Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2539 Billets

6 Éditions

Billet de blog 3 déc. 2022

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Festival du Film de Société de Royan 2022 : "Le Marchand de sable" de Steve Achiepo

Suite aux tensions politiques et sociales en Côte d'Ivoire, la tante de Djo et ses enfants se réfugient en France en quête d'un lieu où dormir. Modeste livreur à Cergy-Pontoise, Djo dans le souci d'offrir un cadre de vie meilleur à sa fille, se lance peu à peu dans l'économie des marchands de sommeil.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

2e édition du Festival du Film de Société de Royan 2022 : Le Marchand de sable de Steve Achiepo

Pour son premier long métrage de fiction en tant que réalisateur, l'acteur Steve Achiepo passe derrière la caméra pour porter à l'écran une réalité sociale contemporaine méconnue, celle des familles de migrants qui se mettent en danger tout en se faisant exploitées en France à travers les pratiques décomplexées de ceux que l'on appelle « marchands de sommeil ».

Illustration 1
Le Marchand de sable de Steve Achiepo © The Jokers Films

Le sujet était déjà au centre de l'intrigue du film De battre mon cœur s'est arrêté (2005) dans une tragédie où le protagoniste dans son opposition castratrice à son père trouvait une rédemption dans l'art. Cependant, Steve Achiepo associe également à ce film le combat fiévreux d'un homme pour protéger sa famille que l'on trouve dans Dheepan (2015) de Jacques Audiard et surtout de son propre aveu le film de Ken Loach It's a free world (2007) où il était également question de l'arrangement avec la moralité d'un personnage en situation précaire qui fait l'apprentissage à marche forcée des attraits moribonds du néolibéralisme sauvage. Pour cela, Steve Achiepo associe étroitement la réalité documentaire de la société contemporaine dont il se fait le fin observateur pour dénoncer une réalité plus complexe que la plupart des personnalités politiques démagogiques ne veulent pas voir et une narration qui conjugue les ressorts de la tragédie pour mettre en valeur les forces en présence dans la réalité des destinées humaines.

L'histoire partagée ainsi par Steve Achiepo est un véritable cri d'alarme qui rappelle qu'une absence de politique d'accueil des réfugié.es en détresse conduit au développement d'une zone de non droits où se propagent de manière inquiétante de manière épidémique des économiques criminelles lucratives où la vie humaine ne vaut plus grand chose. En suivant la destinée d'un « père courage » célibataire qui se démène sincèrement pour offrir la meilleure situation à sa fille comme à l'ensemble de sa famille qui va s'étendre aux différentes personnes se retrouvant sans domicile, Steve Achiepo au-delà de rappeler que l'enfer est pavé de bonnes intentions pose une question éthique profonde dans le positionnement individuel de tout citoyen face à une problématique d'urgence humanitaire et au désengagement de l'État.

La mise en scène de Steve Achiepo est à la fois efficace et sobre, frôlant à plusieurs reprises les chemin attendus du drame social dont la figure tutélaire reste Le Voleur de bicyclette (1948) de Vittorio De Sica mais sans pour autant s'y perdre grâce notamment à la confiance accordée à ses interprètes principaux. Son casting est particulièrement réussi à travers l'humanité complexe et parfois trouble de Moussa Mansaly qui porte le poids physique du drame du monde sur ses épaules, d'Ophélie Bau qui joue avec une perspicacité fascinante la culpabilité de la travailleuse sociale démunie par le peu de moyens que lui laisse l'État dont elle dépend, à l'ambiguïté du chef mafieux proposé par Benoît Magimel, sans oublier Mamadou Minte dans le rôle du Colonel à l'odeur de souffre par son attirance décomplexée par les bénéfices aux détriments de l'humanité.

Le Marchand de sable
de Steve Achiepo
Fiction
106 minutes. France, 2022.
Couleur
Langue originale : français

Avec : Moussa Mansaly (Djo), Aïssa Maïga (la tante de Joe), Ophélie Bau (Aurore), Benoît Magimel (le marchand de sommeil), Mamadou Minte (le Colonel), Étienne Guillou-Kervern (Vincent), Julia Oberlinkels (Saocen)
Scénario : Steve Achiepo, Romy Coccia di Ferro
Images : Sébastien Goepfert
Montage : Julie Lena
Musique : Amin Bouhafa
Son : Fanny Weinzaepflen
Casting : Christel Baras, Sophie Martin
Production : Barney Production
Coproduction : The Jokers Films, France 2 Cinéma
Produit par : Saïd Hamich
Coproduit par : Violaine Barbarou, Manuel Chiche
Distributeur (France) : The Jokers Films

Sortie salles (France) : 8 février 2023

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte