carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

158 Billets

2 Éditions

Billet de blog 6 nov. 2019

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Je serai à la manifestation dimanche contre l'islamophobie

Et j'ai demandé qu'on retire mon nom de la liste des signataires de l'appel « Marche du 10 novembre à Paris: nous dirons STOP à l’islamophobie ».

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je serai à la marche contre l'islamophobie dimanche parce que j’ai peur.  J’ai peur pour les femmes qui portent le voile et qui sont victimes de violences chaque jour. Insultes, discriminations, violences physiques, menaces : les témoignages des femmes sont glaçants. Je marcherai dimanche pour dire mon soutien, pour dire que chaque femme a le droit fondamental de vivre en sécurité, quelle que soit sa religion, son âge, son orientation sexuelle ou son apparence physique. J’ai peur pour les musulmans qui sont victimes de violences dans la rue, dans les médias, dans leur travail. Un homme a ouvert le feu sur des musulmans à Bayonne fin octobre. Et on a l’impression que cet attentat est déjà oublié.

Je serai à la marche dimanche parce que je suis en colère. En colère de voir des responsables politiques alimenter la haine, le rejet et les discriminations. La parole publique n’est pas neutre. Elle a des conséquences concrètes sur la vie des gens. Aujourd’hui, les conséquences de la parole publique sont des violences. Qui visent principalement les femmes musulmanes.

Je serai à la marche dimanche parce que je me sens impuissante. J’ai l’impression de voir physiquement mon pays devenir plus raciste chaque jour sans pouvoir stopper le processus. Participer à un rassemblement des forces de gauche autour d’un mot d’ordre commun est pour moi façon d’agir.

J’ai demandé qu’on retire mon nom de la liste des signataires. Parce qu’il y a dans cette listes des personnes qui ont tenu des propos d’une violence sidérante à l’encontre des femmes. Et que je ne veux pas voir mon nom à côté du leur.

Parce qu’entendre un monsieur justifier le viol me fait penser au viol que j’ai subi. Savoir que ce monsieur est à côté de moi sur un appel me fait penser au viol que j’ai subi. Et que je n’ai pas envie.

Ils ont changé d’avis depuis ? J’en suis ravie. Je n’ai toujours pas envie de signer un texte avec eux.

Chercher parmi des dizaines de signataires deux noms, publier leurs propos datant d’il y a 10 ans est une manœuvre qui vise à déconsidérer la lutte contre l’islamophobie ? C’est vrai. Je n’ai toujours pas envie de signer ce texte avec eux

Je ne suis pas dupe, je vois celles et ceux qui commentent, se frottent les mains et qu'on entend jamais contre le racisme voire qui parfois l'alimentent. Qui vont monter au créneau d'un air réjoui pour dénoncer des propos inadmissibles tenus par deux signataires de l'appel à la marche. Et qui n'auront pas eu un mot pour dénoncer les propos racistes ou misogynes qu'on entend quotidiennement dans les principaux médias.

Le niveau de racisme est tel dans la société que c’est un débat secondaire de savoir si untel a appelé au viol ou pas ? Je ne pense pas. Et je n’ai toujours pas envie de signer un texte avec eux. Je pense que c’est une erreur stratégique de se dire que parce que la cause est valable, on est prêt à franchir des lignes rouge. Pour la cause. Ce n’est pas efficace.

Je manifesterai dimanche. Avec des amies féministes. Contre les violences racistes et islamophobes. Je continuerai à penser que pour en finir avec le racisme, il faut aussi en finir avec le sexisme et les violences sexuelles. Comme je continue à penser qu’on n’en finira pas avec les violences sexuelles sans penser aussi la fin des violences racistes, homophobes, transphobes ou liées au handicap.

A dimanche, j’espère !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
« Ce slogan, c’est un projet politique »
Alors que des milliers de personnes bravent la répression et manifestent en Iran depuis une semaine, le régime des mollahs est-il menacé ? Nous analysons ce soulèvement exceptionnel impulsé par des femmes et qui transcende les classes sociales avec nos invité·es. 
par À l’air libre
Journal — Social
Mobilisation pour les salaires : pas de déferlante mais « un premier avertissement »
À l’appel de trois organisations syndicales, plusieurs manifestations ont été organisées jeudi, dans tout le pays, pour réclamer une hausse des salaires, des pensions de retraite et des minima sociaux, avec des airs de tour de chauffe avant une possible mobilisation contre la réforme des retraites.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Santé
La hausse du budget de la Sécu laisse un arrière-goût d’austérité aux hôpitaux et Ehpad publics
Pour 2023, le gouvernement propose un budget en très forte augmentation pour l’assurance-maladie. Mais les hôpitaux publics et les Ehpad ont fait leurs comptes. Et ils ont de quoi s’inquiéter, vu la hausse du point d’indice, la revalorisation des carrières et l’inflation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Au Royaume-Uni, la livre sterling tombe en ruine
En campagne, la première ministre Liz Truss avait promis le retour aux heures glorieuses du thatchérisme. Trois semaines après son accession au pouvoir, la livre s’effondre et la Banque d’Angleterre est obligée d’intervenir. Premier volet de notre série sur le chaos monétaire mondial.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org