La France de demain

Les français reprennent à peine le travail et voilà qu'il leur est demandé de travailler davantage. Jusqu'où cela va t-il aller ?

Je me suis surpris un midi, durant la cuisson de mes favorites pâtes à la boite bleu roi, à écouter RMC. Ce n'est pas dans mes habitudes je l'admets, cependant, il faut s'informer de tout et partout, même à titre d'observation. Mais quel ne fut pas mon étonnement, quand le sujet du jour portait sur le travail des français. On songe alors à doubler celui-ci suite à cette crise de la Covid19.

Ne demande t-on pas constamment aux français, à l'issu de tout événement de travailler davantage ? Les français n'en ont-ils pas assez de reboucher les erreurs des mesures passées ?

Je ne dis pas là qu'il ne faut pas tenter de sauver cette économie qui court à la perte, d'autant plus que le nombre de cas positif ne fait qu'augmenter, non seulement parce que nous testons davantage, mais aussi, parce que le nombre de cas détectés augmente plus que le nombre de tests effectués1. Simplement, il me semble que le discours quant au travail des français évolue peu depuis le "travailler plus pour gagner plus"2. J'ai sans cesse l'impression que l'immense machine du travail doit continuellement être fournie en ouvriers, en travailleurs, elle ne doit jamais s'arrêter, tant pis pour les quelques âmes perdues. Chers amis, je ne vous apprends rien en disant que ce n'est pas cela le travail, ce n'est pas comme cela que nous nous redresserons, et nous voyons bien que cette méthode continuelle de demander aux français de faire des efforts ne fonctionne pas.

Quelques études et chiffres confirmant ce point de vue

J'entends déjà les critiques cinglantes des conservateurs bien bourgeois, bien dans leurs bottes, me disant qu'il n'y a rien sans travail, qu'il faut travailler d'arrache-pied pour gagner son pain. A ceux-là, j'ai bien envie de leur rappeler qu'il faut vivre avec son temps. Le travail-souffrance doit être abolit, il doit être réduit à néant. Le droit du travailleur et son confort primera sur la productivité, celle-ci, qui par ailleurs, est consubstantielle (pour ne pas dire est raccordée) à ce confort dans le travail.

Je vous rappelle l'étonnante étude de Microsoft Japon qui avait fait grand bruit en Novembre 2019. Elle consistait à réduire la semaine de travail à 4 jours au lieu de 5. Les résultats se firent directement ressentir: une meilleure productivité, des économies de matériel et d'énergie, et un meilleur moral au sein des employés.3

 

Qu'attendons-nous alors pour prendre de telles mesures ? Arrêtons de demander aux français, aux travailleurs d'en faire davantage, ils en ont déjà trop fait.

Construisons le monde de demain !

 

Sources:

1. https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-en-france-le-nombre-de-cas-detectes-augmente-plus-que-le-nombre-de-tests-effectues-6930380

2. https://fr.wikipedia.org/wiki/Travailler_plus_pour_gagner_plus

3. https://www.courrierinternational.com/article/travail-microsoft-japon-experimente-avec-succes-la-semaine-de-quatre-jours

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.