Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

72 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 juil. 2022

Et si l'Afrique renonçait à importer du blé ?

Et si l'Afrique tirait profit de l'arrêt brutal des exportations de blé ukrainien ? C'est ce qu'espère le cinéaste-documentaliste ivoirien Idrissa Diabaté, auteur de deux documentaires consacré au mil, une céréale qui a pratiquement disparu des assiettes africaines, remplies de denrées importées. Il espère convaincre ses compatriotes que le mil est « la céréale du futur » pour l'Afrique.

Catherine MORAND
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 Affiche du film du réalisateur ivoirien Idrissa Diabaté intitulé "Mils céréales du futur" 

Et si quelque chose de positif pouvait émerger de l’arrêt brutal des exportations de blé ukrainien dont l’Afrique est un important client ? C’est ce qu’espère le cinéaste-documentaliste ivoirien Idrissa Diabaté, un peu agacé par les prévisions apocalyptiques d’un continent africain affamé car privé du blé ukrainien. « J’espère que ce sera l’occasion pour nous en Afrique de nous demander quelles sont les céréales dont dispose notre continent et que nous pourrions cultiver nous-mêmes, afin de réduire notre dépendance alimentaires », implore-t-il.

Ses recherches documentaires ont fait apparaître que les céréales dont l’homme dispose aujourd’hui ont été domestiquées sur des continents différents. Ainsi, le blé a-t-il été domestiqué pour la première fois par l’homme en Europe, le riz en Asie, le maïs en Amérique et le mil en Afrique. « Mais le mil (appellation qui désigne aussi le millet et le sorgho), a pratiquement complètement disparu de l’assiette des Africains, au profit du riz et du blé ». Il se rappelle pourtant qu’il y a quelques décennies, les gens mangeaient le matin des galettes fabriquées à base de mil en guise de petit déjeuner. Mais la colonisation et la mondialisation sont passées par là, et aujourd’hui, le pain est devenu un aliment de base en Afrique.

« Notre continent est devenue un marché d’exportation très lucratif pour les producteurs de riz et de blé, subventionnés, ainsi que pour les importateurs sur le continent africain, qui disposent de lobbies puissants, et n’ont aucun intérêt à ce que l’Afrique produise ce dont elle a besoin pour se nourrir », regrette Idrissa Diabaté. Lui qui a consacré deux films documentaires au mil, voit pourtant dans cette céréale tout ce qu’elle pourrait apporter à l’Afrique : des valeurs nutritionnelles qui n’ont rien à envier au riz, au maïs et au blé, tout en étant moins gourmand en eau ; ainsi qu’une plus grande résistance à la sécheresse et au changement climatique. Mais en Côte d’Ivoire sa culture a diminué voire quasiment disparu dans certaines régions, au profit du cacao, du café, de l’hévéa, du palmier à huile, et désormais également de l’anacarde dans le nord du pays. « Aujourd’hui, en Côte d’Ivoire, il n’y pratiquement plus de terre pour produire les aliments de base dont nous, les Ivoiriens, avons besoin pour nous nourrir », constate-t-il.

Ce sont de telles réalités, constatées partout sur la planète, qui font dire à l’organisation GRAIN dans leur dernier rapport intitulé « De crise alimentaire en crise alimentaire » publié mi-juillet, que « les causes de la crise actuelle sont plus structurelles que la guerre en Ukraine ». Et de citer le leader paysan malien Ibrahima Coulibaly qui estime que « l’Afrique n’a pas besoin du blé d’Ukraine », tout en demandant d’arrêter de propager des « fake news ». Il réagissait au fait que la guerre en Ukraine était, selon lui, « utilisée comme un nouveau prétexte pour promouvoir l’impérialisme agricole occidental, qui a détruit les forêts, les terres agricoles et la diversité alimentaire dans les pays du Sud ».

C’est qu’en avril dernier, le président français Emmanuel Macron, en collaboration avec l’Union africaine et l’Union européenne, lançait l’initiative « Farm » (Food & Agriculture Resilience Mission), visant notamment à augmenter la production de blé, pour pallier aux déficits de blé ukrainien. Mais est-ce vraiment cela dont l’Afrique a besoin ? Ou s’agit-il plutôt, comme le recommande l’organisation GRAIN, très pointue sur ces questions, « de remodeler nos systèmes alimentaires » ? Le réalisateur de films documentaires Idrissa Diabaté est de cet avis. « Nos régimes alimentaires sont en train d’être changés pour s’adapter aux céréales importées, donc plus on avance, plus on devient dépendant », relève-t-il. Grâce à ses films, il espère convaincre ses compatriotes et le reste du continent que le mil est « la céréale du futur » pour l’Afrique.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié