Maya Deren ou l’art de la traversée du miroir au pas de danse

Dans cette édition Blu-ray de Re :Voir sont réunis 8 films de Maya Deren, cinéaste incontournable de l’expérimental aux USA qui a ouvert la voie poétique du cinéma indépendant.

"Meshes of the Afternoon" de Maya Deren © Re:Voir "Meshes of the Afternoon" de Maya Deren © Re:Voir
Sortie Blu-ray : The Maya Deren Collection

Huit films pour plonger dans la sphère unique de la cinéaste Maya Deren, qui livre dès 1943 avec Meshes of the Afternoon un rêve éveillé à la fois étrange, fantastique et cauchemardesque. Elle entre au cinéma en réalisant la synthèse des cinéastes de l’avant-garde française des années 1920 avec les expérimentations d’Abel Gance, Germaine Dulac, Luis Buñuel, René Clair. La grande révélation est cependant pour elle le cinéma de Jean Cocteau. La mythologie comme l’analyse des rêves éveillés sont invités au récit, ce qui ne manqua d’inspirer plus tard David Lynch dans ses premiers films. Maya Deren intervient sur le rythme en ralentissant les images et aussi en les arrêtant pour étudier de plus près la fascinante découverte de la composition et décomposition du mouvement. Les corps qui se déplacent et créent une chorégraphie qui se suffit à elle-même pour créer un récit filmique sont la matière de la plupart de ses films jusqu’à ses ultimes prises de vue à finalité anthropologique en Haïti où la danse occupe une part essentielle du film intitulé Divine Horsemen.
Cette édition proposant plus de trois heures de film ainsi que de nombreux bonus est une belle opportunité de plonger pleinement dans un univers hors du commun où les pas dansés sont peut-être la mise en scène clé pour entrer dans un autre monde. Il y a souvent dans les récits surréalistes de Maya Deren une analogie fréquente à Alice au pays des Merveilles où les appréhensions de l’univers mental du personnage principal se trouvent refléter. Ainsi, de Lewis Caroll, à la chorégraphie filmée (A Study in Choreography for Camera, 1945) invitant aussi bien le fantastique, la danse cosmique des astres (The Very Eye of Night, 1958) que la réalité magique et anthropologique filmée à Haïti, Maya Deren offre une véritable traversée du miroir où l’enfance invoquée implicitement requestionne la place des femmes dans des situations inquiétantes en quête de légitimité en société (At Land, 1944). L’art expérimental de Maya Deren invoque ainsi la puissance fantastique du réel par des mouvements de caméra et un montage singulier qui brisent les règles de la rationalité toute puissante.

 

 

the-maya-deren-collection-blu-ray
The Maya Deren Collection :
Meshes of the Afternoon (1943)
At Land (1944)
A Study in Choreography for Camera (1945)
Ritual in Transfigured Time (1946)
The Private Life of a Cat (1947)
Meditation on Violence (1948)
The Very Eye of Night (1958)
Divine Horsemen (1947-54, 1977)

 

Durée totale du coffret : 208 min
Format image : 1,33 - Noir & Blanc
Langue : anglais
Éditeur : Re:Voir

Bonus :
* Commentaires audio sur Divine Horsemen, Meditation on Violence, et Ritual in Transfigured Time par la spécialiste du cinéma Moira Jean Sullivan
* Commentaires audio sur At Land, Meshes of the Afternoon et The Very Eye of Night du commissaire de cinéma Thomas Beard
* Extraits jamais sortis des sessions d'enregistrement de la bande originale avec Teiji Ito sur Meshes of the Afternoon et The Very Eye of Night
* Invocation: Maya Deren (1987, un documentaire de Jo Ann Kaplan)
* Essais de cahier par la spécialiste du cinéma Moira Jean Sullivan
* Audio alternatif en français pour Divine Horsemen enregistré par Raymonde Carasco

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.