"The Shadow" de Russell Mulcahy

Dans les années qui ont suivi la première guerre mondiale, un américain fait commerce d’opium sans scrupule au Tibet. Un sage tibétain est bien décidé à lui offrir une nouvelle vie au service du combat du mal sous l’identité du Shadow.

"The Shadow" de Russell Mulcahy © L'Atelier d'Images "The Shadow" de Russell Mulcahy © L'Atelier d'Images
Sortie Blu-ray : The Shadow de Russell Mulcahy

(Re)découvrir The Shadow de Russell Mulcahy réalisé presque trois décennies plus tôt, c’est effectuer plusieurs voyages dans le temps. Tout d’abord, la réalisation du film s’inscrit pleinement dans celle des Batman de Tim Burton en reprenant à la fois le plaisir rétro de l’époque américaine qui fait suite à la crise de 1929 et où sont apparus la plupart des super-héros de comics made in USA. The Shadow fait figure de père tutélaire de ces héros et l’auteur de Batman, Bob Kane, ne cache nullement que celui-ci l’a beaucoup inspiré pour accoucher de son super-héros milliardaire qui vit dans l’ombre. Christopher Nolan pour lancer sa trilogie Batman a d’ailleurs inscrit son origine avec celle asiatique de The Shadow.

Le film est emblématique de l’histoire américaine de l’émergence des super-héros et de la culture pulp du début du siècle. Si The Shadow n’a pas atteint les résultats escomptés au box-office face à la concurrence en 1994 de The Mask et du Roi lion, il ne manque pourtant pas d’attrait, même s’il souffre de rivaliser sans succès avec les Batman de Tim Burton. Les effets spéciaux ne souffrent pas du passage du temps et la sobriété des décors et des personnages sont plutôt un bon atout pour mener le spectateur à l’essentiel.

La production a fait appel au réalisateur de Razorback et Highlander pour porter cette adaptation à l’écran ainsi qu’à Alec Baldwin qui avait alors le vent en poupe dans le rôle de séducteur irrésistible. Hélas, l’acteur, en dehors de son regard de braise très utile pour incarner son personnage hypnotiseur, n’est pas en mesure de traduire la part sombre de son personnage. Quant à son acolyte féminin, même si le scénario signé David Koepp (scénariste des films de Spielberg et De Palma ainsi que du Spider-Man de Sam Raimi) ne la résume pas au rôle de princesse en détresse et lui offre la possibilité de faire avancer l’intrigue, il ne bénéficie pas d’une réelle profondeur pour pouvoir exister pleinement.

On peut noter encore les interprétations consciencieuses de John Lone dans le rôle du méchant, Ian McKellen en professeur déconnecté du monde qui crée rien de moins qu’une bombe atomique ainsi que le génial Tim Curry en crapule décomplexée dont les comportements renvoient à la dérision des comics.

Cette nouvelle édition vidéo est particulièrement soignée avec de nombreux bonus, associant le making of d’époque aux analyses précieuses contemporaines d’Océane Zerbini.

 

 

the-shadow-blu-ray
The Shadow
de Russell Mulcahy
Avec : Alec Baldwin (Lamont Cranston / The Shadow), John Lone (Shiwan Khan), Penelope Ann Miller (Margo Lane), Peter Boyle (Moe Shrevnitz), Ian McKellen (Dr. Reinhardt Lane), Jonathan Winters (Wainwright Barth), Tim Curry (Farley Claymore), Sab Shimono (Dr. Tam), Joseph Maher (Isaac Newboldt), Brady Tsurutani (Tulku), John Kapelos (Duke Rollins), James Hong (Li Peng), 1994Max Wright (Berger), Larry Hankin (le chauffeur de taxi), Abraham Benrubi (un militaire)
USA,.
Durée : 108 min
Sortie en salles (France) : 2 novembre 1994
Sortie France du Blu-ray : 5 octobre 2021
Format : 1,85 – Couleur
Langues : anglais, français - Sous-titres : français.
Éditeur : L'Atelier d'Images

Bonus :
Making of d’époque (1994, 9’20”, VOST)
Derrière la caméra : images du tournage (18’49”, VO)
Rencontre avec l’équipe du film : interviews de Russell Mulcahy, Alec Baldwin, Penelope Ann Miller, Joseph Nemec. III (chef déco.), Stephen H. Burum (dir. photo.) et David Koepp (2014, 23’42”, VOST)
« Une dimension très Pulp » : présentation du film par Océane Zerbini, spécialiste Pop Culture (2021, 14’44”)
Analyse de séquence par Océane Zerbini (3’26”)
Court métrage de la série « The Shadow » produite par les studios Universal : « A Burglar to the Rescue » (1931, 21’55”, VOST)
2 bandes-annonces et 4 spots TV du film (5’45”, VOST/VO)
Espace découverte : bandes-annonces de l’éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.