L'homme qui fit un appel le 18 juin

En mai 1940, l’armée française est en déroute face à l’avancée de l’armée allemande. Charles De Gaulle, fraîchement promu général dans le gouvernement de Paul Reynaud, ne se résigne pas à la capitulation portée par Pétain.

"De Gaulle" de Gabriel Le Bomin © M6 Vidéo "De Gaulle" de Gabriel Le Bomin © M6 Vidéo
Sortie DVD : De Gaulle de Gabriel Le Bomin

Réaliser un biopic sur le personnage iconique et ultra populaire en France de De Gaulle pouvait s’avérer périlleux, avec les dangers de l’hagiographie, de la mise en scène spectaculaire, des acteurs plongés dans le mimétisme de figures médiatisées… Avec la difficulté économique de la reconstitution historique qui en ce cas nécessite beaucoup d’argent et donc moins de libertés pour les auteur-rice-s du film pour défendre la singularité de leur point de vue. Or, De Gaulle réussit le tour de force d’éviter tous ces risques et le premier atout du film est son réalisateur. Gabriel Le Bomin a commencé à faire des films dans le service cinéma des armées et n’a cessé depuis de faire des films questionnant l’histoire de France et plus particulièrement les conflits mondiaux, à commencer avec son premier long métrage Les Fragments d’Antonin (2006) qui proposait une subtile retranscription du vécu du traumatisme des soldats de la Première Guerre mondiale. Ainsi, le cinéaste part davantage de sa passion profonde pour l’expérience de l’histoire et comment celle-ci façonne chaque génération jusqu’à nos jours. Il ne s’agit pas ainsi de produire un biopic dont la nécessité première est le retour sur investissement. D’ailleurs, Gabriel Le Bomin et sa coscénariste Valérie Ranson-Enguiale ont eu la bonne idée de concentrer leur propos sur les semaines qui précèdent l’appel du 18 juin 1940 de De Gaulle. Ce choix judicieux permet de saisir avec précision comment cet homme est entré dans une nouvelle responsabilité politique tout en gardant en vue son enracinement familial et la situation tendue des relations politiques au sein d’un gouvernement français où la figure réactionnaire à l’égard de la République de Pétain commence à prendre le pouvoir. La réflexion politique sur cette période complexe présentant notamment toute la singularité de la position du président Paul Reynaud joué toujours avec l’excellence d’interprétation qui le caractérise par Olivier Gourmet, est aussi un enjeu fort du film très bien développé.

Quant à la partie « De Gaulle intime », bien qu’importante pour resituer la position de l’être humain derrière le personnage historique, elle est un peu plus maladroite et utilise des séquences un peu banales pour retenir l’attention : oui, De Gaulle avait aussi un cœur auprès de son épouse Yvonne et de leur fille atteinte de trisomie! La volonté de mettre en scène ces moments sont appréciables, mais Gabriel Le Bomin ne s’y sent pas forcément à l’aise, ou pas assez libre notamment pour développer le vrai positionnement d’Yvonne De Gaulle, là aussi interprété avec subtilité par Isabelle Carré. Le film navigue dans les grandes eaux du cinéma mainstream, à grand renfort de musique orchestrale pour souligner l'émotion, les caresses de De Gaulle sur le blé doré... mais il en reste malgré tout une réflexion historique pertinente.

 

 

de-gaulle-dvd
De Gaulle
de Gabriel Le Bomin
Avec : Lambert Wilson (Charles de Gaulle), Isabelle Carré (Yvonne de Gaulle), Olivier Gourmet (Paul Reynaud), Gilles Cohen (Georges Mandel), Laurent Stocker (Jean Laurent), Catherine Mouchet (Marguerite Potel), Sophie Quinton (Suzanne Vendroux), Andrew Bicknell (le général Edward Spears), Tim Hudson (Winston Churchill), Philippe Laudenbach (le maréchal Philippe Pétain), Nicolas Robin (le capitaine Alex Surchamp), Évelyne Buyle (tante Richard), Philippine Leroy-Beaulieu (Hélène de Portes), Alain Lenglet (le général Maxime Weygand), Nicolas Vaude (Paul Baudouin), Victor Belmondo (Claude Hettier de Boislambert), Marilou Aussilloux (Élisabeth de Miribel), Clémence Hittin (Anne de Gaulle), Lucie Rouxel (Élisabeth de Gaulle), Félix Back (Philippe de Gaulle), Pierre Hancisse (Geoffroy Chodron de Courcel), Stanislas Hittin (Jacques-Henri Rerolle), Amicie Hittin (Marguerite Rerolle), Kester Lovelace (le barman), Conor Lovett (le vicomte Halifax), Jean-Noël Martin (un Français à Londres), Derek Simon Robin (le ministre)
France, 2019.
Durée : 109 min
Sortie en salles (France) : 4 mars 2020
Sortie France du DVD : 26 août 2020
Format : 2,39 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : français pour sourds et malentendants.
Éditeur : M6 Vidéo

Bonus :
Making of (44’)
L’archive audio de l’appel du 18 Juin (enregistré le 22 juin 1940)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.