Carland
Abonné·e de Mediapart

450 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 déc. 2021

Les anti vax foutent ma révolte au tombeau

Carland
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Putain on s'est battu en 2008 pour sauver notre hosto. La chirurgie et la maternité. Des mois de lutte pour arracher à la bande maffieuse sarkosienne le droit de naitre et mourir au pays. Il y avait même dans certaines manifs (pas toutes, il aime pas se salir) Ferrand. Le drian aussi nous soutenait à sa manière de faux cul.

Ben oui, je parle de l'hôpital de Carhaix devenu une annexe du CHU de Brest par fusion.

Si je pose cela, c'est que depuis il y a eu des dizaines de petits hôpitaux liquidés dans le plus grand silence. On pourrait dire que c'est la faute des politiques libérales et de bill gates aussi tant qu'on y est. En fait c'est simplissime : Vous avez laissé faire. Vous avez laissé fermer votre hosto par m'en foutisme.

Depuis est arrivé le covid...

C'est un festival. Que dis je, un carnaval permanent. Les anti vax qui faut il le rappeler sont quand même une saloperie maquée avec ce qui se fait de pire en matière religieuse et politique car ils sont à la droite de civitas et zemmour, se sont mis à défendre l'hôpital. Avoue que c'est dur à digérer.

Les mêmes qui veulent la mort de l'hosto se mettent à l'aimer. Avoue que c'est louche ? En plus il se servent d'une maladie qui tue plus de vieux que de jeune pour assumer leur darwinisme social : moins de vieux = moins de retraites.

Dans le monde des anti vax le relativisme est de rigueur. Il est même de rigueur absolue : puisque les vieux en meurent pourquoi se vacciner. Je suis pas vieux, je m'en fout. Ils se croient invulnérables. Il y a aussi un sous discours. Un non dit : éloigner les pauvre de la vaccination en leur faisant peur tout en se vaccinant (sont pas fous les anti vax).

Et au nom de cette invulnérabilité proclamée plus que fantasmée. Ils crachent sur les morts du covid (même les enfants) avec haine et mépris.

On voit apparaitre sur médiapart des gourous et des farceurs qui font des billets plein de courbes et de témoignages invérifiables. Des spécialistes de la santé, des expert en désinformation, des communicants de première qui viennent nous expliquer que faut pas se vacciner dans le but caché de COULER L'HÔPITAL PUBLIC...

Amusant comme les intérêts des anti vax rejoignent ceux de macron. Comme je ne crois pas au hasard...

J'ACCUSE les ANTI VAX et MACRON de poursuive LE MÊME BUT !!!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali