Delon, personnage fatalement tragique

Daniele Dominici traîne son âme usée à Rimini où il remplace un professeur malade, sans grande conviction face à des élèves sans intérêt pour la littérature qu’il enseigne. Son attention tombe plus particulièrement sur Vanina dont le regard perdu est semblable au sien.

"Le Professeur" (La Prima notte di quiete) de Valerio Zurlini © Pathé "Le Professeur" (La Prima notte di quiete) de Valerio Zurlini © Pathé
Sortie du collector Blu-ray + DVD : Le Professeur de Valerio Zurlini

Cette nouvelle édition vidéo éditée par Pathé à la suite de la restauration du film original, est aussi une opportunité rare de redécouvrir ce film négligé au moment de sa sortie en version longue comme l’avait imaginée son réalisateur Valerio Zurlini. Car l’atout et l’inconvénient à la fois de ce film, c’est Alain Delon, qui est un brillant acteur mais un producteur trop interventionniste à l’égard de l’image du personnage Delon qui se profile film après film. En effet, Alain Delon est alors en train de construire dans les années 1970 un héros tragique désœuvré à l’issue fatale. Le film personnel de Valerio Zurlini sert à ce titre aussi bien l’acteur principal que le réalisateur avec leur construction respective au sein de leur propre filmographie. Zurlini poursuit sa description des amours tragiques autour de personnages séparés par leurs origines sociales malgré la fulgurance de leur amour profond réciproque. Avec une grande économie de moyens gestuels, Alain Delon interprète de main de maître son personnage qui n’est à sa place nulle part même s’il s’intègre pourtant sans mal auprès des « vitelloni » qui jouent avec le sexe et l’argent avec un mépris patent à l’égard des femmes dans la ville fantomatique de Rimini.

Le constat politique est amer du côté de la représentation sociale, qu’il s’agisse du groupe cynique jouant avec les êtres humains et l’argent, les élèves dont les études ne sont qu’une occupation laborieuse parmi d’autres, une épouse qui ne connaît plus de considération de la part de son époux… La peinture sociale de l’Italie du début des années 1970 est bien plus que morose comme si l’avenir n’avait plus d’horizon. L’errance est mise en valeur en amorce du film où un couple de marins anglophones perdus demande son chemin à un homme encore plus perdu mais à un autre niveau : le personnage interprété par Alain Delon ! Cette histoire tragique d’amour est réalisée avec un véritable savoir-faire dans la direction d’acteurs comme dans son montage, avec la surprenante mais totalement efficace décision de placer dans des seconds rôles éphémères des actrices d’une grande force d’expression et qui ont coutume d’avoir des rôles plus conséquents dans d’autres films : Léa Massari dans le rôle de l’épouse délaissée par son époux le professeur et Alida Valli dans le rôle de la cruelle mère qui accepte de vendre sa propre fille pour satisfaire les jeux sexuels cruels d’hommes riches. La mélancolie sourde qui se dégage du film saisit aussi bien le personnage Delon qu’une époque dont les idéaux ont été trahis.
Il faut encore noter la présence d'un bonus de choix avec les interventions de Jean-Baptiste Thoret et Olivier Père, des spécialistes hors pairs pour parler de Valerio Zurlini, d'Alain Delon et du cinéma. 

 

 

le-profeeur-edition-limitee-blu-ray-1
Le Professeur
La Prima notte di quiete
de Valerio Zurlini

Avec : Alain Delon (Daniele Dominici), Lea Massari (Monica Dominici), Sonia Petrovna (Vanina Abati), Giancarlo Giannini (Giorgio Mosca, alias « Spider »), Renato Salvatori (Marcello), Alida Valli (Marcella Abati), Adalberto Maria Merli (Gerardo Favani), Salvo Randone (le professeur Porra), Liana Del Balzo (la mère de Daniele)

Italie, France, 1972.
Durée : 122 min
Sortie en salles (France) : 18 octobre 1972
Sortie France de l’édition collector Blu-ray + DVD : 7 décembre 2019
Format : 1,85 – Couleur
Langue : italien - Sous-titres : français.
Éditeur : Pathé

Bonus :
Le Professeur : entretiens inédits avec Sonia Petrovna, Olivier Père et Jean-Baptiste Thoret (30’)
Actualité d’époque : sortie du Professeur en Italie (1972), un grand succès critique (propriété de la Fondazione Cineteca di Bologna, 2’)

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.