Quand l'amour en crise devient le terreau de la résilience

Mario se retrouve seul avec ses deux filles adolescentes, après vingt ans de vie commune avec Armelle qui le quitte. La vie est dès lors devenue un chaos où il ne sait pas vivre sans celle qui occupait tant sa vie jusqu'ici.

"C'est ça l'amour" réalisé par Claire Burger © DR "C'est ça l'amour" réalisé par Claire Burger © DR
Sortie DVD : C'est ça l'amour de Claire Burger

Après la vitalité humaniste et cinématographique portée dans son premier long métrage Party Girl coréalisé avec Samuel Theis et Marie Amachoukeli, Claire Burger est de retour derrière la caméra en tant que réalisatrice, scénariste et monteuse en filmant le Forbach de son enfance, associant l'acteur professionnel Bouli Lanners bouleversant de subtile émotion à des acteurs qui jouent pour la première fois devant une caméra. Dans cette histoire inspirée de la sienne, Claire Burger tourne en outre dans la maison de son père pour convoquer et interroger en même temps les drames et blessures d'antan côtoyant l'amour familial. La réalisatrice met sur le même plan la crise socio-économique d'une ville, celle de l'adolescence et des premiers émois amoureux où se dessinent les premières sensibilités intimes et la crise d'un père dépassé par le départ subit de sa compagne de vie depuis deux décennies. Au montage comme au scénario, Claire Burger réussit un savant équilibre entre toutes ces dynamiques de récit pour montrer aussi que des crises se répondent, s'alimentent mais aussi permettent d'en oublier d'autres et poussent à un nouvel élan vital vers la résilience.
Chacun, marqué pas sa crise intérieure, peut entraîner des conduites néfastes sur l'autre mais chaque conduite est prise en considération dans sa globalité où personne n'est vraiment condamnable dans ses prises de position soudaine, qu'il s'agisse d'une ambiguïté homophobique et misogyne du père bien plus en désarroi dans le maintien de son intégrité profonde que réellement idéologue. C'est la force du personnage décrit dans toute sa riche complexité par Claire Burger et incarnée à travers une large palette de couleurs émotionnelles par Bouli Lanners. Rares sont au cinéma les prises en considération de la déflagration d'un événement socialement devenu banal, la séparation, sur l'équilibre au sein d'une famille. Si la mère veut aussi être une femme en quittant le foyer familial, le père est appelé lui aussi à écouter ses émotions et devenir un homme dans son intégrité personnelle rattachée aux liens forts qui jamais totalement le quittent.
Qu'est ce que l'amour lorsque le temps empoussière une relation ? Qu'est-ce que l'amour au moment des premiers émois ? Peut-on aimer sans être amoureux et qu'est-ce qu'être amoureux signifie ? Comment se cultive et s'entretient l'amour de soi inscrit dans une réalité géographique économiquement en crise ? À toutes ces questions, Claire Burger laisse en guise d'exploration introspective le témoignage de la réalisation de son film qui constitue un bel hommage à la beauté de la résilience dans toutes ses circonstances, familiales et sociales.

 

 

c-est-ca-l-amour-3760247207804-0
C'est ça l'amour
réalisé par Claire Burger
Avec : Bouli Lanners (Mario Messina, le père), Justine Lacroix (Frida Massina, la fille cadette), Sarah Henochsberg (Niki Massina, la fille aînée), Cécile Remy-Boutang (Armelle, la femme de Mario qui a repris sa liberté), Antonia Buresi (Antonia, la metteuse en scène du spectacle), Tiago Gandra (Tiago, l'éclairagiste du théâtre), Lorenzo Demanget (Nazim, le flirt de Niki), Gaëtan Terrana (Tony, la patron du bar), Célia Mayer (Alex, la copine de Frida), Yasmina Douair (Nadia, une collègue de Mario à la sous-préfecture), Laure Ballarin (la camionneuse agressive), Raymond Burger (l'ouvreur du théâtre), Charlotte Grévin (la petite danseuse), Pascale Consigny (la supérieure de Mario), Alfred Tyrakowski (Michel, le directeur du théâtre), Amar Bellai (un homme à la sous-préfecture), Joëlle Fauconnier (la femme à la sous-préfecture), Francesco Verna (l'Italien), Saadia Abou Dahab (la tante du père de Nazim), Sandra Brastenhoffer (la surveillante du musée), Nicolas Trinkwell (le professeur de musique)
France, 2018.
Durée : 98 min
Sortie en salles (France) : 27 mars 2019
Sortie France du DVD : 6 août 2019
Format : 2,39 – Couleur
Langue : français.
Éditeur : Blaq Out
Distribution : ESC Distribution

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.