"Luce, à propos de Jean Vigo" un documentaire de Leïla Férault-Levy

Luce, l’unique fille de Jean Vigo, décédé alors qu’elle avait 3 ans, âgée de plus de 80 ans à présent, ouvre sa malle à son fils Nicolas Sand pour lui faire découvrir les archives et objets de mémoire d’un cinéaste poète hors du commun.

Au sujet du DVD : Luce, à propos de Jean Vigo de Leïla Férault-Levy

Avec pudeur et discrétion, la réalisatrice de ce documentaire suit l’échange qui se déroule entre une mère octogénaire, Luce Vigo, et son fils, Nicolas Sand, autour de la mémoire de Jean Vigo. De ce rencontre et enjeu de transmission familiale, c’est aussi la question de l’héritage de l’histoire du cinéma qui est convoquée autour de la figure de Jean Vigo, cinéaste génial trop tôt disparu à 29 ans après avoir réalisé À propos de Nice (1930), La Natation par Jean Taris (1931), Zéro de conduite (1933) et L'Atalante (1934). C’est avec émotion que l’on découvre ces quelques pans d’archives familiales qui font également parties de la mémoire du cinéma. Ce documentaire ne cherche pas à lancer des investigations sur Jean Vigo mais réunit des extraits de chacun de ses films comme autant de traces mémorielles pour convoquer sa mémoire. Nulle grande révélation ici, la réalisatrice restant toujours en retrait et filmant respectueusement la transmission à l’œuvre entre une mère et son fils. Autour de l’hommage rendu à Luce, fille de Jean Vigo, c’est naturellement la mémoire du cinéaste qui est convoquée où comment le travail d’un cinéaste trop tôt disparu peut contenir une mémoire précieuse enfouie dans son œuvre.

 

 

luce-a-propos-de-jean-vigo-dvd
Luce, à propos de Jean Vigo
de Leïla Férault-Levy

France, 2018.
Durée : 67 min
Sortie France du DVD : 9 octobre 2018
Couleur
Langue : français - Sous-titres : anglais.
Éditeur : La Huit

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.