"Ju Dou" un film de Zhang Yimou

Dans les années 1920 en Chine, le propriétaire d’une teinturerie achète au village voisin Ju Dou dont il fait son épouse. Son fils adoptif et employé acharné découvre que Ju Dou, dont il tombe éperdument amoureux, se fait violemment battre par son époux.

"Ju Dou" de Zhang Yimou © BQHL "Ju Dou" de Zhang Yimou © BQHL
Au sujet du Blu-ray : Ju Dou de Zhang Yimou

Après son premier film Le Sorgho rouge (1987) Zhang Yimou poursuit sa collaboration fructueuse avec la talentueuse actrice Gong Li qui joue le rôle éponyme de Ju Dou. L’histoire reprend la trame issue du Facteur sonne toujours deux fois (The Postman Always Rings Twice, 1934) écrit par le romancier James M. Cain et adapté à plusieurs reprises au cinéma. En effet, ici l’employé qui tombe amoureux de la femme de son patron, rêve de tuer ce dernier. Zhang Yimou ajoute à cette trame romanesque extrêmement tragique avec quelques pincées d’amour au service de la tragédie, une description fine de la Chine des années 1920 pour en dénoncer la lourdeur étouffante des traditions. Avec cette intention, Ju Dou rappelle aussi l’histoire des Amants crucifiés (1954) de Kenji Mizoguchi, dont la retranscription fine tenait à mettre en scène le Japon médiéval pour briser toutes velléités nostalgiques de la part des spectateurs contemporains dans le Japon traumatisé post Hiroshima. Ici, Zhang Yimou, au moment où la Chine connaît un élan de remise en contestation fort de la part des étudiants à l’égard du régime politique totalitaire oppressif, se tourne vers la Chine précommuniste pour installer sa critique de la société chinoise. Car c’est bien la tradition multiséculaire qui pousse un homme à avoir une descendance masculine tout en tolérant l’achat d’une femme comme épouse, et en condamnant au veuvage éternel et au bannissement de toute sexualité de l’épouse. Même veuve, la femme appartient à son époux défunt. La singularité du récit est d’offrir un rôle conséquent dans la dernière partie du récit au fils né d’une relation adultère émancipatrice qui porte sur lui le poids destructeur du secret autant que la violence liberticide de la tradition sur les individus.

Pour ce drame, Zhang Yimou prend le contrepied du film noir et de l’esthétique de l’expressionisme, en mettant en scène des situations toujours singulièrement lumineuses, de magnifiques drapés de tissus colorés volant à l’air libre que permet le lieu central de l’action qu’est la tannerie. Comme dans ces films suivants, Zhang Yimou montre le plaisir à reconstituer une époque culturelle de la Chine ancestrale tout en dénonçant ses mœurs en choisissant la destinée de personnages féminins en quête d’elles-mêmes, magnifiquement interprétés par son actrice fétiche Gong Li.

 

 

 

3573310010870-vid
Ju Dou
de Zhang Yimou
Avec : Gong Li (Ju Dou), Li Wei (Yang Jin-shan), Li Baotian (Yang Tian-qing), Chong Ma, Zhijun Cong, Wu Fa, Jia Jin, Xingli Niu, Yang Qianbin
Chine, Japon, 1990.
Durée : 91 min
Sortie en salles (France) : 9 janvier 1991
Sortie France du Blu-ray : 24 juillet 2020
Format : 1,37 – Couleur
Langues : mandarin, français - Sous-titres : français.
Éditeur : BQHL Éditions

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.