Mostra de Venise 2019 : "La Mafia non è più quella di una volta" de Franco Maresco

Les commémorations des 25 ans de la mort des juges antimafia Borsellino et Falcone à Palerme sont l'occasion pour le documentariste sarcastique Franco Maresco de dresser un état des lieux de la manière dont la mafia est toujours d'actualité.

"La Mafia non è più quella di una volta" de Franco Maresco © DR "La Mafia non è più quella di una volta" de Franco Maresco © DR

La Mafia non è più quella di una volta (que l'on peut traduire en français par : La Mafia n'est plus ce qu'elle était) de Franco Maresco a reçu lors de la cérémonie de remise des prix de la 75e édition du Festival International de cinéma de Venise le « Prix spécial du jury ». Une fois de plus, la Mostra de Venise consacre le cinéma documentaire alors que dans la sélection cannoise le documentaire a rarement droit de cité, notamment en compétition officielle. Le prix récompense ici une manière iconoclaste de réaliser un documentaire, loin de la distance critique auquel le spectateur français est coutumier.
Le réalisateur Franco Maresco plonge avec un mélange d'amour-haine pour sa ville d'origine, Palerme, marquée depuis trop de décennies par la main-mise de la mafia à travers sa violence explicite notamment dans l'assassinat des juges antimafia Borsellino et Falcone en 1992. En 2017 est fêté l'anniversaire commémoratif de cet assassinat, faisant des juges défunts des martyrs héroïques de la lutte contre la mafia. Lorsque Franco Maresco va à la rencontre des habitants, la loi du silence impose toujours sa chape de plomb et il ne trouve personne capable de dire « non à la mafia » ni montrer un quelconque intérêt à l'histoire politique réelle et en toute transparence démocratique de Palerme. La démarche pourrait ressembler à l'étude d'anthropologie documentaire que Pier Paolo Pasolini a mené sur la sexualité avec sa caméra dans les années 1960, Enquête sur la sexualité (Comizi d'amore, 1964), avec la personnalité sarcastique omniprésente de Franco Maresco derrière la caméra. En effet, s'il n'apparaît pas devant la caméra, le réalisateur est omniprésent par sa voix qui invective vivement ses interlocuteurs, ceux-ci se prêtant finalement au jeu en gardant la posture du taiseux qui n'a rien à déclarer et affirme ainsi sa complicité implicite avec le monde mafieux. Telle est la réalité contemporaine du monde mafieux à Palerme au moment où les commémorations des martyrs tournent en farce d'où tout contenu politique est vidé de sens.
Pour en témoigner, Franco Maresco choisit de suivre deux personnalités antagonistes qui vont illustrer sa vision : la photographe Letizia Battaglia qui a dénoncé la mafia durant plusieurs décennies en représentant la réalité de sa violence et Ciccio Mira, l'organisateur de spectacles musicaux « néomélodiques » qui n'a pas tout à fait perdu son passé de fervent défenseur de la mafia. Pour tourner en ridicule la situation schizophrène d'une mascarade officielle antimafia et d'une réalité quotidienne tout autre, c'est Ciccio Mira dans tout son positionnement fallacieux et grotesque qui occupe l'essentiel du temps de la caméra de Franco Maresco. Tout est tellement dérisoire qu'il est aisé de considérer ce documentaire comme une fiction tournée avec des acteurs et pourtant chacun joue son vrai rôle tel qu'il veut apparaître dans la société. Même si la réalité politique a changé en Italie, la nostalgie de la mainmise mafieuse, comme l'évoque le titre, est encore dangereusement actuelle.

 

 

1326320
La Mafia non è più quella di una volta (La Mafia n'est plus ce qu'elle était)
de Franco Maresco

Documentaire
107 minutes. Italie, 2019.
Couleur et Noir & Blanc
Langue originale : italien et dialecte sicilien

Avec : Letizia Battaglia, Ciccio Mira
Scénario : Franco Maresco, Claudia Uzzo, Francesco Guttuso, Giuliano La Franca
Images : Tommaso Lusena De Sarmiento
Montage : Francesco Guttuso, Edoardo Morabito
Musique : Salvatore Bonafede
Son : Luca Bertolin
Costumes : Nicola Sferruzza
Production : ILA PALMA (Rean Mazzone, Anna Vinci), Dream Film (Daniele Moretti, Paolo Quaregna), Tramp Limited (Nicola Picone, Attilio De Razza)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.