Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

2020 Billets

5 Éditions

Billet de blog 8 août 2019

"Hier arrive bientôt" un spectacle de et avec Georgina Vila Bruch

Programmé sur la scène découverte du festival L'été de Vaour, « Hier arrive bientôt » est un spectacle de théâtre gestuel de Georgina Vila Bruch qui joue également seule sur scène avec les démons et fantômes de son personnage.

Cédric Lépine
Critique de cinéma, essais littéraires, littérature jeunesse, sujets de société et environnementaux
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

"Hier arrive bientôt" de Georgina Vila Bruch © Quévin Noguès

Un corps abandonné sur scène sur un triste tapis s'éveille peu à peu malgré lui-même. Une femme au regard de clown, à la tête et aux idées empoussiérées lutte contre l'hier.

Sous le regard médusé d'un public de tous âges, humour burlesque et drame profond se manifestent en même temps à travers la prise de vie du corps d'un personnage qui tente de dépasser son seul statut de marionnette pour retrouver une vie pseudo normée autour d'un homme à accueillir à la maison et d'une table dressée avec la dextérité de tout un corps intégralement dévolu. La comédienne et contorsionniste Georgina Vila Bruch fait de son corps un outil au service du récit qui se développe au fil d'une réappropriation de son personnage. De la marionnette articulée où le corps devient un poids infini pour une âme écrasée littéralement par la traumatisme d'un passé plombé par la mort et l'absence, le personnage de clowne pas drôle mais qui fait rire par l'énergie qu'il déplace pour s'affirmer dans la vie à l'égal d'un Charlot, redevient peu à peu humain après avoir convoqué à la lueur de sa prise de conscience sa propre histoire. Le corps de ce personnage qui déambule et lutte comme il peut dans un espace intérieur réduit est mis à rude épreuve. Au fil de ses chorégraphies, se joue la difficulté pour cette femme de trouver sa place dans le monde vivant humain en singeant les codes de la normalité vis-à-vis du public auquel elle offre son histoire. L'espace intérieur de son foyer marqué par une profonde absence (un mari, un enfant...) devient un lieu d'enfermement total sans issue où la folie est le voisin immédiat avec lequel le dialogue est d'abord le plus aisé.
Georgina Vila Bruch réussit à raconter une histoire de deuil et d'enfermement avec quelques éléments épars du quotidien et son corps qui épouse parfaitement les enjeux de la scène de théâtre : une paire de chaussures masculines qui arrive au rythme de la musique brésilienne avec encore du sable de ce lointain exotique, une veste qu'elle habite de sa propre âme... Dépression, folie, deuil profond et toutes les ressources d'une identité qui tente de reprendre pieds dans le réel sont convoqués dans ce récit touchant, d'une subtilité qui évacue tout mélodrame gratuit. La construction de la mise en scène de Georgina Vila Bruch semble nourrie d'une longue recherche pour que le théâtre, le contorsionnisme circassien et l'écriture du récit d'un enfermement au féminin puisse s'épouser parfaitement en une même osmose. Telle est la force de ce récit de réussir à interroger à chaque instant l'altérité que chacun possède en lui et qui en certains cas tragiques peut mettre à mal l'intégrité même d'un individu. Une fantastique traversée d'une histoire de vie où un corps renaît de sa poussière !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Villepinte, des antifascistes interpellés « à l’abri des regards »
Une soixantaine d’interpellations, et beaucoup de remises en liberté sans poursuites : c’est le bilan de la manifestation antifasciste à Villepinte, durement réprimée pendant le premier meeting d’Éric Zemmour. Militants, avocats et journalistes font état d’un zèle policier inquiétant.
par Mathieu Dejean et Mathilde Goanec
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait
Journal — France
Affaire Avenir lycéen : un rapport officiel reconnaît l’ampleur du scandale
À la suite des révélations de Mediapart sur Avenir lycéen, Jean-Michel Blanquer avait sollicité une mission d’inspection sur les subventions aux associations lycéennes. Le rapport est assassin pour plusieurs associations, dont Avenir lycéen, mais aussi pour la gestion des crédits par le ministère.
par Antton Rouget et Pierre Januel

La sélection du Club

Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B