carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

159 Billets

2 Éditions

Billet de blog 26 févr. 2018

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

J'arrête

Après plusieurs jours d'insultes et de harcèlement, je quitte les réseaux sociaux.

carolinedehaas
Féministe
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La semaine dernière, l'Obs publiait plusieurs interviews suite à la mobilisation #MeToo sur les violences sexuelles. Dont le mien. J'avais dit au journaliste que ce mouvement avait permis que notre société prenne conscience de l'ampleur des violences. Chacune et chacun d'entre eux commençait à percuter qu'une femme sur deux avait été victime de violence sexuelle, dans l'immense majorité des cas par quelqu'un qu'elle connaissait. Que c'était massif. Que nos sœurs, nos mères, nos collègues, nos amies étaient concernées.

J'expliquais aussi que je trouvais intéressant que nous n'ayons pas franchi l'étape suivante : si une femme sur deux est victime, combien d'agresseurs nous entourent ? Est-ce un homme sur deux ? Un homme sur trois ? Je n'en sais rien. Je sais juste que c'est beaucoup.

Le journaliste a décidé, sans me faire relire ou valider mes propos, de titrer "Un homme sur deux ou trois est agresseur", déclenchant ainsi une vague de haine et de harcèlement sur les réseaux sociaux. Était-ce volontaire ou pas ? Je n'en sais rien. Au fond de moi, je ne peux m'empêcher de penser qu'un journal qui choisit de titrer ces propos le fait délibérément. Pour faire le buzz. Sans se soucier qu'au passage, on casse, on brise. Causeur a essayé à de nombreuses reprises sans succès. L'Obs l'a magistralement surpassé.

Au bout de 72 heures, les choses commençaient à se calmer quand Marlène Schiappa est entrée en scène. Dimanche soir, interviewée sur BFMTV, on lui a demandé de réagir à mes "propos" selon lesquels "un homme sur deux serait un agresseur" (la semaine prochaine, ça sera un homme sur un). Elle n'a pas choisi d'expliquer  que je n'avais pas tenu ces propos, elle n'a pas fait état du fait que depuis quelques jours, j'étais la victime d'injures sexistes et de harcèlement. Non. Elle a enfoncé le clou. Et moi avec.

C'était reparti pour un tour. Re-articles dans les journaux. Re-Insultes, re-harcèlement et tout le tralala. Merci madame la Secrétaire d’État.

Puis, Libération a sorti un article sur l'Unef, le syndicat étudiant, faisant état de multiples agressions sur des militantes syndicales. Les responsables de ces violences : les agresseurs. Pour Twitter, non. La responsable, c'était moi. Parce qu'à l'époque, je n'avais pas vu ces violences, c'est que j'étais complice. Eric Naulleau a posté un tweet qui a re-déclenché une vague de haine inouïe. Eric Naulleau aurait pu viser les agresseurs. Il aurait pu dire un mot gentil pour les femmes victimes. Il aurait pu avoir un mot sympathique pour moi qui avait été victime de viol lors que j'étais étudiante. Non, il a décidé de se payer une militante féministe.

Je redis ce que j'ai raconté à l'époque où est sortie l'enquête du Monde sur le même sujet, publiée quelques semaines avant celle de Libération.

Il y a 10 ans, je n'étais pas une militante contre les violences sexistes et sexuelles. J'étais une femme, une victime de violences, qui n'était pas formée pour détecter les violences dans mon entourage. En fait, j'étais comme l'immense majorité de la population. Comme vous, qui lisez ces lignes, et qui n'avez pas toujours vu dans votre famille, dans votre travail, dans votre quartier, que des femmes étaient harcelées, tapées, violées. Parce que les agresseurs s'organisent précisément pour qu'on ne voit pas. Parce que la société ne s'organise pas pour qu'on ne soit formé.e.s, outillé.e.s et éveillé.e.s pour détecter les violences et les faire cesser. Est-ce que cela signifie que nous sommes complices ? Non. Les seuls responsables des violences, ce sont les agresseurs.

Bref.

Je suis fatiguée de ces violences.

Je suis fatiguée de savoir que mes ami.e.s, ma famille et mes collègues voient des messages haineux à mon encontre. 

Je suis fatiguée de ces espaces sur lesquels des agresseurs, par milliers, me harcèlement et m'insultent en toute impunité.

J'arrête. Je quitte les réseaux sociaux pour un temps indéterminé.

La bonne nouvelle ? C'est qu'on peut changer le monde sans être sur les réseaux sociaux. Je me dis même qu'on le change sans doute mieux sans eux.

C'est ce que nous faisons par exemple avec le Groupe F, groupe d'actions contre les violences sexistes et sexuelles. Ce week-end, pendant que les trolls continuaient à insulter, harceler, menacer, nous étions 70 femmes et hommes, rassemblé.e.s pour nous former à détecter les violences, à les faire cesser et à accueillir les victimes. Des formations vont être organisées partout en France.

Je le dis donc aux agresseurs et à leurs alliés avec beaucoup de sérénité, de détermination et d'enthousiasme : votre temps est bientôt révolu.

Nous allons en finir avec les violences contre les femmes (rejoignez-nous !).

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Ukraine : la guerre, « un puissant accélérateur » pour les droits LGBT+
Depuis le début de l’invasion russe, de plus en plus de soldats ukrainiens portent publiquement les revendications des personnes LGBT+, en particulier la demande d’une union civile entre partenaires du même sexe. L’enjeu, en temps de guerre, est capital. Des hommes et des femmes meurent au combat, sans que leurs proches ne puissent revendiquer aucun droit sur leur corps.
par Mathilde Goanec
Journal
Comment le gouvernement veut rattraper le retard français
Dans un contexte de risque élevé de tension sur le réseau électrique cet hiver, l’Assemblée nationale examine, à partir du lundi 5 décembre, le projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire en France.
par Mickaël Correia
Journal
États-Unis : en Géorgie, une enquête sur l’élection de 2020 menace Donald Trump
L’ancien président a moins de souci à se faire au sujet de la défaite attendue de son poulain, Herschel Walker, lors de la sénatoriale de Géorgie du mardi 6 décembre, que de l’enquête de la procureure Fani Willis, au terme de laquelle il pourrait être inculpé pour fraudes et ingérences électorales.
par Alexis Buisson
Journal — Asie et Océanie
Rentrer ou pas à Futaba, près de Fukushima : le dilemme des anciens habitants
La dernière des 11 municipalités évacuées en 2011 à proximité de la centrale nucléaire de Fukushima accueille de nouveau des habitants sur 10 % de son territoire. La levée de l’interdiction de résidence, présentée comme un pas vers la reconstruction, ne déclenche pas l’enthousiasme.
par Johann Fleuri

La sélection du Club

Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant