Sommet des grévistes du climat à Lausanne

Sommet Smile for future: Quand 40 jeunes européens issus de 38 pays et parlant 29 langues planchent 4 jours durant pour élaborer une déclaration finale à remettre à leurs gouvernements respectifs, on se doit de les écouter!

« Alors que je montre le feu qui brûle, c’est moi qu’on photographie », c’est par ces paroles de dépit que Greta Thunberg a répondu à la presse qui s’est jetée sur elle à l’ouverture du sommet Smile for future des « grévistes du climat » à Lausanne le 4 août dernier. Congrès organisé dans les locaux de l’Université et qui a réuni 400 jeunes européens, âgé de 12 à 22 ans, choisis par tirage au sort, représentant 38 pays et parlant 29 langues différentes. Certes, Greta Thunberg est la figure de proue de tous ces jeunes qui pratiquent la grève scolaire pour essayer de mobiliser les adultes face à l’urgence climatique. Vedette modeste qui a été reçue par le prix Nobel de chimie, Jacques Dubochet, professeur honoraire de l’université de Lausanne lors d’un face à face intergénérationnel chargé d’émotion.

Mais au delà des images médiatiques, un immense travail a été effectué durant quatre jours, les jeunes ont travaillé en commissions pour aboutir par consensus à une déclaration finale qui ne mâche pas ses mots : déterminée quant aux principales conclusions qui ont fait l’unanimité :

  • éviter une augmentation de la température de plus de 1,5° par rapport à la situation pré-industrielle
  • garantir une justice climatique équitable
  • prendre en compte les conclusions des scientifiques unanimement reconnus

cette déclaration est également assortie de 22 propositions concrètes qui seront transmises aux gouvernements européens, sur lesquelles les participants ont été majoritairement d’accord mais se réservent de pouvoir les adapter aux particularités de leurs pays respectifs.

Lors de sa visite à Paris, certains parlementaires français ont cru de bon ton de narguer les efforts d’une jeune fille et au travers elle de tous ces jeunes qui s’inquiètent à juste titre de leur avenir. Mais combien de COP 21 et Cie ont été capables d’aboutir à un texte final aussi bien construit que le document de Lausanne ? Pas de lobbies dans les couloirs, pas de réceptions coûteuses offertes par une quelconque multinationale, pas de pressions politiques. C’est avec leur intelligence éveillée, leur cœur et leurs tripes que ces jeunes s’investissent pour préserver leur avenir viable. Ils sont concernés au premier plan. Aux adultes maintenant de les écouter et de ne plus les décevoir.

 https://drive.google.com/file/d/1befzKdbd2F4vd5FRUuE7ZU92_nXnS0Fw/view

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.