carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

2 Éditions

Billet de blog 14 sept. 2015

Une petite phrase qui en dit long

Dans l’édition du Monde datée du 10 septembre, on pouvait lire un long papier sur la réforme annoncée du marché du travail. L’article (disponible ici) confirme l’intérêt du gouvernement pour les propositions du rapport Combrexelle, qui suggère de faire descendre d’un cran le niveau des protections collectives pour les faire passer de la loi au niveau des accords de branches voire des entreprises.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l’édition du Monde datée du 10 septembre, on pouvait lire un long papier sur la réforme annoncée du marché du travail. L’article (disponible ici) confirme l’intérêt du gouvernement pour les propositions du rapport Combrexelle, qui suggère de faire descendre d’un cran le niveau des protections collectives pour les faire passer de la loi au niveau des accords de branches voire des entreprises.

Rien de vraiment nouveau sous le soleil. Le gouvernement envisage de répondre à une très ancienne revendication du Medef, relayée ces derniers temps par des thinks tank libéraux en tous genres : il faut remettre en cause le code du travail, source de tous nos maux.

Je me demande si on a un jour pensé à renforcer les cours de logique dans les futurs programmes scolaires (ou à l’université d’été du Medef). On ne cesse depuis des dizaines d’années d’assouplir le code du travail ou d‘y créer des dérogations, en parallèle d’un mouvement continu de baisses de cotisations sociales. Les résultats côté chômage sont probants, on ne peut pas le nier. 

Une petite phrase, la dernière du papier, a retenu mon attention. 

« Il faut y aller de manière subtile, conseille un ministre. Il faut trouver le juste milieu entre l’immobilisme et la remise en cause des acquis sociaux ».

Je ne m’y suis d’abord suis pas arrêtée. Arrivée à la fin de l’article, j’ai simplement tourné la page, à nouveau dépitée par le renoncement permanent de ceux qu’il y a encore 4 ans j’appelais la gauche, et continué ma lecture. Mais quelque chose m’ennuyait. Qu’est-ce qui pouvait m’embêter dans cette phrase ?

Et là, j’ai compris. « Il faut trouver le juste milieu entre l’immobilisme et la remise en cause des acquis sociaux ». A aucun moment, dans la tête de ce ministre, sur un sujet aussi central que le travail, n’est envisagé la possibilité d’améliorer la situation des salarié-e-s.

Pas une minute, le gouvernement n’a pensé qu’un débat sur le code du travail pourrait permettre de parler conditions de travail, bien-être au travail, santé des salarié-e-s. Le débat sur le code du travail se résume à celui sur sa remise en cause. La question de la façon dont on pourrait le faire respecter ou l’améliorer n’occupe pas même le quart d’une seconde de leur pensée.

Comme si ce que vivent chaque jour les personnes qui se lèvent pour aller travailler n’existait pas, ne comptait pas.

L’enquête Sumer nous dit pourtant que 22% des salarié-e-s déclarent être l'objet d'un comportement systématiquement hostile de la part d'une ou plusieurs personnes dans leur travail. Une enquête de la FNATH nous révèle que près de la moitié des salarié-e-s disent avoir subi au cours des 12 derniers mois des troubles muscolo-squelettiques ou du stress du travail. Et une étude de la DARES montre que la crise comme la flexibilité du travail ont des impacts négatifs sur la santé des salarié-e-s et augmentent leur exposition aux risques psycho-sociaux. On pourrait remplir des encyclopédies de chiffres et témoignages sur la maltraitance, le stress ou le harcèlement au travail.

Des millions de personnes sont concernées. C’est un enjeu de justice sociale, de santé publique comme un enjeu économique.

Mais la priorité est ailleurs : « Il faut trouver le juste milieu entre l’immobilisme et la remise en cause des acquis sociaux ». 

Cette phrase déclenche un drôle d’écho, avec une autre, que le porte parole du Parti socialiste prononçait souvent en 2011 dans ses points presse (je m’en rappelle bien, je travaillais pour lui à cette date) : « on laisse le choix aux salarié-e-s de décider dans quel ordre ils vont perdre leurs droits ». A l’époque, il parlait de la droite. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier