Rétractations et aveux à Outreau, coup monté ?

 

Pacte avec le diable Pacte avec le diable

Dans l’affaire d’Outreau, plusieurs singularités interpellent.

Déjà évoquée dans un billet précédent [1], la première irrégularité relevée est la transaction conclue entre le procureur Jean-Amédée Delathout et certains avocats de la défense afin que Daniel Legrand ne passe pas devant la cour des assises des mineurs pour les crimes présumés commis entre 97 et 99 [2].

Si Eric Dupond-Moretti n’avait pas été aussi prompt et véhément à en revendiquer l’existence, je n’aurais jamais soupçonné cet arrangement totalement illégal.

On aurait pu penser que ce dérapage était un fait isolé, mais en relisant certaines déclarations devant l’IGS [3] ou en scrutant un courrier reçu par le Garde des Sceaux, je réalise, que nous sommes bien loin du compte.

Ce qui est évoqué ne peut rester sous silence.

Disjoints les faits passent inaperçus. Mais lorsqu’on les rassemble, ils dévoilent un autre aspect de cette affaire d’Outreau.

Tractations, coup monté ?

Certaines questions mériteraient de recevoir enfin une réponse !

Thierry Delay par exemple, s’est tu et a proclamé son innocence pendant tout le procès comme l’ont fait Emile Louis  et Marc Dutroux (ce qui laisse penser que les pourvoyeurs reçoivent des consignes précises quant à la conduite qu’ils doivent tenir en pareille situation). Puis il déclare soudainement qu’il est coupable d’agressions sexuelles [4] mais seulement sur ses 4 enfants [5], et dit que les autres inculpés sont innocents.

Josiane Clabaut, conseiller à la chambre de l’instruction de la cour d‘appel de Douai lors de l’instruction n’a pas caché son impression  d’un coup monté :
« Son sentiment personnel est que l'affaire a basculé lorsque Thierry Delay a reconnu les faits, certainement le 7 mai 2005. Ce revirement lui a donné l'impression d'un coup monté, ces aveux paraissant faits pour mettre hors de cause les autres accusés. »[6]

Jean-Claude Monier, président des assises, confirme cette déclaration concernant l’attitude de Delay « qui pouvait laisser imaginer qu’il ne voulait pas dénoncer certaines personnes, étant rappelé qu’il a été condamné pour proxénétisme»:

Déclaration Président Monier Déclaration Président Monier

Ce revirement était aussi soudain que  les rétractations de Badaoui et Grenon pour lesquelles Jean-Claude Marin interloqué a tenté en vain de saisir le Garde des Sceaux par un courrier adressé le 19 mai 2004 : « La spontanéité de leur rétractation laisse interrogateur ».

Extrait courrier Marin au GDS Extrait courrier Marin au GDS

Extrait courrier Marin au GDS Extrait courrier Marin au GDS

 

Thierry Normand avocat Thierry Normand avocat
On ne peut non plus ignorer que Thierry Normand, l’avocat payé par le Conseil Général 62, censé défendre les victimes, était très complaisant à l’égard des inculpés, beaucoup plus qu’il ne l’était à l’égard des enfants qu’il représentait.

Thierry Normand avait-il ouvert le dossier au moins une fois ?

Avait-il entendu les enfants au moins une fois ? Pourquoi  s’est-il montré aussi nul dans sa défense ? Quels intérêts servait-il ? Pourquoi n’a-t-il jamais déclaré que 12 enfants avaient été reconnus victimes dans cette affaire ?

Dans son courrier adressé au Garde des sceaux, Jean-Claude Marin souligne ce sentiment déplaisant de tractations entre avocats de la partie civile et avocats de la défense.

Extrait du courrier de Mr Marin au GDS Extrait du courrier de Mr Marin au GDS

Un couple de témoins fiables a aussi surpris dans le restaurant « Les Frangins » le procureur Lesigne attablé avec des avocats de la défense lors du procès de Saint Omer.

Restaurant Les Frangins Restaurant Les Frangins

Interrogé sur ce fait par Jacques Thomet, Gérald Lesigne s’en est défendu. Pour quelle raison ce couple d’honnêtes citoyens aurait-il argué un tel fait ?

Il parait évident que la stratégie des avocats a aussi été de préparer le terrain, d’assurer leurs arrières pour obtenir coûte que coûte l’acquittement des 17 inculpés sans que cela ne soit la manifestation d’une quelconque empathie pour les mis en cause.

Quel était le véritable enjeu de cette parodie de procès ?

Quel était le véritable but de cette machination ?

A qui pouvait réellement profiter le crime ?

A suivre…

 

 ----------------------------------

1: tractations entre certains avocats de la défense des inculpés d'Outreau et le procureur Jean-Amédée Lathout http://blogs.mediapart.fr/blog/caprouille/090713/eric-dupond-moretti-defenseur-officiel-de-daniel-legrand-acquitte-doutreau-maccorderez-vous-cette-da

2: Daniel Legrand, l'innocent aux mains pleines http://blogs.mediapart.fr/blog/caprouille/030713/outreau-daniel-legrand-linnocent-aux-mains-pleines

3: Rapports de l'IGS http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/faits_divers/tribunal/2009/01/28/article_phr-969861.shtml

4: Thierry Delay est coupable de proxénétisme, viols, agressions sexuelles, corruption de mineurs, et actes de barbarie. Il aurait du être puni en plus pour meurtre ou complicité de meurtre. http://affaireoutreau.canalblog.com/archives/2014/08/29/30496206.html

5: Thierry Delay a violé une soixantaine d'enfants dans l'affaire d'Outreau. Le second plus grand violeur dans cette affaire est le curé Dominique Wiel

6: Ce qu'ils ont dit devant l'IGS http://www.lasemainedansleboulonnais.fr/actualite/faits_divers/article_969671.shtml

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.