Pressions ignobles et illégales sur les enfants victimes: un scandale de plus dans l'affaire d'Outreau

 

Enfant Muselé Outreau © inconnu Enfant Muselé Outreau © inconnu

Pourquoi certains enfants de l'affaire d'Outreau se sont-ils rétractés ?

Plusieurs raisons à cela (voir la psychologie de la victime ) mais les plus abjectes restent celles qui ont été obtenues par la violence, la menace de représailles ou la corruption.

Quand on connaît le dossier, rien de plus scandaleux que de savoir que les acquittés ont touché des sommes mirobolantes  pour une préventive légitime. (Duchochois a aussi touché le pactole plus une promotion socioprofessionnelle alors qu'elle n'a ni fait un seul jour de prison, ni obtenu son CAP de fleuriste).

Mais pour ceux qui ne connaissent pas les 30000 pièces d'instruction, voici une explication fort utile :

Les enfants qui ont dénoncé leurs parents, leurs voisins, le curé, la boulangère, le médecin, l'infirmière, les commerçants, les huissiers et d'autres personnes qui n'étaient pas du quartier mais qui étaient appelées par leurs noms, ne l'ont pas fait parce qu'ils étaient fous, ou perturbés par une carence affective ou encore parce qu'ils voulaient se venger ! (De quoi d'ailleurs?)

Un enfant peut s'imaginer un autre monde, peut s'inventer un papa super héros ou une vie princière, mais jamais un jeune enfant n'affabule sur des sévices aussi humiliants et douloureux que sont les viols anaux, les fellations, les sodomies à l'aide d'objets et les « partouzes pédophiles ».

Comment un enfant de 5 ans pourrait-il simuler la douleur ressentie, expliquer que du sang sortait de son anus lorsque XY mettait son devant dans son derrière ?

Oui il est probable qu'un enfant ne redonne pas tous les détails chronologiques de l'enfer qu'il a vécu, qu'il mélange les temps et les les lieux. Est-ce que ça fait de lui un menteur?

En aucun cas, un enfant en bas-âge ne peut simuler le tourment provoqué par le crime qu'il a enduré.

Lorsque des enfants qui ne se côtoient pas commencent à expliquer dans le détail les mêmes faits que ce qu'ont relaté d'autres enfants, incriminant les mêmes adultes, selon les mêmes circonstances, et que leurs propos sont corroborés par plusieurs adultes qui n'avaient vraiment aucun intérêt à s'auto-accuser ou à dénoncer leurs complices, il était sage a minima, de protéger les enfants en envoyant les « présumés » bourreaux derrière les barreaux, le temps de l'instruction.

Seulement 17 ont été mis en prison alors qu'il y a en réalité plus de 60 adultes identifiés.

 

  1. Thierry Delay

  2. Myriam Badaoui

  3. David Delplanque

  4. Aurélie Grenon

  5. Dominique Wiel (le curé)

  6. Thierry Dausque

  7. Roselyne Godard (la Boulangère)

  8. Christian Godard

  9. Pierre Martel (le Taxi)

  10. Franck Lavier

  11. Sandrine Lavier

  12. David Brunet

  13. Alain Marécaux

  14. Odile Marécaux - Polvêche

  15. Daniel Legrand père

  16. Daniel Legrand fils

     

  17. François Mourmand (décédé en prison par un surdosage médicamenteux. Selon sa fille, c'est son épouse qui lui faisait passer les médicaments par le parloir)

  18. Karine Duchochois (n'est pas allée en prison)

Il n'y avait rien d'anormal à l'emprisonnement de ces personnes dans de telles circonstances, les Juges des Libertés et de la Détention (et non pas Fabrice Burgaud) ne pouvaient pas prendre le risque (si leur culpabilité était avérée) de laisser les personnes pré-citées approcher les potentielles victimes avec l'amoncellement de détails reçu.

Je rappelle qu'il est question ici de crimes, de crimes abominables et totalement destructeurs pour les enfants.

A mon sens, leur emprisonnement n'a pas été ni suffisamment rapide ni suffisamment long puisque après sa première audition, Thierry Delay quittant les locaux de la Police a eu le temps de téléphoner à Daniel Legrand père, un de ses complices, chargé de faire disparaître les preuves de leur culpabilité (cassettes, photos, objets compromettants) et redonner les consignes des réponses à dire aux policiers en cas d'audition (« on ne se connaît pas, on n'a rien fait »). Daniel Legrand -père réputé pour être violent malgré sa frêle corpulence a fait le tour de la plupart des foyers où habitaient les violeurs.

Puis il a fallu de longs mois avant que les autres protagonistes soient emprisonnés.

Pourquoi cette préventive aurait-elle été incongrue?

 

Enfant en danger Enfant en danger

 

 

 

 

Plus interpellant encore : quand un mis en cause était inquiété par la police, un cambriolage de son domicile avait systématiquement lieu pour éviter toute révélation par l'indice lors des perquisitions.

Je ne vais pas évoquer les adultes qui ont menacé les autres adultes car je veux mettre l’accent sur les rétractations de certains enfants victimes et les moyens usés pour y parvenir. (Le Juge Burgaud lui-même a reçu une balle de gros calibre dans sa boite aux lettres!)

Alors que les premiers inculpés se voyaient embarqués par la police, les complices jouissant de leur liberté pour quelques jours, sont allés voir plusieurs enfants pour les menacer. Idem avant les procès lors desquels les présumés monstres comparaissaient libres !

Les enfants avaient ordre de ne rien dire s'ils ne voulaient pas subir des représailles. Ayant été souvent violentés par ces adultes-là pour que ceux-ci les violent avec plus de facilité, il n'a pas été difficile de les intimider et obtenir leur mutisme ou leurs désaveux.

En vrac, voici la liste de quelques personnes ayant menacé les enfants :

  • Laurence Leprince, belle-sœur de Daniel Legrand (père) a menacé ses propres enfants pour qu'ils ne disent rien au sujet des viols et agressions sexuelles de leur oncle Daniel Legrand -père- et de leurs cousins (Grégory, Daniel – fils- et Frédéric)

  • Catherine Lepers, l'infirmière qui n'a jamais été inquiétée bien qu'elle ait été citée plusieurs fois, est allée trouver Dimitri Delay (8 ans à l'époque) pour lui dire de se taire.

  • Odile Polvêche-Marécaux en a fait autant : a demandé a Dimitri de ne rien dire.

  • Le curé Dominique Wiel, a menacé plusieurs enfants avant que l'affaire n'éclate [1], puis lors des premières arrestations il s'est montré encore plus virulent avec de nombreuses victimes. Grenon et Badaoui tremblaient et pleuraient lors de la confrontation dans le bureau du juge mais elles ont maintenu leurs accusations contre lui. Si elles, adultes et complices, avaient peur de Wiel, combien à plus forte raison, des enfants traumatisés par les viols devaient-ils être terrorisés par ses menaces ce qui explique qu'ils ont préféré le silence. Lors du procès en appel, les avocats, professionnels du menso,nge nous ont fait croire que les enfants é'taient rétractés. Faux! Ils ont dit ne plus se souvenir tant il y avait de la pression. 

  • La tante paternelle Lydia Cazin et d'autres membres de la famille Mourmand ont aussi menacé Géraldine[3], alors que son géniteur François Mourmand était clairement dénoncé par plusieurs enfants, dont elle-même. Lydia Cazin essaye depuis la mort de son frère de récupérer les lourdes indemnités qu'il aurait peut-être perçues s'il n'était pas mort d'un surdosage médicamenteux en prison mais l'action du ministère public s'est arrêté lors du décès, Il n'a toutefois jamais été innocenté.

  • Thierry Dausque a menacé les fils de Monique Fouquerolle (nouvellement El Bradi) ainsi que G* son propre fils

  • Karine Duchochois a menacé les enfants Delay

  • Les sœurs Virginie et Aurélie Poirè ont fait pression sur leurs petits frères.

  • Aurore Beaumont elle aussi a fait pression sur sa cadette (après que sa propre mère l'ait manipulée avec ses larmes de crocodile)

  • Des assistantes familiales ont tenté d'interpeller la justice car elles et les enfants de cette affaire dont elles avaient la garde, ont fait l'objet de pressions et de menaces de mort.

  • Léon, le grand-père paternel de FX lui a fait jurer sur la tombe de sa Mamie de ne dire qu'une seule chose : « Je veux retourner chez mon papa ».

  • Alain Marécaux a acheté le silence de son fils FX en le couvrant de cadeaux et d'attentions, ce qu'il ne faisait pas avec ses deux autres enfants. Son épouse, Odile Polvêche, a essayé vainement d'interpeller la magistrature à ce sujet. Elle s’est confiée à une psychothérapeute lui disant être perturbée par les révélations de FX qu'elle croyait.

  • Quelques avocats de la défense tels des taureaux en furie dans une arène romaine ont agressé avec une violence inouïe les enfants victimes à la barre. Les enfants tétanisés se sont murés dans le silence, bégayant ou se rétractant. (Personne n'a stoppé ces ogres dévoreurs, pas plus la cour que les avocats de la PC)

  • Enfant martyre © inconnu Enfant martyre © inconnu

 

  • Un avocat de la défense a poursuivi un des enfants victimes dans les toilettes juste avant le procès pour lui dire : «Alors tu as bien compris hein ? Tu sais ce que tu dois dire ? Ton papa compte sur toi ! ».

 

rétractations FXM rétractations FXM

La personne qui accompagnait l'enfant ne s'est jamais remise du procès et du traitement des enfants victimes. Toutefois, son témoignage est fiable.

Si la prescription ne couvrait pas cet acte odieux de la part de cet avocat qui aurait pu être condamné à 45000 € d'amende + 3 ans de prison ferme selon l'article 434-5, je publierais son nom et saisirais moi-même la CSM.

Ces pressions et ces menaces (surtout celles exercées par les avocats) sur les enfants auraient pu faire l'objet de l'annulation pure et simple des procès, invalidant les acquittements.

Je n'aurais pas l'indécence de réclamer que les acquittés remboursent les indemnités faramineuses payées avec nos impôts, mais il serait correct qu'il soit présenté au nom de la République, les plus plates excuses aux enfants victimes, au juge Burgaud et aux professionnels bafoués par cette affaire, assorties de justes compensations pour le réel préjudice subi.


-----------------------------------------------

Blog à découvrir sur l'affaire d'Outreau:

Outreau la Vérité

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.