carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

2 Éditions

Billet de blog 14 sept. 2015

Une petite phrase qui en dit long

Dans l’édition du Monde datée du 10 septembre, on pouvait lire un long papier sur la réforme annoncée du marché du travail. L’article (disponible ici) confirme l’intérêt du gouvernement pour les propositions du rapport Combrexelle, qui suggère de faire descendre d’un cran le niveau des protections collectives pour les faire passer de la loi au niveau des accords de branches voire des entreprises.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans l’édition du Monde datée du 10 septembre, on pouvait lire un long papier sur la réforme annoncée du marché du travail. L’article (disponible ici) confirme l’intérêt du gouvernement pour les propositions du rapport Combrexelle, qui suggère de faire descendre d’un cran le niveau des protections collectives pour les faire passer de la loi au niveau des accords de branches voire des entreprises.

Rien de vraiment nouveau sous le soleil. Le gouvernement envisage de répondre à une très ancienne revendication du Medef, relayée ces derniers temps par des thinks tank libéraux en tous genres : il faut remettre en cause le code du travail, source de tous nos maux.

Je me demande si on a un jour pensé à renforcer les cours de logique dans les futurs programmes scolaires (ou à l’université d’été du Medef). On ne cesse depuis des dizaines d’années d’assouplir le code du travail ou d‘y créer des dérogations, en parallèle d’un mouvement continu de baisses de cotisations sociales. Les résultats côté chômage sont probants, on ne peut pas le nier. 

Une petite phrase, la dernière du papier, a retenu mon attention. 

« Il faut y aller de manière subtile, conseille un ministre. Il faut trouver le juste milieu entre l’immobilisme et la remise en cause des acquis sociaux ».

Je ne m’y suis d’abord suis pas arrêtée. Arrivée à la fin de l’article, j’ai simplement tourné la page, à nouveau dépitée par le renoncement permanent de ceux qu’il y a encore 4 ans j’appelais la gauche, et continué ma lecture. Mais quelque chose m’ennuyait. Qu’est-ce qui pouvait m’embêter dans cette phrase ?

Et là, j’ai compris. « Il faut trouver le juste milieu entre l’immobilisme et la remise en cause des acquis sociaux ». A aucun moment, dans la tête de ce ministre, sur un sujet aussi central que le travail, n’est envisagé la possibilité d’améliorer la situation des salarié-e-s.

Pas une minute, le gouvernement n’a pensé qu’un débat sur le code du travail pourrait permettre de parler conditions de travail, bien-être au travail, santé des salarié-e-s. Le débat sur le code du travail se résume à celui sur sa remise en cause. La question de la façon dont on pourrait le faire respecter ou l’améliorer n’occupe pas même le quart d’une seconde de leur pensée.

Comme si ce que vivent chaque jour les personnes qui se lèvent pour aller travailler n’existait pas, ne comptait pas.

L’enquête Sumer nous dit pourtant que 22% des salarié-e-s déclarent être l'objet d'un comportement systématiquement hostile de la part d'une ou plusieurs personnes dans leur travail. Une enquête de la FNATH nous révèle que près de la moitié des salarié-e-s disent avoir subi au cours des 12 derniers mois des troubles muscolo-squelettiques ou du stress du travail. Et une étude de la DARES montre que la crise comme la flexibilité du travail ont des impacts négatifs sur la santé des salarié-e-s et augmentent leur exposition aux risques psycho-sociaux. On pourrait remplir des encyclopédies de chiffres et témoignages sur la maltraitance, le stress ou le harcèlement au travail.

Des millions de personnes sont concernées. C’est un enjeu de justice sociale, de santé publique comme un enjeu économique.

Mais la priorité est ailleurs : « Il faut trouver le juste milieu entre l’immobilisme et la remise en cause des acquis sociaux ». 

Cette phrase déclenche un drôle d’écho, avec une autre, que le porte parole du Parti socialiste prononçait souvent en 2011 dans ses points presse (je m’en rappelle bien, je travaillais pour lui à cette date) : « on laisse le choix aux salarié-e-s de décider dans quel ordre ils vont perdre leurs droits ». A l’époque, il parlait de la droite. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal
Face à la première ministre, LFI et le RN divergent sur la stratégie
Les deux forces d'opposition ont fait vivre une séance mouvementée à Élisabeth Borne qui prononçait, mercredi 6 juillet, son discours de politique générale. La gauche a déposé une motion de censure. La droite et l’extrême droite ont annoncé qu’elles ne la voteront pas.
par Pauline Graulle et Christophe Gueugneau
Journal — Santé
Au ministère de la santé, un urgentiste qui rêvait de politique
La nomination de François Braun au chevet d’un système de santé aux multiples défaillances est plus qu’un symbole. Ce médecin de terrain, formé dans les déserts médicaux, est aguerri aux crises sanitaires. Mais il laisse, à Metz, un service d’urgences en grandes difficultés.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre
Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP