Humains. Même inutiles, ça suffira.

Peut-être avez-vous vu comme moi ce porte-parole des surhumains s'adresser à une salle de jeunes diplômés de grandes écoles. Qu'il les flatte en leur disant qu'ils sont l'élite de demain, soit. Mais qu'il emploie ainsi impunément des termes qu'un nostalgique du IIIème Reich signerait des deux mains ??! Ils sont nombreux comme lui dans la nature ?

Chronique Jaune © Cédric Lamarcelle Chronique Jaune © Cédric Lamarcelle

 

 

Voici donc ce Monsieur, qui parait-il a ses entrées dans plusieurs journaux et publications, venir sur la scène pour évoquer l'homme intellectuel comme une élite dont les membres seraient destinés à devenir des "dieux", rien de moins, tandis que l'homme ordinaire, trop limité, deviendrait "inutile".

Gentiment, comme un dirigeant de start-up lançant un nouveau produit, cet animal annonce ni plus ni moins qu'il y a du surhomme et qu'il y a du sous-homme.

En fait ce qu'il affirme est même pire. L'écart entre surhomme et sous-homme n'allait pas aussi loin. Le sous-homme pouvait éventuellement devenir un esclave, tandis que l'inutile...

Devra-t-on prochainement reconstruire les outils de la solution finale ? Avec de beaux logos et des appli 2.0 ???

Ce qui est troublant c'est de voir les intellectuels si prompts à démasquer toute résurgence d'antisémitisme ou de néonazisme devant un signe blasphématoire, ici fermer pudiquement les yeux devant ce qui n'est ni plus ni moins qu'un vrai néonazisme hi-tech. En fait de surhumains tout se passe comme si ces pauvres hères avaient piteusement raté la case de l'humanité et qu'ils tentaient désespérément de sauter une classe. Ce faisant, les voici qui ne prouvent qu'une chose : leur inhumanité.

Soyons clairs, nous ne parlons pas ici de la recherche scientifique qui accompagne le rêve de l'homme amélioré, qui n'est pas condamnable en soi, chaque découverte devant être approuvée par une confrontation complexe à des valeurs éthiques. Nous évoquons le dessein derrière tout cela, et que notre cher porte-parole, littéralement grisé, ne tente même plus de dissimuler : des dieux versus des inutiles.

Cet aveu a ceci de bénéfique qu'il désigne clairement l'adversaire. N'ayant aucune illusion sur la caste à laquelle nous appartenons, la lutte n'est plus seulement nécessaire, elle s'avère vitale. Ces propos, qui ont dû infuser certaines couches dirigeantes, nous font comprendre pourquoi on constate le retrait progressif des valeurs de respect des droits de l'homme et plus généralement la fin de la notion d'égalité. Un troupeau d'inutiles ça se licencie à tout va. Devant un peuple d'inutiles on peut tirer dans la foule. Dans un terroir rempli d'inutiles, rien n'empêche de polluer abondamment, les surhumains y voyant même l'occasion de nouveaux exploits : on empoisonne pour le plaisir de rechercher des antidotes... ou pas.

Me voilà qui enrage à la lecture de ce média lorsque ma femme près de moi me suggère : "Il n'y a qu'à les envoyer sur la lune". Pas bête ma foi ! Puisque cette terre ils ne l'aiment pas, et comme la lune devient surhumainement possible... Quelques mois de réserves leur suffiront sans doute, leur intelligence supérieure fera le reste. Pendant ce temps, entre êtres humains, simples primates, homo sapiens même inutiles, nous pourrons jouir fraternellement de cette merveilleuse planète.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.