"Un violent désir de bonheur" un film de Clément Schneider

En 1792, dans l'arrière pays niçois, les idées révolutionnaires touchent peu à peu la population et en particulier le jeune moine Gabriel dont l’ordre du monde vacille avec l’arrivée des soldats de la nouvelle république française.

"Un violent désir de bonheur" de Clément Schneider © Shellac "Un violent désir de bonheur" de Clément Schneider © Shellac
Sortie DVD : Un violent désir de bonheur de Clément Schneider

Surprenante quête cinématographique puisant son influence à la fois dans le cinéma de Manoel de Oliveira, Éric Rohmer et Pier Paolo Pasolini, les films de Clément Schneider réunis ici dans un même coffret DVD brillent par leur exigence formelle et les interrogations nées de rencontres bouleversantes. Ainsi, la confrontation du jeune moine aux valeurs profondément ancrées dans toute la définition de son être au monde dans Un violent désir de bonheur, sont remises en cause tout d’abord par la violence d’hommes en armes sensés porter les valeurs de l’émancipation de tout individu sur Terre et notamment marquer la fin de l’esclavage (avant que Napoléon annule cette décision politique élémentaire).

Plus qu’un film à costume, le réalisateur, scénariste et producteur indépendant Clément Schneider aime à saisir une époque particulière pour mettre en valeur les questionnements contemporains qu’un individu s’apprêtant à s’ouvrir au reste de la société humaine découvre largement. C’était déjà le même principe dans son premier long métrage extrêmement maîtrisé dont le titre manifestait clairement une ambition poétique et humaniste inédite dans le cinéma français : Études pour un paysage amoureux (2013). L’histoire se déroulait au XVIIe siècle dans la haute société de femmes privilégiées et pourtant subissant le joug patriarcal à leur égard alors qu’elles sont capables de deviser sereinement sur l’amour et les conventions humaines. Dans cette société policée dans laquelle Rohmer se serait pleinement retrouvé, la violence surgit avec le poids de l’injustice sociale propre à son époque. C’est aussi la singularité de Clément Schneider au sein d’une théâtralité assumée et associée à une époque passée propre aux relations humaines codifiées, qui s’affirme avec force et conviction dans chacun de ses films.

Il n’y a ainsi dans ce souci de la reconstruction historique jamais rien de gratuit puisque le cadre sert la confrontation de mondes de pensées distinctes, poussant les uns et les autres à dépasser les limites de leur époque, comme cette conscience féministe dans le premier film et cette émancipation du cadre religieux et de l’esclavage dans le second. On retrouve aussi cette même dynamique dans les courts métrages Carnet de bal et La Route de la soie où les personnages principaux ne pouvant s’épanouir dans les rôles qui leur sont attribués, se retrouvent à emprunter une route inattendue ouvrant davantage le champ des possibles que l’assurance d’une route de vie toute tracée.

 

 

coffret-un-violent-desir-de-bonheur-dvd
Un violent désir de bonheur
de Clément Schneider
Avec : Quentin Dolmaire (Gabriel / François), Grace Seri (Marianne), Francis Leplay (l'abbé), Franc Bruneau (un colporteur), Vincent Cardona (le capitaine), Étienne Durot, Ilias Le Doré et Guillaume Compiano (des soldats)
France, 2018.
Durée : 72 min
Sortie en salles (France) : 26 décembre 2018
Sortie France du DVD : 26 mai 2021
Format : 1,33 – Couleur
Langue : français.
Éditeur : Shellac

Bonus :
un livret
3 films de Clément Schneider :
Études pour un paysage amoureux (2013, 80’)
Avec : Marion Trémontels (Nina), Pauline Guigou-Desmet (Eulalie), Morgane Pisoni (Armande), Adèle Cuny (Julie), Anouchka Labonne (Diane), Hélène Bressiant (Eglantine), Zoé Métivier (Henriette), Marie Barge (Lison), Clément Durand (Alexandre),  Charles Leplomb (Gaston), Baptiste Gaubert (l’histrion), Catherine Sigot (Toinette),  André Dutrion (le père), Andrée Lévis (Soeur Jeanne), Raymond Griffon (le médecin), Georges Martin (l’apothicaire), Maria Chauvet (la mercière), Joseph Minster (le maître d'armes), Clément Schneider (le sacristain), Pierre Haga (le prêtre), Chloé Chevalier (une nonne), Sarah Schneider (une nonne)


La Route de la soie (2017, 37’)
Carnet de bal (2015, 15’)

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.