LETTRE OUVERTE de SOUTIEN AUX OCCUPANTS du MOULIN du ROC à Niort (Deux-Sèvres)

SOUTIEN aux intermittents du spectacle, occupants du Moulin du Roc à Niort depuis le 11 mars ! Une LETTRE OUVERTE signée par 60 structures et acteurs culturels des DEUX-SEVRES qui soutiennent les revendications des intermittents dont la première est le retrait de la réforme de l’assurance chômage.

Madame, Monsieur (Maire, Député.e, Sénateur, Président, ...),
La situation est grave pour les plus de 500 professionnels du monde du spectacle, permanents, artistes et de technicien(ne)s du monde du spectacle intermittent(e)s précaires, dans notre département des Deux-Sèvres, comme elle l’est dans l’ensemble de notre pays.
Toutes et tous ont besoin de travailler, pour gagner leur vie, pour préparer la reprise des spectacles, pour exercer leur art. La situation est grave pour la vie culturelle, créatrice de liens sociaux essentiels, d’enrichissement personnel et collectif, une vie culturelle qui est clairement mise au rebut.
Associations, structures, professionnelles ou amateures, implantées dans les villages ou les villes de notre département, notre raison d’être est l’expression artistique et la création – théâtre, danse, musique, arts du cirque, art plastique, auteur, audiovisuel … – avec des jeunes, des adultes, des amateurs et/ou des professionnels.
Notre raison de vivre, d’exister est la création et le partage de spectacles avec un public, dans nos villages ou dans nos villes, pour contribuer à l’enrichissement culturel de nos territoires. Pour nos activités, nous faisons appel aux talents d’artistes et/ou de technicien(ne)s du département, nous contribuons à leur revenu. Tout cela est en friche. Jusqu’à quand ? Nous ne comprenons pas que cette situation perdure. Cette situation est mortifère.
C’est ce qui nous conduit à soutenir le mouvement « Occupation le Moulin du Roc » de Niort, qui rejoint le mouvement d'occupation des lieux culturels d’une ampleur nationale.
Par cette lettre ouverte nous vous demandons expressément d’accéder à leurs revendications, sinon de les appuyer : retrait de la réforme de l’assurance chômage ; prolongation de l’année blanche ; garantie des droits sociaux ; mise en place d’un plan pour l’emploi, pour travailler quand-même ; ouverture des lieux culturels.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.