TRAFIC DE VISAS FRANCAIS A SANTO DOMINGO

La police a arrêté trois hommes et une femme qui ont volé 20 millions de pesos dans une agence de change à La Vega en République Dominicaine.

Les Trois des détenus ont été arrêtés avec un passeport portant un visa pour se rendre en France, pour lesquels ils déclarent avoir payé RD $ 700 000 chacun.

Les investigations permettront de savoir qui est le bénéficiaire du trafic de visa aussi chèrement paye. L’octroi de visa obéit à une procédure bien particulière et ils sont accordés avec précaution et grande restriction. On peut dès lors s’interroger sur la manière dont ces visas ont été délivrés par le Consulat de France a des Dominicains qui pour certains ont déjà un lourd casier judiciaire !!

 La police enquête pour savoir si c'est un fonctionnaire de l'ambassade de France qui est le bénéficiaire des 700 000 pesos par visa ou s’il s’agit d’une personne extérieure.

Du point de vue procédural, le seul fonctionnaire habilité à délivrer et signer les visas est le Consul de France. Jusqu'en aout 2014 Mme Marie Hélène PAPI etait la secretaire responsable du département consulaire Français auprès de l'ambassade de France.

Ce sujet sensible du trafic d'influence ou de visas au sein des Ambassades est denonce depuis plus de deux ans par  le Dr ERIC vigneron, Avocat Dominicain et de nationalité Française, lequel a déposé plusieurs procédures en France pour dénoncer cette situation et en République Dominicaine contre deux avocats Dominicains les Drs Orlando Castillo et Marie-Hélène Gratereaux. Les deux avocats dominicains ont d’ailleurs été cités en juin 2014 devant le tribunal disciplinaire des Avocats de Saint-Domingue sur réquisition du Procureur pour fautes graves d'éthique.

 En France l'organisme chargé de la lutte contre la corruption, saisit du dossier, a transféré l’affaire au Procureur Général de Paris compte tenu de la teneur des preuves présentées. La procédure est en cours.

Affaire à suivre,

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.