Jason, l’horreur culte à son origine

Vingt ans après l’assassinat de deux jeunes moniteurs, le camp de vacances pour enfants de Crystal Lake rouvre ses portes. Les moniteurs se préparent, flirtent et les sanglantes victimes d’un tueur en série se multiplient.

"Vendredi 13" (Friday the 13th) réalisé par Sean S. Cunningham © Warner Bros. "Vendredi 13" (Friday the 13th) réalisé par Sean S. Cunningham © Warner Bros.
Sortie Blu-ray : Vendredi 13 de Sean S. Cunningham

Vendredi 13 est devenu un film culte avec une saga qui s’étale sur plus d’une dizaine de longs métrages comprenant un reboot et un crossover avec l’univers de Freddy sur plus de trois décennies. L’origine du film était tout bonnement intéressée : après les « films du famille », le réalisateur Sean S. Cunningham a été marqué par un nouveau type de cinéma extrêmement rentable avec de faibles investissements de départ : le film d’horreur comprenant notamment un tueur psychopathe. En cette fin de décennie 1970, c’est notamment le succès public d’Halloween, la nuit des masques (1978) de John Carpenter qui retient l’attention de Sean S. Cunningham et de son scénariste Victor Miller. Celui-ci reprend d’ailleurs toute la structure du scénario de John Carpenter avec un drame original vingt ans plus tôt et des meurtres affreux à l’égard de jeunes en pleine découverte de leur propre sexualité. On retrouve incidemment ce discours moralisateur de la condamnation de la sexualité des jeunes qui sont sensés s’occuper des enfants dans une société américaine puritaine qui à la fin des années 1970 a traversé les diverses révolutions prônant la liberté de jouir des individus qui fut pour elle un véritable chaos digne d’un film d’horreur ! C’est ce fond social qui anime l’esprit vengeur du mystérieux tueur dont l’identité est cachée pour un peu plus des deux tiers du film, la caméra ne cessant d’épouser à plusieurs moments les agissements du tueur en caméra subjective. C’est par ce choix de mise en scène que la caméra interroge ainsi le regard potentiellement conservateur du spectateur de l’époque. Réalisé avec une production indépendante et des moyens rudimentaires, Vendredi 13 a bénéficié d’une distribution plus conséquente qui lui a permis de rencontrer un très large public en très peu de temps et sortir de la marginalité dans laquelle il a été dans un premier temps réalisé. Le film bénéficie en outre d’effets spéciaux artisanaux d’une grande qualité autant par ses inventions sanglantes que dans le rendu plastique réaliste : il s’agit là du résultat du travail de Tom Savini, connu pour sa contribution à plusieurs films d’horreur cultes. Ajoutons encore à cela une bande originale signée Harry Manfredini d’une grande subtilité qui participe avec une sobriété percutante à la mise en scène de l’effroi. On note encore l’ombre inspiratrice du Psycho d’Alfred Hitchcock où la folie d’un mystérieux tueur qui peut débarquer à tout instant est répété à l’envi pour mettre à mort systématiquement l’ensemble des personnages jeunes et insouciants. Pendant ce temps, aux alentours, la société est vieillissante et semble s’enfermer dans la coupable fonction de la mise à mort de la jeunesse et par là de son propre avenir. Cette édition Blu-ray bénéficie d’un large contenu de bonus avec plus d’une heure d’entretiens avec les différents membres de l’équipe du film, notamment le réalisateur et producteur, le scénariste, le responsable des effets spéciaux, le compositeur, les deux actrices principales. Même s’il manque une analyse actuelle du phénomène de la saga Vendredi 13 et les influences que ce film a eu sur la production des films d’horreur à venir, ce contenu apporte malgré tout des éléments précieux des choix de mise en scène.

 

 

vendredi-13-steelbook-blu-ray-1
Vendredi 13
Friday the 13th
réalisé par Sean S. Cunningham

Avec : Betsy Palmer (Mrs. Voorhees), Adrienne King (Alice Hardy), Jeannine Taylor (Marcie Stanler Cunningham), Robbi Morgan (Annie Phillips), Kevin Bacon (Jack Marand Burrell), Harry Crosby (Bill Brown), Laurie Bartram (Brenda Jones), Mark Nelson (Ned Rubinstein), Peter Brouwer (Steve Christy), Rex Everhart (Enos, le conducteur du camion), Walt Gorney (Ralph, le fou du village), Ronn Carroll (le sergent Tierney), Ron Millkie (l’officier Dorf), Willie Adams (Barry Jackson), Debra S. Hayes (Claudette Hayes), Dorothy Kobs (Trudy, la patronne du bar), Sally Anne Golden (Sandy, la serveuse du restoroute), Ken L. Parker (le docteur), Ari Lehman (Jason Voorhees)

USA, 1980.
Durée : 95 min
Sortie en salles (France) : 11 février 1981
Sortie France du Blu-ray : 2 octobre 2019
Format : 1,85 – Couleur
Éditeur : Warnes Bros.
Bonus : Commentaires de Sean S. Cunningham
« Retour à Crystal Lake » : le tournage du film
« Réunion de Vendredi 13 » : les membres du casting Betsy Palmer et Adrienne King, le scénariste Victor Miller et le compositeur Harry Manfredini se réunissent
Scènes supplémentaires
« Le réalisateur : Sean S. Cunningham »
Scènes inédites - 1ère partie
« Les chroniques de Vendredi 13 & Secrets de tournage »
Bande-annonce originale

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.