Anticommuniste et procatholique : une certaine Amérique des années 1960

En 1949, le père O'Bannion arrive au fin fond de la Chine afin de remplacer un père supérieur dans la mission du village de San Li Wan, avec à ses côté une jeune femme dont il n'arrive pas à se détacher. Très vite, l'Armée Rouge sème le chaos et s'oppose aux prêtres.

"Une histoire de Chine" de Leo McCarey © Les Films du Paradoxe "Une histoire de Chine" de Leo McCarey © Les Films du Paradoxe

Sortie DVD : Une histoire de Chine de Leo McCarey

En 1962, le réalisateur d'Elle et lui, signe son dernier film dans un état d'esprit totalement décomplexé de propagandes anticommuniste et procatholique. Il n'est pas le premier réalisateur hollywoodien à faire d'un prêtre le personnage héroïque d'un film, figure tombée en désuétude à l'heure actuelle. Le film est le reflet d'une époque et surtout d'un réalisateur catholique et républicain très à droite. Le film propose un voyage dans une Chine où les gentils Américains pouvaient jusque-là apporter la civilisation catholique aux Chinois qui n'ont pas plus d'indépendance qu'un enfant abandonné. Ainsi, le film multiplie les préjugés misogynes et racistes, qu'il s'agisse d'une femme aveuglée par son amour, prête à devenir l'esclave du Père O'Bannion, subit un viol et finit par pardonner celui-ci dans une soumission catholique classique. Quant aux Chinois, dans leur ensemble, ils sont soit dociles du côté des enfants et de la foule à l'égard des prêtres catholiques ou bien voleurs, menteur et/ou sadiques. Les préjugés vis-à-vis de l'Autre vont ainsi bon train dans cette histoire d'une autre époque qui permet malgré tout de comprendre un certain état d'esprit aux USA, celui qui conduira notamment à l'intervention de l'armée américaine au Vietnam pour lutter contre le « péril rouge » ! Le film est ainsi clairement interventionniste en matière de guerre du Vietnam en cette année où la politique militaire étatsunienne est en train de prendre rapidement un virage périlleux. William Holden porte son personnage de prêtre avec une certaine nonchalance qui est heureusement contrebalancée par son aura naturel d'acteur. Il manque aux personnages de porter et justifier en eux leurs convictions politiques et religieuses : Leo McCarey suppose en effet un peu trop paresseusement que les intentions de ses personnages vont totalement de soi sans avoir à les expliciter. C'est là un aveuglement dommageable au film qui subit un peu mal le poids des années. La restauration de la copie du film est en revanche appréciable, permettant de découvrir à travers Une histoire de Chine la pensée non progressiste d'une certaine âme des USA.

 

 

71sg9jms9rl-sy445-1
Une histoire de Chine
Satan never Sleeps
de Leo McCarey
Avec : William Holden (Père O'Banion), Clifton Webb (Père Bovard), France Nuyen (Siu Lan), Athene Seyler (Sœur Agness), Martin Benson (Kuznietsky), Edith Sharpe (Sœur Theresa), Robert Lee (Chung Ren), Marie Yang (Mère de Ho San), Andy Ho (Père de Ho San), Burt Kwouk (Ah Wang), Weaver Lee (Ho San), Ronald Adam (Père Lemay)
USA, 1962.
Durée : 125 min
Sortie en salles (France) : 25 mai 1962
Sortie France du DVD : 10 octobre 2018
Format : 2,35 – Couleur
Langue : anglais - Sous-titres : français.
Éditeur : Les Films du Paradoxe

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.