"Capitaine Dent de Sabre et le diamant magique" de M. Moum Aune et R. A. Sivertsen

Un jeune garçon qui a subtilisé un diamant exauçant tous les vœux se retrouve poursuivi par un cruel despote vampire et son armée de singes. De leur côté, deux jeunes se retrouvent embarqués sur le navire du célèbre pirate Dent de Sabre en quête dudit diamant.

"Capitaine Dent de Sabre et le diamant magique" (Kaptein Sabeltann og den magiske diamant) de Marit Moum Aune et Rasmus A. Sivertsen © Metropolitan "Capitaine Dent de Sabre et le diamant magique" (Kaptein Sabeltann og den magiske diamant) de Marit Moum Aune et Rasmus A. Sivertsen © Metropolitan
Sortie du DVD : Capitaine Dent de Sabre et le diamant magique de Marit Moum Aune et Rasmus A. Sivertsen

Le coréalisateur Rasmus A. Sivertsen de ce film d’animation norvégien a d’ores et déjà pu se faire connaître en France ces dernières années avec trois films d’animation poursuivant les aventures des mêmes personnages dans les films De la neige pour Noël, La Grande course au fromage et Le Voyage dans la Lune. Ces films réussissaient avec inventivité dans la forme du récit comme dans les choix graphiques à proposer des histoires à la brillante réalisation. Prolifique, Rasmus A. Sivertsen a également réalisé Dans la forêt enchantée de Oukybouky et Ploddy - La voiture électrique mène l'enquête qui ont tous eu l’opportunité d’être diffusés dans les salles en France. Cette fois-ci, Capitaine Dent de Sabre et le diamant magique n’a pas eu le droit à une diffusion en salles en France et sort directement en vidéo. Il faut dire que durant l’année 2020 et encore à présent en ce début de 2021, les salles françaises fermées n’ont guère eu l’opportunité de témoigner de la diversité de la production du cinéma étranger. Cette adaptation libre de L’Île au trésor de Stevenson, où des enfants se retrouvent embarqués dans une course au trésor aux côtés d’un célèbre pirate au fond sympathique sans pour autant figurer un personnage positif à toute épreuve, suit un récit efficace mais sans guère de surprise, à l’image de son graphisme qui se distingue à peine de la production de l’animation mainstream. Contrairement à ses films précédents qui s’adressaient au très jeune public, Rasmus A. Sivertsen cherche à toucher un public plus âgé et plus familial, mais au détriment de sa singularité. Il partage la réalisation avec Marit Moum Aune, qui s’est jusqu’ici illustrée en tant que réalisatrice de séries télévisées en prise de vue réelle. Cette association participe ainsi sans doute à cet élargissement d’audience télévisuelle efficace.

Il n’empêche que le film ne démérite pas et qu’il laisse la place à une fille dans un bateau de pirates dont l’équipage est exclusivement masculin pour révolutionner les rapports de genre. Quelques moments dansés viennent dynamiser le récit sous la forme d’intermède pour caractériser notamment des personnages. Une manière aussi de flirter gentiment avec la structure classique des films Disney mais aussi de diversifier l’approche qui ne repose plus dès lors à 100% sur de l’aventure. Un film assez inoffensif tout en étant plaisant au bout du compte.

Ajoutons que le Capitaine de Dent de Sabre est un célèbre personnage en Norvège inventé sous la plume du chanteur et romancier Terje Formoe, dont les aventures ont d’ores et déjà été adaptées à plusieurs reprises depuis les années 1990, dont une adaptation en prise de vue réelle en 2014 intitulée Capitaine Dent de Sabre : Le Trésor de Lama Rama (Kaptein Sabeltann og skatten i Lama Rama) réalisé par John Andreas Andersen et Lisa Marie Gamlem.

 

 

71pzb0yhmhl-ac-sl1500
Capitaine Dent de Sabre et le diamant magique
Kaptein Sabeltann og den magiske diamant
de Marit Moum Aune et Rasmus A. Sivertsen
Norvège, 2019.
Durée : 79 min
Sortie en salles (France) : inédit
Sortie France du DVD : 18 mars 2021
Format : 1,77 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Metropolitan Vidéo

Bonus :
Séance d’enregistrement avec l’orchestre
Clips des chansons
Bandes-annonces

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.