Pour le charme de l'argot parisien

Marcel, employé d'une bijouterie, tombe sous le charme de Loulou qui vit de vols et de combines aux côtés de son associé Jo « les bras coupés » tandis que la fille de son patron, Renée, le sollicite de ses avances qu'il ignore.

"Fric-Frac" de Maurice Lehmann et Claude Autant-Lara (non crédité au générique) "Fric-Frac" de Maurice Lehmann et Claude Autant-Lara (non crédité au générique)
Sortie DVD : Fric-Frac de Maurice Lehmann et Claude Autant-Lara (non crédité au générique)

Cette adaptation est issue de la pièce théâtrale écrite par Édouard Bourdet qui avait remporté un franc succès en 1936. Le producteur Maurice Lehmann, qui porte également son nom en tant que réalisateur au générique, a ainsi décidé de transposer à l'écran cette pièce avec en tête d'affiche trois acteurs consacrés à l'époque pour leur magnétisme et leur inénarrable gouaille : Fernandel, Arletty et Michel Simon. Pourtant, Claude Autant-Lara qui n'est pas crédité au générique autrement que comme collaborateur technique, serait le véritable metteur en scène du film, surtout si l'on en croit le témoignage d'Arletty elle-même. Le récit très théâtral est porté par ses interprètes qui n'hésitent pas à cabotiner avec tout leur talent personnel avec des dialogues toujours savoureux qui confrontent deux registres : l'argot fleuri face au parisianisme bourgeois étriqué.
Le film prend un plaisir non dissimulé à représenter des gangsters des faubourgs aux grands cœurs, dans la continuité du réalisme poétique où la description des personnages portés par la fatalité de leurs conditions importent bien plus que la réalité sociologique de leur description. Pour aérer le dispositif théâtral, la balade dominicale à bicyclettes permet à la caméra de saisir des prises de vue en extérieur qui apportent une fraîcheur bien venue à la mise en scène.
Tout le film est porté par le trio d'acteurs et même si Fernandel dans son rôle d'imperturbable incrédule est le personnage principal auquel le spectateur est invité, pour sa probité, à s'identifier, Michel Simon vole à plusieurs reprises la vedette par ses propositions de jeu toujours inédites et surprenantes, en qualité d'anarchiste à la probité in fine salutaire. La moralité bourgeoise semble avoir le dernier mot comme l'entend le film de commande et pourtant il existe un dialogue qui tranche provenant de Jo, interprété par Michel Simon qui explique que les gangsters sont plus honnêtes que les prétendus braves gens qui se cachent derrière un métier respectable pour accomplir leurs menus fraudes régulières.
Sortant en édition DVD suite à une restauration 2K du film, c'est l'opportunité de découvrir la force des dialogues du cinéma français des années 1930 dans d'excellentes conditions de visionnage. En bonus, le court métrage J'ai quelque chose à vous dire de Marc Allégret avec Fernandel (1930, 21 min) permet de voir Fernandel dans l'une de ses premières prestations devant une caméra devant le réalisateur qui lui a ouvert les portes de l'industrie du cinéma : Marc Allégret.

 

 

61xlozsrpdl-sl1000
Fric-Frac
réalisé par Maurice Lehmann et Claude Autant-Lara (non crédité au générique)
Avec : Fernandel (Marcel, employé de la bijouterie Mercandieu), Michel Simon (Jo « les bras coupés »), Arletty (Loulou), Hélène Robert (Renée Mercandieu, la fille du bijoutier), Andrex (P'tit Louis), René Génin (M. Blain, le comptable de la bijouterie), Génia Vaury (La Grande Marie), Jacques Varennes (Tintin), Marcel Vallée (M. Mercandieu, le bijoutier)
France, 1939.
Durée : 105 min
Sortie en salles (France) : 15 juin 1939
Sortie France du DVD : 3 septembre 2019
Format : 1,33 – Noir & Blanc
Langue : français - Sous-titres : français pour sourds et malentendants.
Éditeur : Solaris classiques
Collection : Cinéma classique
Bonus :
Affiche originale
Diaporama
Bandes-annonces d'époque et récente
J'ai quelque chose à vous dire de Marc Allégret avec Fernandel (1930, 21 min)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.