix qui devait s'avérer simple, économique et efficace.

Nous pouvons évoquer la jarre qui fut incontestablement la grande vedette de cette première ère de la circulation des marchandises pour tous les paiements en liquide. Comme on ne fait pas dans la demi-mesure, l'éléphant ne fut guère sollicité pour la chose, connaissant son peu de goût pour les magasins de porcelaine ou de terre cuite. L'osier, le cuir, la terre étaient ainsi les matériaux qui en ce temps faisaient un carton tandis que les amazones ne daignaient pas se préoccuper de ces tâches subalternes à leurs desseins guerriers.

L'amphore fait un tabac bien que ce produit demeurera longtemps inconnu chez nous. Elle permet de conditionner vin, huile, miel, bière, olives et fruits avec l'inconvénient qu'elle ne se cale pas aisément sur un bateau. Les phéniciens voyant les choses en grand inventèrent le bateau citerne, avec les Dolia, une vaste amphore pouvant contenir jusqu'à 2 500 litres. Sur certains navires, il y en avait jusqu'à quinze à bord de quoi largement étancher sa soif.

La fragilité de ce récipient attisa l'inventivité des commerçants. Le bois était préférable à la terre et le tonneau fit son entrée sur scène. L'orgueil gaulois dussé-je en souffrir, c'est une invention Suisse qui bouleversa le transport. Longtemps, il fut la grande vedette de l'emballage, se laissant rouler aussi aisément qu'il pouvait tenir droit contrairement à ceux qui en abusait quelque peu.

Pour les produits solides, la balle eut longtemps la primauté et avouons-le, ce n'était pas ballot. La simplicité du système n'avait d'égale que sa facilité d'utilisation. Une protection somme toute assez sommaire mais qui satisfaisait les besoins de l'époque. Le container ne tarda pas à rouler sa caisse en bois sur bien des ponts. Nous sommes encore loin cependant des monstres métalliques qui voguent désormais inlassablement sur un Océan de tristesse et de désolation.

Le carton attendait sournoisement son heure quand on le découvrit plus plastique et modulable que son confrère le bois. Ce fut un feu de paille ou de papier bulle car la matière plastique, synthétique et artificielle brûlait d'envahir la planète. Non seulement elle tenait et remplaçait même la corde mais en plus, elle avait l'incroyable capacité à créer des niveaux toujours plus grands de protection. Le suremballage n'avait plus de limite pour un commerce qui s'emballe tellement qu'il court à la perte de la Planète et à l'empoisonnement des eaux.

Au terme de ce papier qui je l'avoue n'est pas un cadeau, retrouvez la raison. Le paquet de Noël ou de toute autre occasion n'a pas besoin d'être emballé, il n'est pas utile non plus qu'il vienne de l'autre bout du monde. Revenez à l'essentiel, à la simplicité et à la proximité. Cette histoire du conditionnement s'est emballée pour la seule et unique raison que c'est vous qui avez subi un impitoyable conditionnement. Aux yeux de ces maudits marchands, vous n'êtes bon qu'à être roulé dans la farine. Tout cela n'est que de la poudre aux yeux.

À contre-temps.

Commander chez Amazon

C'est obérer l'avenir de la Planète

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier