Le squat, l’action collective contre la spéculation immobilière

Dans les années 2000 à Barcelone, un groupe d’activistes fait du squart une action politique concrète pour dénoncer la spéculation immobilière privée avec la complicité de la municipalité et revendiquer le droit pour tous d’accéder à un logement.

"Squat, la ville est à nous" de Christophe Coello © C-P Productions "Squat, la ville est à nous" de Christophe Coello © C-P Productions
Au sujet de l’édition DVD : Squat de Christophe Coello

Christophe Coello qui a suivi les manifestations des Mapuches au Chili (Mari Chi Meu et Retour en terre mapuche), la question contemporaine du travail (Attention danger travail, Volem rien foutre al païs) aux côtés de ses complices Pierre Carles et Stéphane Goxe, s’est aussi impliqué seul avec sa caméra dans les mouvements de squats barcelonais, en commençant par un court métrage documentaire présent dans cette édition DVD : Il nous reste la rage (2003). En 2003, des hommes et des femmes commençaient à se réunir sur les places publiques à Barcelone pour manifester leur désaccord face à la décision de l’Espagne de soutenir le gouvernement de la présidence de Bush dans leur guerre contre l’Irak. Une fois ces personnes mobilisées, leurs actions se sont poursuivies pour dénoncer la spéculation immobilière visant à exclure les gens les plus pauvres économiquement du centre-ville dévolu aux classes aisées et à la manne touristique, excluant derechef les anciens habitants toujours plus en périphérie : tel est le récit de Squat, la ville est à nous de Christophe Coello. Cette dénonciation passe par des actions concrètes de squat où la vie communautaire s’organise afin de penser la forme solidaire de la lutte en mobilisant notamment les voisins qui, sans avoir usé du squat, se retrouvent en situation précaire d’être exclus de leur logement. Cet activisme qui remonte aussi à des formes de luttes pratiquées sous la dictature de Franco, se prolonge encore au début des années 2010 et à la fin des années 2000 avec le mouvement d’occupation des places publiques des Indignados pour dénoncer cette fois-ci la grande escroquerie au niveau mondial de la finance. Ce groupe d’activistes mènent en scène diverses actions dans la ville pour s’approprier les moyens de vivre, qu’il s’agisse de récupérer des denrées alimentaires périmées sur les marchés, rendre gratuit les transports en commun, dénoncer la complicité d’entreprises espagnoles à l’égard de marchands d’armes, etc.

Christophe Coello documente avec son film la force du collectif qui s’inscrit dans des actions concrètes, politiques et poétiques ou la musique et la danse s’invitent allègrement. Cette expérience collective à l’heure de l’individualisme forcené du triomphe cynique de l’individualisme est un témoignage alternatif rare qui permet de recentrer les problématiques politiques sur des actions concrètes de désobéissances civiles.

 

 

squat-jaquette-dvd-recto-2-715x1024
Squat, la ville est à nous
de Christophe Coello
France – 2011.
Durée : 94 min
Sortie en salles (France) : 2 novembre 2011
Sortie France du DVD : 2 mai 2012
Couleur
Langues : espagnol, catalane - Sous-titres : français, anglais, néerlandais, allemand.
Éditeur : C-P Productions
Bonus :
Il nous reste la rage (2003) court métrage de Christophe Coello
Livret 8 pages

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.