Brest : 800 ans d'histoire effacée. la macronie à l'assaut de l'Université

C'était à Brest ce matin et les BLACKROCK de Macron brisant une loi établie depuis 800 ans voulant que la flicaille n'entre pas à l'université à explosé ce tabou en se ruant dans les locaux de l'université. Un sanctuaire vient d'être violé par les nervis de l'amer jupiter.

Voici la réaction du président de l'UBO (Université de Bretagne Occidentale).

La réaction du président de l’UBO

 

Le président de l’UBO, Matthieu Gallou, a adressé un mail aux personnels de l’université dans lequel il écrit : « J’ai appris avec une vive émotion l’intervention policière musclée qui a eu lieu ce matin dans le hall de la BU de Lettres de Brest. Je tiens tout d’abord à exprimer ma profonde sympathie à l’égard des personnels et usagers de la BU, particulièrement choqués par cette intervention. J’ai immédiatement saisi Monsieur le sous-préfet de Brest, pour lui demander des explications, afin de faire la lumière sur ces faits qui ne correspondent pas à des usages remontant à presque 800 ans. Ceux-ci prévoient qu’en dehors de situations d’urgence absolue, les forces de l’ordre ne peuvent intervenir sur un site universitaire que sur réquisition du président. Le maintien de l’ordre universitaire est une lourde responsabilité, mais je tiens, sous le contrôle de la loi et de nos instances, à l’exercer pleinement, et à garantir ainsi le plein exercice des libertés académiques ».

L'Article ici

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.