Des jeux et des énigmes pour partir en vacances

Sur les routes de départ en vacances, en voiture, à cheval, à pieds ou à dos d'âne, le voyage est déjà une aventure sous forme d'une transition entre deux mondes. Ce jeu créé par Isabelle Maille a pour objectif de déclencher une émulation dans la découverte d'un lieu.

Parution du jeu de société Le Sac à indices d'Isabelle Maille

Dans une poche en tissu, plus de vingt cartes proposent des énigmes, des questions, des jeux divers sur un thème particulier. C'est en toute indépendance qu'Isabelle Maille a conçu cette proposition de jeu pour découvrir sous la forme d'une initiation un lieu de destination de vacances. L'idée vient de sa propre expérience de mère qui doit relever le défi du temps du voyage auprès de ses enfants, pour en faire un moment excitant et riche d'apprentissage pour introduire au nouvel univers de destination choisie.
Ce concept de jeu accessible en toutes circonstances sans application, ni électricité s'inscrit dans le plaisir multiséculaire des cartes à manipuler et des énigmes à résoudre. Ledit sac à indices pèse moins qu'une tablette et se trouve immédiatement partageable entre les joueurs participants. Pour l'heure, le concept se décline en deux jeux thématiques : les découvertes de la montagne d'un côté et du Moyen-Âge de l'autre. Ces jeux invitent autant à la découverte de l'environnement naturel qu'à l'histoire des constructions humaines à travers des jeux de logique, de calculs et autres adaptations de principes connus de jeux.
Les jeux de société retrouvent un nouvel depuis plus d'une décennie et cette nouvelle proposition d'une auteure indépendante s'inscrit dans cette effervescence. Le sac à indices s'inscrit en outre dans la démarche de la localisation de sa fabrication en faisant appel à des entreprises françaises, pour la fabrication du tissu, du carnet et des cartes.



jeux-educatifs-voyage-le-sac-a-indices

Le Sac à indices
d'Isabelle Maille
illustrations de Sarah Dumont

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.