En attendant « Ave César », voyage en terre coenienne

Voilà maintenant trente ans que les frères Coen sont apparus dans la sphère cinématographique en imprimant durablement leur nom dans les consciences au fil de leurs films.

Voilà maintenant trente ans que les frères Coen sont apparus dans la sphère cinématographique en imprimant durablement leur nom dans les consciences au fil de leurs films. Il fallait bien une monographie de leur œuvre pour apercevoir la cohérence de leur univers. Julie Assouly, avec opiniâtreté et rigueur d’analyse, s’est attelée avec succès à cette tâche, pour le plus grand plaisir du cinéphile, qu’il soit coenophile ou non, permettant de comprendre l’inscription du cinéma des frères Coen dans un ensemble artistique plus large. Malgré le succès populaire et critique des cinéastes, il existe encore trop peu de littérature consacrée à leur sujet. Cet ouvrage vient donc combler cette absence. Le champ d’analyse de l’auteur couvre l’ensemble de la filmographie des frères Coen jusqu’à Inside Llewyn Davis dont il est fait mention dans un ultime chapitre ajouté à la faveur de cette nouvelle édition poche de L’Amérique des frères Coen. Excepté ce dernier opus, tous les films sont analysés avec force détails, à travers une grille d’analyse thématique embrassant vraisemblablement toutes les caractéristiques d’une œuvre filmique construite à cheval sur deux siècles. Comme son titre l’indique, Julie Assouly démontre à quel point les frères Coen n’ont de cesse de réaliser des portraits de l’Amérique. Cela passe par des œuvres de pure fiction autour de personnages et des scénarios complètement inventés associés à des genres bien enracinés dans l’histoire du cinéma américain. Les frères Coen invitent à une réflexion sur l’histoire sociopolitique de leur pays tout autant que l’histoire du cinéma américain, comme si les deux étaient pour eux étroitement car intrinsèquement liés. Ce qui n’empêche aucunement leur cinéma de prendre également racines dans la littérature et la photographie comme le démontre avec perspicacité Julie Assouly. La démarche intellectuelle des cinéastes n’est jamais mise en valeur par eux-mêmes, comme s’ils se voulaient l’antithèse de Woody Allen. Et pourtant, leur réflexion sur le monde qui les entoure est à divers égards aussi profond. Julie Assouly associe avec un véritable sens de la plume, l’analyse universitaire à sa passion cinéphilique, à l’instar des frères Coen eux-mêmes pour qui l’exercice de la pensée n’est jamais synonyme d’ascèse. Bien au contraire, l’auteur avec ses cinéastes sujets d’étude cette conviction que l’apprentissage du monde peut aussi s’opérer de manière ludique où le plaisir du rapport à l’œuvre n’est jamais oublié.

L’ouvrage permet de (re)découvrir toute une filmographie à la lumière des confrontations qu’opère son auteur. Ainsi, avec un sincère souci de rendre accessibles ses recherches, s’opposant à toute analyse ésotérique réservée à quelques privilégiés, Julie Assouly utilise des concepts qu’elle prend le temps d’expliquer avant de les manipuler dans ses analyses filmiques. Ainsi, on ressort de la lecture de cet ouvrage tout à la fois éclairé par une filmographie, une grille de lecture esthétique, une dimension de l’histoire du cinéma US, le rôle extrêmement étroit entre littérature, cinéma et photographie, comme peu ose le mettre en avant, surtout avec la perspicacité d’analyse de son auteur.

 

 

 

 

L’Amérique des frères Coen

de Julie Assouly

 

Nombre de pages : 488

Format : 11,0 x 18,0 cm

ISBN : 978-2-271-08750-8

Date de sortie (France) : 27 août 2015

Éditeur : CNRS Éditions

Collection : Biblis

 

lien vers le site de l’éditeur

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.