La naissance de l’art pour transcender le traumatisme nazi

En 1937 à Dresde sous l’Allemagne nazie, le petit Kurt et sa tante Elisabeth assistent à l’exposition consacré à « l’art dégénéré » qui les marquera durablement. Une décennie plus tard, Kurt est un jeune homme qui se destine aux Beaux-Arts du réalisme socialiste en RDA.

"L’Œuvre sans auteur" (Werk ohne Autor) de Florian Henckel von Donnersmarck © Diaphana "L’Œuvre sans auteur" (Werk ohne Autor) de Florian Henckel von Donnersmarck © Diaphana
Sortie DVD : L’Œuvre sans auteur de Florian Henckel von Donnersmarck 

Une décennie après son poignant premier long métrage La Vie des autres, Florian Henckel von Donnersmarck est de retour en Allemagne pour son troisième long métrage en allant questionner le sens du geste artistique en s’inspirant d’artistes et de la période traumatique de l’Allemagne nazie. Il fallait effectivement la dimension d’un film fleuve de plus de trois heures pour embrasser en un même élan toute une période qui laisse encore des cicatrices ineffaçables dans la société allemande d’aujourd’hui. Comme pour La Vie des autres, le récit d’une période historique en Allemagne invite le spectateur du monde entier à une réflexion personnelle à l’égard du sujet présenté. Le cinéaste et scénariste du film réussit avec la maîtrise impressionnante de sa mise en scène à marier un récit dramatique où il est question d’euthanasie issue des thèses scientifiques eugénique dans une réalité historique précise à tout un questionnement philosophique sur la naissance du sens de l’art autour du parcours d’un individu fictif, notamment inspiré de l’artiste allemand Gerhard Richter. La longueur du film permet notamment de développer aux côtés de l’artiste incarnant la nouvelle génération d’après-guerre et la position de victime d’un régime qui l’a conduit à perdre sa famille, la position de l’homme qui fut l’un des rouages importants de la mise en place de l’extermination humaine des individus haïs de l’idéologie nazie. Les acteurs dans leurs rôles respectifs sont tous percutants d’expression pour traduire la violence d’une époque : Sebastian Koch dans le rôle du professeur Carl Seeband qui trouve sa place aussi bien au service du nazisme, que du communisme et enfin du capitalisme offre une interprétation glaciale pour la violence profonde de l’inhumanité de son personnage. L’Œuvre sans auteur poursuit les réflexions historiques et philosophiques lancées dans La Vie des autres en leur offrant une nouvelle dimension dans une autre période historique de l’Allemagne récente pour mieux saisir les problématiques du monde actuel dont témoignent à divers égards les artistes contemporains.

 

 

l-oeuvre-sans-auteur-dvd-1
L’Œuvre sans auteur
Werk ohne Autor
de Florian Henckel von Donnersmarck

Avec : Tom Schilling (Kurt Barnert), Sebastian Koch (le professeur Carl Seeband), Paula Beer (Ellie Seeband), Saskia Rosendahl (Elisabeth May), Oliver Masucci (le professeur Antonius van Verten), Cai Cohrs (Kurt Barnert à six ans), Ina Weisse (Martha Seeband), Evgeniy Sidikhin (le Major du NKVD Murawjow), Mark Zak (l'interprète de Murawjow), Ulrike C. Tscharre (madame Hellthaler), Bastian Trost (le docteur Franz Michaelis, le médecin de famille), Hans-Uwe Bauer (le professeur Horst Grimma), Hanno Koffler (Günther Preusser), David Schütter (Adrian Schimmel / Finck), Franz Pätzold (Max Seifert)

Allemagne, 2018.
Durée : 182 min
Sortie en salles (France) : 17 juillet 2019
Sortie France du DVD : 3 décembre 2019
Format : 1,85 – Couleur
Langue : allemand - Sous-titres : français.
Éditeur : Diaphana

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.