cammalnicolas@icloud.com
En recherche d'emploi - auteur amateur - musicien amateur
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juil. 2022

cammalnicolas@icloud.com
En recherche d'emploi - auteur amateur - musicien amateur
Abonné·e de Mediapart

L'étincelle Chapitre 3

Non pas des actualités mais plutôt un billet d'humeur complexe, raconté sous le format de la nouvelle. !!!Attention, l'histoire est fictive!!!

cammalnicolas@icloud.com
En recherche d'emploi - auteur amateur - musicien amateur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

8 février - Services de la BRAV-M

« Il pouvait pas genre se la fermer ce con? » tonna le Divisionnaire. 

Il n’avait pas décoléré depuis l’allocution du Président et les agents présents faisaient de leur mieux pour éviter de croiser son regard. 

L’un des plus courageux du lot se décida à pousser la porte de son supérieur. 

« Patrick, si tu viens me déranger pour rien, je te préviens que ça va chier!

- Commissaire, ça fait deux jours que vous beuglez, je viens juste mesurer votre tension.

- Rah, m’emmerdes pas avec ça! »

Le Divisionnaire se battait avec des problèmes d’hypertension depuis plusieurs mois déjà et ses hommes ne résistaient que rarement à l’idée de le chambrer. 

Mais Patrick savait également qu’une blague bien placée parvenait souvent à rendre l’atmosphère plus supportable. 

« Plus sérieusement, Serge, je sais que la situation te fout en boule, mais il faudrait vraiment que tu respires.

- Écoute, Patrick, il y’a déjà des manifestants qui descendent dans la rue au moment où on parle. Ce n’est qu’une question de temps avant qu’on nous y renvoie. Ça va encore être à nous de nous taper le boulot de merde. Tu as envie d’y retourner, toi? Cavaler entre deux rangées de manifestants? 

- Non, pas tellement, mais si c’est le taff qu’on nous donne, c’est le taff qu’on devra faire.

- Putain mais grandis un peu. Tu veux te reprendre les torrents de merde qu’on s’est ramassés pendant les manifs des gilets jaunes? Tu veux de nouveau te faire taxer de « brigade volante »?

- On a été exemplaires il y’a deux ans. Tous les policiers ou CRS ne peuvent pas s’en vanter, mais nous on a fait du bon boulot. 

- Mais tu crois qu’ils en ont quoi que ce soit à foutre? Un seul flic tire une balle de LBD dans la tête d’un manifestant et c’est toute la police qui est coupable. Et entre Castaner et Lallement qui légitiment presque le fait de tabasser des manifestants ou mentent carrément sans complexes devant les caméras, on va encore se trimbaler une réputation de barbouzes. 

- Serge, on n’a pas de gars comme ça ici. 

- Nos brigades ne sont pas éternelles, Patrick, qui te dit qu’on fera encore équipe demain? »

Le téléphone du Divisionnaire sonna alors, indiquant la sortie de Patrick de son bureau. 

Il ne fallut pas attendre longtemps pour entendre à nouveau la voix du Divisionnaire emplir les couloirs de la Brigade. 

Quelques instants plus tard, le divisionnaire sortait de son bureau et sonna le garde-à-vous. 

« Messieurs, plusieurs foyers de manifestations sont apparus dans l’arrondissement. En selle, vous allez recevoir vos ordres de déploiement. »

Et en moins de dix minutes, les motos sortaient du garage. Patrick faisait parler sa science de la conduite, se faufilant dans la circulation et prenant tous les raccourcis qu’ils connaissait. 

Ainsi, quelques instants plus tard, les équipages de la BRAV-M arrivèrent sur les lieux d’une première manifestation. Patrick avisa les regroupements, pas de débordements visibles, des pancartes, un feu de Bengale. Rien de plus pour le moment. 

Les motocyclistes rejoignirent alors les équipages de CRS qui suivaient le défilé à petite distance. 

« Salut, lieutenant, comment se passe votre journée?

- La police montée! Pour l’instant, tout va bien. Ils sont calmes, ils gueulent et c’est à peu près tout. On en a eu un qui était plus nerveux que la moyenne, mais il s’est calmé dès qu’il nous a vu arriver. 

- Ouais, c’est dommage, d’ailleurs, répondit un autre CRS, une petite secousse ne lui aurait pas fait de mal. 

- Ta gueule, Pinson! Tu veux une autre corvée?

 - …

- Je m’en doutais. J’en ai de plus en plus des comme ça, dit le CRS à Patrick. Ils cherchent à se la donner avec presque n’importe qui. 

- Tiens-le en laisse, on a déjà assez à gérer comme ça.

- T’inquiètes pas pour ça ». 

Le début d’après-midi se passa sans incident particulier. Les équipages de la BRAV restaient à distance, ne cherchant à provoquer une montée de tension avec les manifestants. C’était vraiment la dernière chose à faire. Cette manifestation là avait été relativement improvisée, lancée à cause du discours présidentiel. Celles qui viendraient après, ce serait sans doute une autre histoire. 

Vu le niveau grogne générale, les syndicats ne se feraient pas prier longtemps et ce qui pouvait rester des gilets jaunes sortirait bientôt du fond de son trou. 

C’était ce qui inquiétait le plus Patrick. 

Même si d’un point de vue personnel, il comprenait très bien les revendications des gilets jaunes, il ne pouvait décemment pas cautionner les destructions qu’ils avaient causés. D’un autre côté, il avait assisté en direct au maintien de l’ordre version Castaner. Une image lui revenait souvent. 

C’était en Janvier 2019. 

Trois motos de la BRAV avaient rejoint des équipes de la DAR. Des manifestants avaient été nassés et la tension commençait à monter. Patrick et son coéquipier avaient tout juste eu le temps de prendre leurs consignes auprès du gradé de la DAR que tout partit en vrilles. 

Une explosion retentit derrière eux. Version officieuse, un des agents de la DAR avait accidentellement dégoupillé une grenade GLI-F4 et se rendant compte de son erreur, s’en débarrassa comme il le put. Elle explosa à cinq mètres des premiers manifestants. 

Il y eut un instant de flottement. Puis les premiers cris. Alors que quelques gilets jaunes étaient éloignés, secoués par l’explosion, d’autres s’étaient retournés vers le cordon de police, manifestement prêts à leur rentrer dans la gueule. 

Malgré leur entraînement, les forces de l’ordre ne parvinrent pas à se remettre en formation suffisamment vite quand la vague jaune vint les percuter. 

La confusion dura quelques minutes. Il y eut plusieurs jets de gaz lacrymogène et trois nouvelles explosions. Patrick était resté coincé entre sa moto au sol et une demi-douzaine de personnes, peinant à respirer avec tout son barda et son casque. Une main saisit la sienne, il s’y accrocha comme si sa vie en dépendait. Après quelques à-coups il fut enfin libéré et il réalisa que ce n’était autre qu’un gilet jaune qui venait de le tirer de là-dessous. 

« Venez m’aider, il y’en a encore qui sont coincés! » cria ce dernier.

Patrick, sans réfléchir, se joignit à l’effort. En regardant autour de lui, il vit ses collègues, à une bonne quinzaine de mètres et leur hurla de venir l’aider. Seuls deux d’entre eux le rejoignirent, les autres ne bougèrent pas un muscle.

En rentrant chez lui ce soir-là. Patrick se rendit compte qu’il était passé très près. Il se confia à sa femme, Lola. Cette dernière, elle-même officier de Police, fit de son mieux pour le rassurer. 

Elle, n’intervenait pas sur le terrain. Elle était de ceux qui donnaient les ordres depuis les centres de commandement. Si quelques-uns la taxerait de planquée, Patrick se sentait plus léger de la savoir là. 

Quand il retourna au travail, il ressentit pour la première fois ce phénomène dont il avait entendu parler sans vraiment le comprendre ou l’imaginer: la boule au ventre. Il avait peur d’y retourner. 

Puis, les jours devenant des semaines, elles-mêmes devenant des mois, il rangea cette peur dans un coin de sa tête. Faisant de son mieux pour l’y laisser.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Avec le nucléaire, la France s’aligne sur les stratégies industrielles d’États autoritaires
Moins de 10 % de l’électricité mondiale a été produite par du nucléaire en 2021, selon un rapport annuel de référence. La Chine et la Russie construisent le plus de réacteurs à l’uranium, plaçant la France en bien mauvaise compagnie démocratique, alors qu’elle veut lancer de nouveaux EPR.
par Jade Lindgaard
Journal
Iran : l’hymne à la révolte qui galvanise la jeunesse
À l’heure où les affrontements se font de plus en plus violents, comme à l’université Sharif de Téhéran et qu’une autre jeune fille a été battue à mort, la chanson « Pour », qui raconte simplement les désirs de liberté des manifestants, a recueilli plus de 40 millions de vues en deux jours.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Europe
Les Russes fuient vers le Kazakhstan, le président Tokaïev sur un fil face à la Russie
Plus de 200 000 citoyens russes sont entrés au Kazakhstan depuis le 21 février, et 50 000 y sont restés. Le président Kassym-Jomart Tokaïev tente de prendre ses distances avec le Kremlin sur le dossier ukrainien. Mais sa marge de manœuvre semble limitée, explique Michaël Levystone, spécialiste de l’Asie centrale.
par Laurent Geslin
Journal
En Tanzanie, TotalEnergies prépare une bombe climatique aux relents colonialistes
Les Amis de la Terre et Survie publient une enquête inédite sur un futur oléoduc du géant pétrolier français en Tanzanie. Ce projet écocidaire et néocolonial aura des impacts désastreux sur les plans humain, écologique et climatique. Mais la résistance s’organise.
par Mickaël Correia

La sélection du Club

Billet de blog
La grande nostalgie
Les nostalgiques de l'ère fasciste s'en donnent à cœur joie pour ressortir les reliques de l'époque. Dimanche matin à Porta Portese, le plus grand marché aux puces de la capitale, j'ai trouvé un choix impressionnant de memorabilia de l'ère Mussolini.
par D Magada
Billet de blog
Après les élections, vers le post-fascisme
Aujourd'hui, en Italie, l'institutionnalisation du fascisme va porter l'agression raciste et patriarcale à un niveau supérieur. Avec cette combinaison du fascisme et de la technocratie, le gouvernement Meloni ne sera probablement pas simplement un gouvernement Draghi plus raciste. Nous verrons dans quelle mesure les alliances internationales, l'Union européenne et la Présidence de la République pourront limiter et contenir les dégâts. 
par Bruno Montesano
Billet de blog
Ouvrir les yeux sur le fascisme qui vient
Un peu partout, « la loi et l’ordre » s’imposent, sous une forme directement inspirée des années 40 comme Italie, ou de façon plus insidieuse, comme chez nous. De L’écofascisme au post-fascisme en passant par l’autoritarisme policier ultra-libéral, c’est cinquante nuances de brun. Et il va falloir commencer à sérieusement s’en inquiéter, si on ne veut pas voir nos gosses grandir au son des bottes.
par Mačko Dràgàn
Billet de blog
L'Italie post-fasciste : en marche vers le passé
La victoire du post-fascisme, déflagration annoncée, menace nos systèmes démocratiques imparfaits et l'Europe qui subit une guerre de conquête et un bouleversement interne avec ces extrêmes-droites qui accèdent au pouvoir. Faut-il attendre les catastrophes pour crier ? La remise en cause de vieux réflexes ne demandent-elles pas une actualisation pour agir sur notre époque sans se renier ?
par Georges-André