Faut il avoir peur d' Antoine Perraud ?

Je me suis abonné en 2010 à Médiapart. Jusqu'à cette semaine, jamais Médiapart ne m'avait sucré un commentaire. Et ce n'est pas faute de manque d'élégance et encore moins de politesse.

Mais voilà, j'ai franchi une ligne rouge. Une ligne que Antoine Perraud ne peut se permettre.

J'ai osé le traité de "crevard". Voilà mon crime !

Je suis pourtant un admirateur de ses articles. J'en apprécie l'humour, la méchanceté et le vocabulaire qui m'oblige à ouvrir le dictionnaire.

On peut admirer les articles et ne pas aimer la morgue que Antoine Perraud trimballe dans les commentaires...

Il se permet de massacrer en quelques mots ceux et celles qui lui déplaisent. Imposant le silence aux lecteurs par sa faconde et sa violence écrite. Faisant taire les discordants d'un trait d'humour Peraldien ceux qui osent le contredire.

Non, Antoine, les commentaires ne t'appartiennent pas. Ils sont le lieu de tous les excès (excès dont tu use largement). Ils sont le lieu des désaccords et des trolls (ceux qui te gonflent). Ils sont surtout le lieu des avis différents.

Médiapart ne serait pas Médiapart sans les commentaires. Il faudra que tu t'y fasse !

PS : désolé pour le tutoiement, mais pour moi le vouvoiement est signe de mépris.

PS1 : même si ce billet est supprimé, je resterai abonné.

Carland

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.