Pourquoi l'accord législative entre la FI, le PCF, E ! n'est pas possible aujourd'hui

La rupture des négociations entre le PCF et la France Insoumise pour les législatives de juin 2017 est consommée à cette heure mais un accord globale est encore possible par une volonté strictement politique.

Le déclenchement des hostilités !

Lors du Référendum sur le Traité pour une Constitution Européenne (TCE) en 2005 proposé par le Président de la République Jacques Chirac, le PCF sous l'impulsion de Marie-George Buffet lança une campagne pour en dénoncer les méfaits et invita, cela est tout à son honneur, les partisans du NON à se joindre à lui et partagea son temps de parole avec Jean-Luc Mélenchon (PS), José Bové, Olivier Besancenot (LCR)… Des dirigeants socialistes, Laurent Fabius, Henri Emmanuelli, Manuel Valls, Vincent Peillon.

Les partisans du OUI furent l'UMP, l'UDF, le PS et les Verts. Le Non l'emporta avec 54,7% des voix avec une participation de 70%.

http://www.humanite.fr/constitution-europeenne-le-peuple-bouscule-les-pronostics-575364

C'est à cette occasion qu'à gauche fût mis en lumière le choix stratégique d'une politique anti-libérale pendant que le PS faisait une campagne agressive pour inciter la population à voter OUI au TCE afin de mettre en œuvre une politique ultra-libérale gravée dans le marbre de ce traité.

C'est à mon avis à ce moment là que les soutiens au NON au TCE membres et dirigeants du PS auraient dû trancher la question du positionnement de leur parti et le quitter éventuellement en 2005. Ils ne l'ont pas fait. JLM l'a quitté en 2008 après le congrès de Reims.

Le PCF n'a pas pris entièrement la mesure que le Parti Socialiste, en se positionnant pour le OUI au TCE, avait définitivement rompu avec l'essence même de ce qu'est une organisation ou un parti politique de gauche et progressiste et n'en a pas tiré les conséquences politiques de son lien historique avec ce dernier et notamment en continuant inlassablement son alliance dans les exécutifs et dans la gestion des Collectivités Territoriales (CT) avec le PS et ce, encore aujourd'hui.

C'est pour cela que le PCF est partagé entre continuer à négocier en permanence avec le PS ou au contraire rompre définitivement avec celui-ci lors des élections des CT malgré son combat contre la politique du Hollande/Ayrault/Valls au Parlement (Assemblée Nationale et Sénat où il fait un grand travail de résistance depuis 2012) et ainsi reconstruire une force autonome et indépendante vis à vis de ce dernier (le PS) et s'engager pleinement dans le FDG et maintenant la France Insoumise ! On retrouve cette même problématique entre EELV et le Parti Socialiste.

Aujourd'hui, le PCF tergiverse encore entre trouver des accords avec EELV et le PS et s'engager pleinement dans la dynamique de la FI et le score historique de 19,58% de JLM. Le PCF avance comme argument principal l'obligation de signer la charte de la FI pour trouver un accord aux élections législatives de juin 2017. Cet argument n'est pas recevable ! Pourquoi ?

Les propres statuts du PCF stipulent : « article 20. Les élu-e-s : Les élu-e-s communistes se regroupent, avec d'autres élu-e-s qui le souhaitent, dans l'Association nationale des élu-e-s communistes et républicains (ANECR). (…) La coopération et l'échange régulier entre les élu-e-s communistes et les différentes instances du Parti à tous les niveaux - dans le respect du rôle de chacun-e - contribuent à enrichir la réflexion, les propositions et l'efficacité des uns et des autres ».

Par ailleurs, les statuts de l'ANECR précisent :  Article 4 « définir et mettre en œuvre des initiatives propres des élu-e-s qui en s’inspirant des valeurs de gauche et de l’apport de chacune et de chacun-e de ses adhérent-e-s contribuent à faire prévaloir des avancées libératrices et à changer la société. Des initiatives qui se nourrissent des travaux du Parti communiste français ».                                                     http://www.pcf.fr/sites/default/files/statuts-pcf-adoptes-36-congres.pdf

http://www.elunet.org/spip.php?article6432

Ces 2 entités statutaires font bien offices de charte et engagent les élu(e)s du PCF au même titre que la charte de la FI engagent les futurs élu(e)s aux législatives de juin 2017 et notamment « respecter la discipline de vote du groupe lorsqu’une décision collective a été prise conformément au programme l’Avenir en commun ». Ce qui est la moindre des choses quand les candidat(e)s sont élu(e)s sur un programme précis. https://lafranceinsoumise.fr/campagnes/campagne-legislatives-2017/charte-candidat-e-s/

Par ailleurs, une charte a bien été accepté par tous les candidats à l'élection régionale de 2015 en Occitanie y compris par ceux du PCF ! Alors ?

Pour ce qui concerne les versements financiers de l’État ? Là encore l'argument est irrecevable car la charte de la FI avance « se rattacher à l’association de financement « La France insoumise » lors du dépôt de candidature, ce qui inclut la possibilité d’accords de reversement entre cette association de financement et les candidats ou le groupement politique particulier qu’ils désigneront pour la première comme pour la seconde fraction du financement public » !

Alors, il existe bien un désaccord entre le PCF et la FI mais il est d'ordre strictement politique. Le PCF est porteur de son programme « La France en Commun » tandis que la FI celui de « L'Avenir en Commun et ses Livrets Thématiques ».

Comment résoudre cette problématique ?

Dans un premier temps, les candidatures potentiels du PCF et d'Ensemble ! peuvent intégrer la FI et signer la charte et ainsi peuvent être candidat(e)s aux législatives de juin 2017. Un accord national pourra être trouvé sur les proportions par organisations respectives. Par exemple : 60% FI (348 candidats), 30% PCF (174 candidats), 10% Ensemble ! (58 candidats). Dans le Gard, 3 titulaires et 4 suppléant(e)s FI, 2 titulaires et 1 suppléant(e)s PCF, 1 titulaires et 1 suppléant(e)s Ensemble !.

Dans un deuxième temps, après les législatives, un groupe de travail est constitué comprenant les commissions thématiques de la FI, du PG, du PCF et d'Ensemble ! afin de mettre en accord les programmes respectifs de chaque organisation politique et notamment la thématique économique (Traités Européens, Union Européenne, BCE, Zone Euro, fiscalité, salaires, contributions et cotisations sociales...) celle de la stratégie politique, notamment les relations avec les autres organisations et partis politiques (PS, EELV, PRG,...) et les alliances de gestion dans les Collectivités Territoriales et lors des prochaines élections de celles-ci.

Dans un troisième temps, un socle programmatique européen avec comme critère le Plan A Plan B sera constitué lors d'une conférence le jour anniversaire du Traité de Lisbonne afin de contester sa mise en application et proposer une alternative de coopération interne à une nouvelle construction européenne et coopération externe avec les continents africains et asiatiques et aussi l'Amérique du Sud.

Il est indispensable que la volonté politique de construction d'une réelle alternative aux politiques suivies par les Gouvernements et Présidents de la République depuis des décennies et notamment entre 2012 et 2017 (Hollande/Ayrault/Valls) l'emporte sur les tergiversations et incompréhensions successives de la part des organisations, partis politiques et personnalités qui se sont engagés pour lutter contre la mise en application du Traité de Lisbonne et sa genèse qu'est le TCE.

Camel Mekrez

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.