La nuit des masques dans un train

Trois ans après une plaisanterie de jeunes étudiants en médecine qui a traumatisé l’un d’eux, ces derniers se retrouvent une fête costumée dans un train. C’est sans compter sur la présence d’un tueur en série parmi eux.

"Terror Train" de Roger Spottiswoode © Rimini "Terror Train" de Roger Spottiswoode © Rimini
Sortie du Blu-ray / DVD / livret : Terror Train de Roger Spottiswoode

Le succès inattendu du slasher Halloween, la nuit des masques (1978) de John Carpenter a ouvert de grandes portes à de nombreuses productions nord-américaines qui ont littéralement inondé le marché de la distribution des films dans les années 1980. Même si le film de Carpenter n’invente aucunement le slasher, il lui donne une forme et un cadre qui vont être copiés à foison. Ainsi, peu de temps plus tard, l’idée vient au producteur Daniel Grodnik de retransposer l’arc narratif de La Nuit des masques dans un train en mouvement. C’est ainsi que l’on retrouve effectivement des masques derrière lequel se trouve un tueur psychopathe prêt à multiplier les assassinats de jeunes en pleine effervescence hormonale. Mais aussi l’actrice principale Jamie Lee Curtis qui enchaîne là son quatrième film d’horreur, sans encore explorer d’autres genres au cinéma, ce qui la conduit à devenir « the Terror Queen ». Il est vrai qu’elle s’investit pleinement dans son personnage au même titre que l’autre professionnel qui a traversé l’histoire du cinéma américain et plus particulièrement le western masculin de John Ford et plus tard Sam Peckinpah : Ben Johnson. Celui-ci reprend ainsi la figure tutélaire protectrice de Donald Pleasance dans le film de Carpenter. Pour ces différentes raisons et d’autres encore, le film est une humble série B qui ne prétend pas révolutionner un genre qui commence alors à prendre ses formes. Et pourtant, le film est d’autant mieux réalisé que l’on trouve des artistes inspirés derrière la caméra. Roger Spottiswoode réalisait alors son premier long métrage après avoir travaillé comme monteur des films de Sam Peckinpah notamment. Quant à l’image, elle est signée John Alcott, chef opérateur qui a travaillé plusieurs fois avec Stanley Kubrick et qui après Barry Lyndon, vient de sortir de neuf mois de tournage de Shining avant de se rendre sur celui de Terror Train ! Et il fallait bien un tel génie de l’image pour concevoir tous ces plans dans un espace aussi réduit que ceux des wagons de train. Il en résulte un film qui n’a rien de honteux, bien au contraire, et peut s’inscrire honorablement dans la lignée des slasher à voir sans pour autant l’enrichir. La mise en scène est un peu trop sagement alignée au modèle du film de Carpenter mais il y a tout de même pire comme source d’inspiration !

 

 

61nfolnw8xl-ac-sy879
Terror Train. Le Monstre du train
Terror Train
de Roger Spottiswoode

Avec : Jamie Lee Curtis (Alana Maxwell), Ben Johnson (Carne, le conducteur du train), Hart Bochner (Doc Manley), David Copperfield (le magicien), Derek MacKinnon (Kenny Hampson), Sandee Currie (Mitchy), Timothy Webber (Mo), Anthony Sherwood (Jackson), Howard Busgang (Ed), Steve Michaels (Charley), Greg Swanson (le garçon déguisé en président), D.D. Winters (Merry), Joy Boushel (Pet), Thom Haverstock (Bill Chase), Roland Nincheri (le conducteur du bus), Victor Knight, Donald Lamoureux, Charles Biddle,Sr., Elizabeth Cholette, Peter Feingold, Richard Weinstein, John Busby, Andrea Kenyon, Elaine Lakeman, Gerald Eastman, Charles Biddle,Jr., Nadia Rona

Canada, 1980.
Durée : 97 min
Sortie en salles (France) : 17 juin 1981
Sortie France du collector Blu-ray / DVD / livret : 4 janvier 2020
Format : 1,85 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Rimini Éditions

Bonus :
Interview du réalisateur Roger Spottiswoode (16’46”, vostf)
Interview de la coscénariste Judith Rascoe (5’35”, vostf)
Portrait de Jamie Lee Curtis (26’, vf)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.