François Truffaut en 8 films (1968-1978)

Les éditions vidéo d’ARTE rendent un nouvel hommage à François Truffaut dans un coffret réunissant 8 de ses films réalisés entre 1968 et 1978, le tout accompagné d’un livret de témoignages des cinéastes actuels comme l’affirmation de l’héritage toujours vivant du cinéaste disparu.

Sortie du coffret DVD : François Truffaut, la passion cinéma en 8 films

En replongeant presque cinquante ans en arrière avec ces 8 films, ce coffret DVD offre un nouveau regard rétrospectif sur la vie et l’œuvre du cinéaste, les deux étant extrêmement liés. Cette autobiographie intime du cinéaste, si elle était marquée dès son premier long métrage au scénario original inspiré de sa propre adolescence dans Les Quatre cents coups (1959), elle n’a cessé de traverser tous ses films ultérieurs alors même qu’il s’agit d’adaptation de livres de romans de gare. C’est là que s’affirme à part entière la vision d’un cinéaste qui se définit et redéfinit à chacun de ses réalisations et qui apparaît avec une évidence forte au visionnage des films de ce coffret.

La singularité de François Truffaut n’est pas d’avoir révolutionné tout au long de sa filmographie le cinéma, lui pour qui le meilleur du cinéma appartenait au passé, notamment dans le cinéma made in USA de ses maîtres fétiches et figures tutélaires comme il l’avoue dans l’un de ses entretiens filmés qui accompagnent par ailleurs en guise de bonus de ce coffret. Cette nostalgie d’un âge d’or ainsi que son attrait pour différentes obsessions renvoient aux principes littéraires du romantisme que François Truffaut a su développer à sa manière dans ses films, avec pudeur quand il s’agit de la représentation de la sexualité, mais sans s’interdire de remettre en cause les modèles de masculinité triomphante de la survirilité, en inversant les rapports de genre dans La Sirène du Mississippi entre Jean-Paul Belmondo et Catherine Deneuve, de même que dans La Mariée était en noir, Une belle fille comme moi, L’Histoire d’Adèle H. où des personnages féminins deviennent les protagonistes de récits d’aventures qui sont habituellement le monopole des hommes dans l’industrie du cinéma. Cette liberté de ton, il a pu l’assumer sans militantisme, tant il vivait dans un autre monde que celui immédiat de ses contemporains, ce qui l’a fréquemment conduit à mettre en scène des sujets et des histoires passées dans différents récits, nourrissant encore une nostalgie en quête d’un manque affectif et d’un besoin de renouer avec l’enfance porteuse de beaux espoirs : l’enfance l’a ainsi beaucoup inspiré et porte encore un regard d’une précision qui ont pu échapper aux adultes contemporains des tournages, même si les films qui ont eu pour sujet central l’enfance ont eu un succès public inattendu.
François Truffaut se révèle comme un cinéaste offrant des rôles inédits aux actrices à l’horizon du cinéma français pour la simple raison que les femmes ont des choses plus profondes à vivre que les hommes dans leur volonté de fuir leurs responsabilités dans la pure action. Les portraits déclinés par Truffaut tournent notamment dans l’obsession de personnages qui deviennent des fictions en quittant les rives tranquilles de la quotidienneté.

 

 

La Mariée était en noir

de François Truffaut
Avec : Jeanne Moreau (Julie Kohler, la veuve), Michel Bouquet (Robert Coral), Jean-Claude Brialy (Corey), Charles Denner (Fergus, le peintre), Claude Rich (Bliss), Michael Lonsdale (Clément Morane, l'industriel), Daniel Boulanger (Delvaux, le ferrailleur), Alexandra Stewart (Mlle Becker, l'institutrice), Sylvine Delannoy (Mme Morane), Christophe Bruno ("Cookie" Morane), Luce Fabiole (la mère de Julie), Michèle Montfort (le modèle de Fergus), Jacqueline Rouillard (la logeuse de Coral), Paul Pavel (le mécanicien de Delvaux), Gilles Quéant (le juge d'instruction), Serge Rousseau (David Kohler, le mari de Julie), Van Doude (l'inspecteur de police)
France, Italie, 1968.
Durée : 107 min
Sortie en salles (France) : 17 avril 1968

Bonus :
La Comtesse de Monte Cristo : entretien avec François Truffaut
Une mariée solitaire : entretien avec Jeanne Moreau sur le tournage du film
Los 4 golpes (1962) : un court métrage de François Truffaut
Bande-annonce originale

 

La Sirène du Mississippi
Avec : Jean-Paul Belmondo (Louis Mahé), Catherine Deneuve (Marion Vergano), Michel Bouquet (Comolli, le détective privé), Marcel Berbert (Jardine, avec la voix de Daniel Ceccaldi), Nelly Borgeaud (Berthe Roussel / Julie Roussel en photo), Martine Ferrière (Mme Travers, la dame de l'agence immobilière), Yves Drouet (M. Hoareau), Roland Thénot (Richard), Alexandra Stewart et Delphine Seyrig (les voix off des petites annonces), Albert Ramassamy (le curé), Catherine Rosny
France, Italie, 1969.
Durée : 123 min
Sortie en salles (France) : 18 juin 1969

Bonus :
Un homme né pour faire des films : Truffaut vu par Renoir
Une histoire d’amour inversée : entretien avec François Truffaut
Bande-annonce originale

 

 

L’Enfant sauvage
de François Truffaut
Avec : Jean-Pierre Cargol (Victor), François Truffaut (Docteur Itard), Françoise Seigner (Mme Guérin), Jean Dasté (Docteur Pinel), Annie Miller (Mme Lemerie), Claude Miller (M. Lemerie), Jean-François Stévenin (le campagnard), Paul Villé (RémyLaura Truffaut (la fille à la ferme), Éva Truffaut (la fille à la ferme), Pierre Fabre (l'infirmier), Gitt Magrini (la paysanne)
France, 1970.
Durée : 83 min
Sortie en salles (France) : 26 février 1970

Bonus :
Sur le tournage de L’Enfant sauvage
Entretien avec François Truffaut et Lucien Malson, auteur de l’ouvrage Les Enfants sauvages
Bande-annonce originale

 

 

Une belle fille comme moi
de François Truffaut
Avec : Bernadette Lafont (Camille Bliss), Claude Brasseur (Me Murene), Charles Denner (Arthur), Guy Marchand (Sam Golden), André Dussollier (Stanislas Prévine), Philippe Léotard (Clovis Bliss), Anne Kreis (Hélène), Danièle Girard (Florence Golden), Gilberte Géniat (Isobel Bliss), Michel Delahaye (Me Marchal), Martine Ferrière (la secrétaire de la prison), Annick Fougery (l'institutrice), Jérôme Zucca (l'enfant cinéaste amateur), Gaston Ouvrard (le vieux gardien de prison), Jacob Weizbluth (Alphonse), Marcel Berbert (le libraire)
France, 1972.
Durée : 98 min
Sortie en salles (France) : 13 septembre 1972

Bonus :
Sur le tournage d’Une belle fille comme moi : avec François Truffaut, Bernadette Lafont, Guy Marchand, André Dussollier
Bande-annonce originale

 

 

L’Histoire d’Adèle H
de François Truffaut
Avec : Isabelle Adjani (Adèle Hugo), Bruce Robinson (le lieutenant Albert Pinson), Sylvia Marriott (madame Saunders), Joseph Blatchley (Whistler, le libraire), Ivry Gitlis (le magicien-magnétiseur), Ruben Dorey (monsieur Saunders), Clive Gillingham (Keaton), Louise Bourdet (la servante de Victor Hugo), Sir Cecil de Sausmarez (maître Lenoir, le notaire), Sir Raymond Falla (le juge Johnstone), Roger Martin (le docteur Murdock), Jean-Pierre Leursse (le scribe noir), Carl Hathwell (l'ordonnance de Pinson), François Truffaut (un officier)
France, 1975.
Durée : 80 min
Sortie en salles (France) : 8 octobre 1975

Bonus :
Une histoire d’amour avec une seule personne : entretien avec François Truffaut
Présentation du film à Lyon
Entretien avec Isabelle Adjani
Bande-annonce originale

 

 

L’Argent de poche
de François Truffaut
Avec : Philippe Goldmann (Julien Leclou), Bruno Staab (Bruno), Georges Desmouceaux (Patrick Desmouceaux), Laurent Devlaeminck (Laurent), Nicole Félix (la mère de Grégory), Chantal Mercier (Chantal Petit, professeur), Jean-François Stévenin (Jean-François Richet, professeur), Virginie Thévenet (Lydie Richet), Tania Torrens (Nadine Riffle, la coiffeuse), Marcel Berbert (le directeur d'école), René Barnérias (Monsieur Desmouceaux, le père de Patrick), Sylvie Grezel (Sylvie), Katy Carayon (la mère de Sylvie), Jean-Marie Carayon (le père de Sylvie, inspecteur de police), Annie Chevaldonné (l'infirmière), Francis Devlaeminck (Monsieur Riffle, père de Laurent, coiffeur), Michel Dissart (Monsieur Lomay, l’agent de police), Michele Heyraud (Madame Deluca), Paul Heyraud (Monsieur Deluca), Jeanne Lobre (la grand-mère de Julien), Vincent Touly (le concierge), Pascale Bruchon (Martine), Claudio De Luca (Mathieu), Franck De Luca (Franck), Éva Truffaut (une jeune fille invitée au cinéma), Corinne Boucart (une jeune fille invitée au cinéma)
France, 1976.
Durée : 105 min
Sortie en salles (France) : 17 mars 1976

Bonus :
Spécial cinéma : entretien avec François Truffaut par Christian Defaye
Les essais des enfants
Sur le tournage
Bande-annonce originale

 

 

L’Homme qui aimait les femmes
de François Truffaut
Avec : Charles Denner (Bertrand Morane), Brigitte Fossey (Geneviève Bigey, l’éditrice), Nelly Borgeaud (Delphine Grezel), Geneviève Fontanel (Hélène), Leslie Caron (Véra), Nathalie Baye (Martine Desdoits), Valérie Bonnier (Fabienne), Jean Dasté (le docteur Bicard), Sabine Glaser (Bernadette), Henri Agel (un lecteur), Chantal BalussouNella Barbier (Liliane, la serveuse judoka), Anne Bataille (la jeune femme à la robe frangée), Martine Chassaing (Denise), Ghylaine Dumas (la seconde employée Midi-CarMonique Dury (Monique Duteil), Frédérique Jamet (la petite fille), Roger Leenhardt (M. Betany, directeur des éditions), Christian Lentretien (l'inspecteur de police), Henry-Jean Servat (un lecteur), François Truffaut (l'homme aux funérailles), Michele Gonsalvez, Sabine Guilleminot
France, 1977.
Durée : 118 min
Sortie en salles (France) : 27 avril 1977

Bonus :
Femmes et hommes : discussion avec François Truffaut et Charles Denner lors de la sortie du film
Bande-annonce originale

 

 

La Chambre verte
de François Truffaut
Avec : François Truffaut (Julien Davenne), Nathalie Baye (Cecilia Mandel), Jean Dasté (Bernard Humbert), Patrick Maléon (Georges), Jeanne Lobre (Mme Rambaud), Antoine Vitez (secrétaire de l'évêque), Jean-Pierre Moulin (Gérard Mazet), Serge Rousseau (Paul Massigny), Jean-Pierre Ducos (le prêtre dans la chambre mortuaire), Annie Miller (Geneviève Mazet), Nathan Miller (le fils de Geneviève Mazet)
France, 1978.
Durée : 94 min
Sortie en salles (France) : 5 avril 1978

Bonus :
La Fin des bougies : entretien avec François Truffaut
Bande-annonce originale

 

coffret-francois-truffaut-8-films-dvd
Durée totale du coffret : 16 heures
Sortie France du coffret DVD : 17 novembre 2020
Couleur
Langue : français - Sous-titres : français pour sourds et muets.
Éditeur : ARTE ÉDITIONS

Bonus :
le livret « Truffaut vu par » d’Olivier Père (100 pages)

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.