Carland
Abonné·e de Mediapart

458 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2010

Carland
Abonné·e de Mediapart

Pourquoi la grève des chômeurs et précaires ne s'arrêtera pas

Carland
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce billet libre de droit, je le dédicace tout spécialement à François Bonnet qui j'en suis sûr en sera flatté !

Depuis le 3 mai, les chômeurs et précaires sont en grève. Pourtant dans les médias nationaux c'est le black out. Dans la presse régionale, quelques rares informations dans les pages locales au même niveau que les faits divers...

Avec le regroupement des ASSEDIC et de l'ANPE pour donner naissance au monstre qu'est Pôle Emploi le mal nommé, la vie des chômeurs est devenue encore plus précaire et soumise à l'arbitraire. Pôle Emploi n'est ni plus ni moins qu'un service de police de plus dont le rôle est de gérer et surtout contrôler le stock.

Le STOCK est bien le mot employé par la hiérarchie de Pôle Emploi pour désigner les chômeurs...!

Saviez vous que lorsque vous présentez vos papier à pôle Emploi, ils sont contrôlés par une lampe UV. C'est illégal, mais la direction de Pôle Emploi n'a que de très lointains rapports avec la légalité.

Les salariés de Police Emploi sont eux même menacés. Plutôt que de titulariser, Pôle Emploi préfère continuer d'embaucher au rabais des CDD et des CAE (contrats aidés) mal formés mais surtout corvéables à merci car précaires. A Dinan, une salariée en CDD s'est retrouvée mêlée à une souricière organisée conjointement par la police et par directeur de l'agence qui n'écoutant que son courage s'était absenté ce jour là.

On le voit, des deux coté du guichet, la même logique est en marche. Celle du démantèlement du service public de l'emploi au profit d'officines douteuses jamais contrôlées elles. Le personnel de Pôle Emploi devant être cantonné au tâches de fichage, flicage et autres tracasseries destinées à faire sortir le maximum d'allocataires des statistiques.

Du boulot il n' y en a pas. Les salariés de Pôle Emploi comme les chômeurs le savent. Mais pour les tartuffes qui nous « gouvernent » le but est bien d'entretenir le chômage de masse pour satisfaire ses donneurs d'ordre du MEDEF.

La culpabilisation des chômeurs avait été l'arme absolue du pouvoir pour faire taire les victimes du système. Mais avec les nouvelles générations qui n'ont connu que cette société du chômage organisé le coup de la culpabilité ne passe plus. Chacun sait que le chômage n'est pas une fatalité mais le résultat de l'application d'une idéologie : le capitalisme.

Et c'est bien parce que les salariés du Pôle Emploi et la coordination régionale des chômeurs et précaires sont dans la même galère que en Bretagne ils ont commencés de revendiquer ensemble, ont établi un cahier de revendications commun. Voilà ce qui fait peur à la direction de Police Emploi, comme au gouvernement.

La direction de Pôle Emploi a peur et elle a bien raison. Ce qu'elle redoute entre tout et qui est en train de ce dérouler, c'est la prise de conscience de chacun(e), au delà de son statut administratif qu'il n'est pas un morceau du stock mais un HUMAIN !

Vauquiez et le gouvernement ont peur et ils ont raison. Car à travers le mouvement c'est aussi une remise en cause globale de la société du fric et des paillettes qui se dessine. C'est aussi le procès du capitalisme et de ses méfaits.

Ce mouvement n'est pas un coup de gueule mais l'expression de la colère et de la détermination de tous à se faire respecter et à faire respecter la dignité de chacun. Pour paraphraser Jean de La Fontaine : Leurs chiens de garde qu'ils soient médiatiques ou munis de tazer ne les protègerons pas des loups. Leurs chiens de garde sont gras et repus.

Les salariés, les retraités, les chômeurs, les précaires sont maigres. Mais mais bordel, ils ont les CROCS !

Que vive la grève des chômeurs et précaires !

Carland

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal — Gauche(s)
Congrès du PS : l’union avec les Insoumis en pomme de discorde
Derrière Olivier Faure, Hélène Geoffroy et Nicolas Mayer-Rossignol, trois équipes se disputent la direction du Parti socialiste. Mi-janvier, les adhérents les départageront sur la base de « textes d’orientation » aux stratégies bien distinctes.
par Fabien Escalona
Journal — Gauche(s)
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux

La sélection du Club

Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Avec Francesca Woodman et Vivian Maier, « Traverser l’invisible »
Chacune à sa façon, les deux photographes, comme l'écrit Marion Grébert, « ont mené leur existence en échappant à la moindre possibilité d’être saisies. »
par Jean-Claude Leroy
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER