L'héritage d'Homère, un poids transgénérationnel

Sinan retrouve sa famille dans sa ville natale. Il souhaite éditer son premier roman mais son avenir est encore incertain et il s'oppose vite à son père, un flambeur invétéré.

"Le Poirier sauvage" de Nuri Bilge Ceylan © Memento Films "Le Poirier sauvage" de Nuri Bilge Ceylan © Memento Films

Sortie Blu-ray : Le Poirier sauvage de Nuri Bilge Ceylan

Nuri Bilge Ceylan nourrit film après film, une expression qui fait autant appel à la littérature des grandes épopées psychologiques russes pour la finesse des portraits de ses personnages, que la peinture impressionniste capable de saisir l'environnement naturel dans toutes les subtilités d'une large palette lumineuse. Le cinéaste définit ainsi ses personnages dans leur environnement naturel et dans leurs confrontations sociales et se donne ainsi les moyens d'embrasser une histoire humaine universelle dans ses liens transgénérationnels. Il fallait pour cela retranscrire tout un récit dans sa durée (plus de trois heures) pour approcher peu à peu l'histoire d'un individu qui cherche à s'affirmer en rejetant toute une société qu'il abhorre et au premier rang de laquelle se trouve son propre père. Or, c'est toute la problématique ici de ce jeune misanthrope de faire face à ses propres contradictions et assumer sa propre histoire, ses propres origines dans cette contrée de la Turquie qui a eu pour décors l'une des premières épopées de l'histoire de la littérature occidentale grâce aux récits d'Homère. Ainsi, le poids historique de Troie pèse sur Sinan qui aimerait s'affirmer immédiatement dans son unique présent alors que son passé est source de tant de déception, qu'il s'agisse de son ancienne amoureuse comme de ses anciens amis. Un portrait de la Turquie contemporaine se dessine alors peu à peu au fil de ses rencontres qui sont autant de moments de discussions passionnées filmées en plan-séquence où le cadre dans son mouvement comme dans sa fixité offre un véritable dynamisme au récit. Nuri Bilge Ceylan offre ainsi une dimension proche de l'opéra aux esthétiques de Michelangelo Antonioni et d'Andreï Tarkovski, deux figures cinématographiques tutélaires dans lesquels il peut se nourrir sans avoir à user de cheval de Troie.

 

 

91kfgf27r8l-sl1500
Le Poirier sauvage
Ahlat Ağacı
de Nuri Bilge Ceylan
Avec : Dogu Demirkol (Sinan), Murat Cemcir (Idris, le père de Sinan), Bennu Yildirimlar (Asuman, la mère de Sinan), Asena Keskinci (Yasemin Karasu, la soeur de Sinan), Serkan Keskin (Suleyman, l'écrivain), Hazar Ergüçlü (Hatice, la jeune femme), Ahmet Rifat Sungar (Ali Riza), Tamer Levent (Recep, le grand-père), Ercüment Balakoglu (Ramazan, le grand-père), Özay Fecht (Hayriye, la grand-mère), Kadir Çermik (Adnan, le maire), Kubilay Tunçer (Ilhami, l'entrepreneur), Sencar Sagdic (Nevzat), Akin Aksu (l'imam Veysel), Öner Erkan (l'imam Nazmi)
Turquie, Macédoine, France, Allemagne, Bosnie-Herzegovine, Bulgarie, Suède, 2018.
Durée : 188 min
Sortie en salles (France) : 8 août 2018
Sortie France du DVD : 8 décembre 2018
Couleur
Langue : turc - Sous-titres : français.
Éditeur : Memento Films
Bonus :
Bande-annonce
Making of

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.