Le coup d'état du 3 juillet 2020

Sarkozy en nommant Fillon (le condamné) avait théorisé la fait qu'un premier ministre n'est qu'un "collaborateur". Il venait assumer ce que Debré avait institué dans sa constition faite pour de Gaulle. Mitterand sans scrupules en avait bien compris l'intérêt et assuma parfaitement son rôle de sphinx.

Hors la parenthèse Chirac, c'est Sarkozy qui de manière décomplexée décida de se servir des outils de la 5ème. Depuis 13 ans on savait que les premiers ministres était les pantins d'un comédia d'el arte qui ne disait pas son nom. Rapellons nous : Fillon, puis Ayrault, Valls et enfin Philippe... Mais qui s'en souvient ?

Mais là en ce 3 juillet, jupiter, qui se pense et se voit comme un napoléon mâtiné de Pétain préemptant de Gaulle; vient de pulvériser le rôle de premier ministre.

Personne ne sera dupe de la nommination du machin bidule truc. Avec cette nomination, c'est la fermeture non officielle (mais officieusement définitive) de Matignon.

On entre avec ce coup d'état dans un monde poutinien ou le fait du prince prime tout. Le pouvoir absolu en marche !

Le monde esr petit. C'est un ancien du clan Sarkozy (ex secrétaire général adjoint de l'élysée) qui fera de la figuration à Matignon qui vient de casser sa pipe.

La démocratie meurt et on regarde ailleurs. Bonne nuit les petits comme disait nounous dans mon enfance.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.