"M. Hobbs prend des vacances" de Henry Koster © ESC Éditions "M. Hobbs prend des vacances" de Henry Koster © ESC Éditions

Sortie DVD : M. Hobbs prend des vacances de Henry Koster

Dans les années 1960, la jeunesse est en pleine ébullition et les adultes profitant du confort matériel déversé sans limites par la société de consommation reste en complet décalage à son égard, incapable de comprendre les dynamiques en jeu. C’est ce qu’illustre parfaitement M. Hobbs prend des vacances de Henry Koster où James Stewart incarne l’américain typique auquel aime à s’identifier une grande partie du public adulte de lors, père de famille qui ne sait que faire de sa large tribu familiale, lui qui n’aimerait que profiter de son temps de vacances seul avec son bien de consommation conservé longuement et sagement au foyer : son épouse. Mais voilà que ses responsabilités parentales le rappellent à l’ordre, lui qui les a incessamment fuies au nom de son activité professionnelle, notamment en tant que banquier. M. Hobbs, contrairement aux intentions de la mise en scène, n’est donc en rien un américain typique, même s’il prend les traits de l’acteur fétiche des films humanistes de Frank Capra. À travers sa silhouette longiligne et son décalage avec le monde moderne, M. Hobbs apparaît à certains moments du film comme le cousin américain de M. Hulot, notamment lors de la scène burlesque où il est confronté à une machine récalcitrante. À cet égard, James Stewart est parfait dans son rôle, sachant user aussi bien de son corps de grand benêt que du capital sympathie auprès de son public. Dommage que son rôle soit mis au service d’une morale conservatrice, bien loin de la poésie critique politique de son homologue pensé et interprété par Jacques Tati. Henry Koster est un réalisateur qui sait réaliser, sans pour autant affirmer un sens de la mise en scène, que l’on oubliera donc vite, en tant que cinéphile en quête de plaisirs visuels. Il n’en reste pas moins que le film est un bon outil historique, témoignant d’une époque avide de divertissement pour oublier les tensions géopolitiques du moment. C’est toute la volonté apolitique du film qui n’en défend pas moins certaines valeurs consuméristes, à l’instar du grand enfant faussement innocent que représente M. Hobbs.

 

 

mr-hobbs-prend-des-vacances-1120360184-l

 

M. Hobbs prend des vacances
Mr. Hobbs Takes a Vacation
de Henry Koster
Avec : James Stewart (Roger Hobbs), Maureen O'Hara (Peggy Hobbs), Fabian (Joe), John Saxon (Byron), Marie Wilson (Mme Emily Turner), Reginald Gardiner Reggie McHugh), Lauri Peters (Katey Hobbs), Valerie Varda (Marika), Lili Gentle (Janie), John McGiver (M. Martin Turner), Natalie Trundy (Susan), Josh Peine (Stan), Minerva Urecal (Brenda), Michael Burns (Danny Hobbs), Richard Collier (M. Kagle)
USA – 1962.
Durée : 116 min
Sortie en salles (France) : 15 août 1962
Sortie France du DVD : 9 mai 2017
Format : 2,35 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : ESC Éditions
Bonus :
« James Stewart, un américain modèle », par Mathieu Macheret, critique cinéma pour Le Monde (15’)
Dans la même collection

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.