Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2070 Billets

5 Éditions

Billet de blog 4 déc. 2021

Les Œillades d’Albi : "Memory Box" de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige

De nos jours au Canada, Alex découvre une histoire familiale tue, où les souvenirs de sa mère prennent vie à travers des photographies de sa mère à son âge dans les années 1980 au Liban.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

25e édition des Œillades 2021, le Festival du Film Francophone d’Albi : Memory Box de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige

Joana Hadjithomas et Khalil Joreige puisent dans leur propre mémoire et celle de l’histoire douloureuse du Liban autour de leur nouvelle fiction où la curiosité de la nouvelle génération actuelle est une opportunité pour la précédente de revisiter ce qu’elle a toujours tu. Sur le même thème de l’histoire traumatique de la guerre civile au Liban qui détruit de fond en comble la société dans son ensemble, Memory Box puise dans l’inspiration d’artistes touchent à tout que sont Joana Hadjithomas et Khalil Joreige pour trouver la forme d’expression hybride la plus appropriée pour réveiller la mémoire enfuie. Le film est un peu le frère jumeau de Sous le ciel d’Alice (2020) de Chloé Mazlo qui avait la ferme démarche de réveiller le passé mais en s’y plongeant totalement et sans aller-retour avec le présent. Chloé Mazlo utilisait pour l’occasion le cinéma d’animation pour mettre en scène les strates du passé. De leur côté, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige se sont concentrés sur le dialogue entre les générations, ou encore, selon une logique transgénérationnelle, comment la nouvelle génération se charge de soigner les blessures des générations ultérieures au sein d’une même lignée familiale.

"Memory Box" de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige © Haut et Court

La créativité plastique des découpages vient réveiller de manière ludique les images du passé avec un effort singulier pour que passé et présent fusionnent. Ce choix de mise en scène permet au présent d’être habité par le passé comme le passé se caractérise par son futur incertain. Avec subtilité et douceur exquise, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige poursuivent une filmographie ancrée dans l’histoire du Liban.

Memory Box
de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige

Fiction
102 minutes. France, Canada, Liban, 2021.
Couleur
Langues originales : français, anglais, arabe

Avec : Manal Issa (Maia, jeune), Rim Turki (Maia Sanders, adulte), Paloma Vauthier (Alex Sanders), Clémence Sabbagh (Téta), Hassan Akil (Raja), Halim Abiad (Halim, jeune), Michelle Bado (Michelle, jeune), Rita Bado (Michelle, adulte), Patrick Chemali (Halim, adulte), Rabih Mroue (Raja, adulte), Jade Charbonneau, Reem Khoury, Rea Gemayel, Isabelle Zighondi, Joe Kodeih, Reina Jabbour, Hassan Akil, Nisrine Abi Samra, Ghida Younes
Scénario : Joana Hadjithomas, Khalil Joreige, Gaëlle Macé
Images : Josée Deshaies
Montage : Tina Baz
Musique : Charbel Haber, Radwan Moumneh 
Son : Guillaume Lebraz
Effets visuels : Laurent Brett
Casting : Marie Cantet, Abla Khoury, Sarah Teper, Isabelle Thez-Axelrad, Brigitte Viau
Décors : Mary Lynn Deachman, Franckie Diago, Maia el Khoury
Costumes : Lara Mae Khamis
Maquillage : Fanny Vachon
Production : Christian Eid et Georges Schoucair (Abbout productions, Liban), Carole Scotta et Barbara Letellier (Haut et Court, France), Luc Déry, Jasmyrh Lemoine et Kim McCraw (Micro_Scope, Canada)
Distributeur (France) : Haut et Court
Sortie salle (France) : 19 janvier 2022

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française