Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2013 Billets

5 Éditions

Billet de blog 8 mai 2021

"Geneviève De Brabant" (Genoveffa di Brabante) de José Luis Monter

Au XIIe siècle, le comte Siegfried s’éprend de Geneviève de Brabant et l’épouse. Lorsqu’il doit partir à la guerre au service de son roi, Geneviève se retrouve face à l’intendant félon Golo à la cruauté sans bornes.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Sortie DVD : Geneviève De Brabant de José Luis Monter

Inédite dans les salles françaises, voici une nouvelle découverte des éditions Artus dans leur collection consacrée à la chevalerie au sein de l’industrie cinématographique européenne des années 1960 et 1970. Dans cette coproduction italo-espagnole, les dynamiques de réalisation sont largement partagées entre les deux pays, aussi bien en ce qui concerne les lieux de tournage que l’équipe elle-même incluant une réalisation bicéphale non officielle. En effet, si le film est selon le générique réalisé par l’Espagnol José Luis Monter, le même générique laisse entendre en même temps une responsabilité large de l’Italien Ricardo Freda, réalisateur illustre des amateurs de cinéma de genre italien de cette période féconde. Ainsi, le film peut aisément être intégré dans les problématiques de sa filmographie.

Le film est une adaptation du récit de l’héroïne légendaire Geneviève de Brabant que l’on peut retrouver plus en détails à l’origine dans La Légende dorée écrit Jacques de Voragine entre 1261 et 1266 dans le but de mettre en avant des histoires singulières parce que magiques, de vie de saints. Geneviève de Brabant est ainsi proche de la figure de Pénélope dans L’Odyssée d’Homère qui doit lutter contre l’assaut de ses prétendants pour préserver sa fidélité à l’égard de son époux qui a fui le domicile conjugal pour aller jouer à la guerre sous le prétexte de fidélité à son roi.

L’histoire a eu droit à diverses adaptations en films, en romans, en BD, en opéra, etc. Le parti pris de ce film consiste à laisser une libre interprétation quant à l’époque et au lieu considéré. En effet, le récit aurait dû se dérouler dans les contrées nordiques du duché de Brabant au sein de l’Empire romain germanique qui se partage actuellement entre les Pays-Bas et la Belgique. Pourtant, le tournage pour les extérieurs notamment a eu lieu en Espagne avec des acteurs presque exclusivement Espagnols à l’exception notable du méchant de service, à savoir Golo, joué par l’acteur canadien Stephen Forsyth. De même, le contexte historique venant justifier le départ de l’époux de Geneviève à la guerre est largement flou, entre une guerre locale et sa participation à une croisade. Le prétexte chrétien du récit visant à faire de l’héroïne éponyme une martyre sanctifiée est ici largement gommée, malgré l’intérêt de la propagande catholique de l’Espagne franquiste accueillant le tournage du film. La volonté de laïciser le récit est certainement issue de l’initiative de Riccardo Freda tout comme ses choix d’accélérer l’action se libérant largement des contraintes du vraisemblable. Profitant de l’argument initial du martyre d’une chrétienne, le film s’illustre en insistant particulièrement à la fois sur la cruauté sadique de Golo et la mise en scène des tortures physiques et psychologiques des personnages féminins alors que les hommes sont de leur côté assassinés dans une prompte et radicale manifestation de violence.

Le film est une honnête illustration de la légende de Geneviève de Brabant avec une efficacité redoutable dans les choix de mise en scène privilégiant une succession d’actions pour faire avancer le récit à un rythme qui s’affranchit des contraintes psychologiques des personnages. Un film surprenant à découvrir pour saisir les enjeux propres à la dynamique de coproduction entre l’Italie et l’Espagne dans les années 1960 bien accompagné dans cette édition par un livret rédigé par François Amy de la Bretèque, professeur d’études cinématographiques de l’université Paul Valéry à Montpellier.

Geneviève De Brabant
Genoveffa di Brabante
de José Luis Monter
Avec : María José Alfonso (Geneviève de Brabant), Alberto Lupo (le comte Siegfrid de Trèves), Stephen Forsyth (Golo), Ángela Rhu (Berta), Beni Deus (Raiberto), Rosita Yarza (Gertrude), Andrea Bosic (le duc de Brabant), Franco Balducci (Rambald), Loris Loddi (le fils de Siegfrid), Antonella Della Porta, Bruno Scipioni, Umberto Raho
Italie, Espagne, 1964.
Durée : 86 min
Sortie en salles (France) : inédit
Sortie France du DVD : 4 mai 2021
Format : 1,85 – Couleur
Langue : italien - Sous-titres : français.
Éditeur : Artus Films
Collection : Chevalerie

Bonus :
un livret rédigé par François Amy de la Bretèque (24 pages)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI