La Cosa Nostra : de la relation familiale au terrorisme patriarcal

Au début des années 1980, Tommaso Buscetta, membre de la Cosa Nostra, voit sa famille décimée. Arrêté, il livre ses aveux au juge Falcone qui donne lieu au plus grand procès incriminant la mafia italienne de l’histoire.

"Le Traître" (Il Traditore) de Marco Bellocchio © Ad Vitam "Le Traître" (Il Traditore) de Marco Bellocchio © Ad Vitam
Sortie DVD : Le Traître de Marco Bellocchio

Le cinéaste Marco Bellocchio avec Le Traître pose un nouveau regard rétrospectif sur l’histoire italienne autour de l’événement que constitue le maxi-procès où sont jugés en même temps plusieurs membres de la mafia italienne. Autour de cette reconstitution historique est rendu un vibrant et pudique hommage au juge Falcone dont le charisme discret permet au personnage éponyme Tommaso Buscetta, considéré par sa famille mafieuse initiale de la Cosa Nostra comme un « traître », de se confronter aux assassins qui se voudraient au-dessus des lois républicaines. Marco Bellocchio ne traite pas frontalement ledit procès mais choisit plutôt de mettre en perspective la figure de Tommaso Buscetta avec une pincée de psychologie, une autre de reconstitution historique et une vague forte de romantisme opératique comme il a pu en témoigner avec force dans Vincere. Tout en étant profondément politique dans les questions que ses choix de mise en scène soulèvent, le cinéaste garde au cœur de son récit les enjeux de l’appartenance à la famille, qui est le centre de l’organisation tentaculaire de la mafia et de ses stratégies de recrutement et de liens de dépendance. Il oppose à l’intérieur de son récit la grande farce de l’hypocrisie de la mafia face à la responsabilité de ses propres crimes aux errances d’un homme isolé qui s’oppose pour la première fois à une organisation qui a gangrené une grande partie de la société italienne depuis plusieurs décennies jusqu’aux plus hautes sphères de l’État méprisant la vie de tout un chacun dans l’expression de la terreur du pouvoir patriarcal. Le film est dense par sa très grande ambition, qui commence par une écriture d’une grande richesse par la complexité de toutes les questions qu’il permet de traiter tout en proposant une réflexion politique par le biais de l’intime du sens de la famille dans la société italienne. Le film conjugue à la fois la portée du traitement politique du cinéma de Francesco Rosi associé à la farce ironique et sombre de la comédie italienne d’Ettore Scola, dans une fresque historique touchant au cinéma le plus inspiré de Bernardo Bertolucci. Un bel exercice de cinéma qui fait aussi un bel hommage à la famille de cinéma que Marco Bellocchio a su se choisir.

 

 

 

le-traitre-dvd
Le Traître
Il traditore
de Marco Bellocchio
Avec : Pierfrancesco Favino (Tommaso Buscetta), Maria Fernanda Cândido (Cristina, l’épouse de Tommaso Buscetta), Luigi Lo Cascio (Totuccio Contorno), Fabrizio Ferracane (Pippo Calò), Fausto Russo Alesi (le juge Giovanni Falcone), Rosario Palazzolo (Giovanni De Gennaro), Alessio Praticò (Scarpuzzedda), Nicola Calì (Totò Riina), Vincenzo Pirrotta (Luciano Leggio), Giovanni Calcagno (Gaetano Badalamenti), Goffredo Maria Bruno (Stefano Bontade), Matteo Contino (Salvatore Inzerillo), Alberto Gottuso (Giuseppe Inzerillo), Ludovico Caldarera (Salvatore Cancemi), Gabriele Cicirello (Benedetto Buscetta, le fils de Tommaso Buscetta), Paride Cicirello (Antonio Buscetta, fils de Tommaso Buscetta), Marco Gambino (le procureur général de Palerme), Pier Giorgio Bellocchio (Cesare, garde du corps), Pippo Di Marca (Giulio Andreotti), Nino Porzio (un technicien TV de La RAI)
Italie, France, Allemagne, Brésil – 2019.
Durée : 151 min
Sortie en salles (France) : 30 octobre 2019
Sortie France du DVD : 3 mars 2020
Format : 1,85 – Couleur
Langues : français, italien - Sous-titres : français.
Éditeur : Ad Vitam
Bonus :

Court métrage : La Lutte
Masterclass de Marco Bellocchio lors du Festival Lumière

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.