"Apocalypse 2024" (A Boy and His Dog) de L.Q. Jones

En 2024 environ, dans un monde post-apocalyptique suite à la quatrième guerre mondiale qui a anéanti une grande partie de l’humanité en quatre jours nucléaires, un homme et son chien partent à la recherche de nourriture et de femmes.

"Apocalypse 2024" (A Boy and His Dog) de L.Q. Jones © Artus Films "Apocalypse 2024" (A Boy and His Dog) de L.Q. Jones © Artus Films
Sortie du combo Blu-ray/DVD : Apocalypse 2024 de L.Q. Jones

Le cinéma américain des années 1970 est à divers niveaux le temps de la reconstruction en empruntant des chemins inédits, pour les petits comme les grands budgets. Et l’apocalypse prend toute sa dimension politique au cinéma dans la mouvance des revendications des années 1970. Apocalypse 2024 (A Boy and His Dog) s’affranchit de ses oripeaux de films de genre pour proposer une réflexion métaphysique sur le destin de l’humanité et la finitude de la masculinité. L’attitude des personnages principaux comme les choix de mise en scène concourent à la description satirique de la figure du héros mâle qui pense avec son sexe et n’a de lien sacré au monde que celui entretenu avec son chien : le meilleur ami de l’homme, comme chacun sait, après le cheval pour les cow-boys ! Ainsi, la misogynie qui court d’un bout à l’autre du film sert avant tout de satire avec un personnage aussi beau (le magnétique Don Johnson alors âgé de 24 ans une décennie avant de jouer dans les Deux flics à Miami) que stupide. Il ne s’agit pas ici de lire cette misogynie au premier degré mais bien comme une autodérision de ce mâle guerrier qui a entraîné les destructions planétaires dans le récit diégétique comme localement dans l’enfer du Vietnam au moment du tournage du film.

Ce film singulier est né de la rencontre étonnante entre L. Q. Jones, acteur récurrent des films de Sam Peckinpah et le scénariste Harlan Elison qui a offert de nouveaux horizons à de nombreuses séries de science-fiction comme Star Trek

 Le roman d’Harlan Elison apparaît comme une fable courte connectée avec les appréhensions du monde et l’acteur L.Q. Jones qui est devenu entre temps producteur indépendant, s’en est emparé au bon moment pour livrer ce film culte qui traverse le temps et annonce singulièrement la saga Mad Max quelques années plus tard. Le film est aussi une brillante synthèse entre La Planète des singes, THX 1138 (1971, George Lucas), El Topo (1970, Alejandro Jodorowsky) pour ne citer que quelques-uns des chefs-d’œuvre fascinants qui lancèrent les années 1970 sous un nouvel horizon et offrant un regard adulte aux films d’anticipation et à la SF made in USA. Une satire post-apocalyptique inoubliable et dont le final laissera longtemps pantois par son propos courageusement assumé.

Encore une magnifique découverte proposée par les éditions Artus dans un combo offrant plus d’un heure de bonus avec d’un côté un entretien entre le réalisateur-producteur L.Q. Jones et le romancier Harlan Elison et de l’autre côté une analyse du cinéma post-apocalyptique par deux spécialistes éclairés.

 

 

apocalypse-2024
Apocalypse 2024
A Boy and His Dog
de L.Q. Jones
Avec : Don Johnson (Vic), Susanne Benton (Quilla June Holmes), Jason Robards (Lou Craddock), Tim McIntire (la voix de Blood), Alvy Moore (le docteur Moore), Helene Winston (Mez Smith), Charles McGraw (le prêcheur), Hal Baylor (Michael), Ron Feinberg (Fellini), Michael Rupert (Gery), Don Carter (Ken), Michael Hershman (Richard)
USA, 1975.
Durée : 90 min
Sortie en salles (France) : 21 avril 1976
Sortie France du combo Blu-ray/DVD : 4 mai 2021
Format : 2,35 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : Artus Films

Bonus :
Anticipation 2024, par Christian Lucas et Stéphane Derderian
Entretien avec L.Q. Jones et Harlan Ellison
Diaporama d’affiches et de photos
Film-annonce original

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.