La guerre ne cesse jamais pour ses victimes

En 1923, Marcel est devenu sourd à la suite d’un traumatisme durant la Grande Guerre tandis que son frère Georges s’est réfugié depuis la fin de la guerre en Afrique pour fuir une guerre qui ne l’a pas quitté.

"Cessez-le-feu" d’Emmanuel Courcol © Le Pacte "Cessez-le-feu" d’Emmanuel Courcol © Le Pacte

Sortie DVD : Cessez-le-feu d’Emmanuel Courcol

Emmanuel Courcol est acteur et surtout coscénariste des films de Philippe Lioret. Cessez-le-feu est son premier long métrage en tant que réalisateur. Ce drame historique est avant tout un hommage, un siècle plus tard, aux milliers de sacrifiés de cette immonde guerre, inutile comme le sont toutes les guerres, de 1914-18. Boucherie lamentable où tous les progrès de l’humanité, des siècles de civilisation se sont illustrés dans un acharnement technologique à détruire l’autre. La guerre a beau être officiellement terminé au début des années 1920, lesdites années folles sont restées une impossibilité de vivre pour ceux qui sont revenus du front et qui n’ont pu retrouver leur « vie normale » d’avant guerre. C’est tout le cheminement de ces hommes que porte le personnage de Georges Laffont incarné lassivement par Romain Duris, qui fait son travail d’acteur sans davantage de conviction. Grégory Gadebois est quant à lui plus investi dans la recomposition psychologicohistorique et dès lors le scénario aurait dû lui donner davantage de place plutôt que de s’entêter à s’enfermer sur le personnage de premier plan incarné par Romain Duris. De même, l’histoire d’amour n’illustre pas toutes les difficultés d’aimer qui séparent les deux personnages. Il en résulte un film pétri de bonne intentions, sans inventivité mais avec un budget conséquent qui se laisse un peu trop voir dans ses reconstitutions tapageuses au détriment d’une investigation historique plus dense. Emmanuel Courcol se contente de rendre hommage sans remettre fondamentalement en cause les choix politiques et sociaux de l’époque, contrairement à ce qu’a pu faire de son côté Bertrand Tavernier dans ses films consacrés à la même période historique. Un film bien réalisé auquel il manque la perspicacité d’un regard et la personnalité d’une mise en scène.

 

 

courcol-feu
Cessez-le-feu
d’Emmanuel Courcol
Avec : Romain Duris (Georges Laffont), Grégory Gadebois (Marcel, le frère de Georges), Céline Sallette (Hélène, professeur de langue des signes), Maryvonne Schiltz (Louise, la mère de Georges), Wabinlé Nabié (Diofo), Julie-Marie Parmentier (Madeleine), Arnaud Dupont (Philippe), Yvon Martin (Fabrice), Armand Éloi (Debaecker), Fabrice Eberhard (Lavandier), Mathilde Courcol-Rozès (Angèle)
France, Belgique – 2017.
Durée : 99 min
Sortie en salles (France) : 19 avril 2017
Sortie France du DVD : 13 décembre 2017
Format : 1,85 – Couleur
Langue : français - Sous-titres : français.
Éditeur : Le Pacte
Bonus :
Making of en Afrique (27’)
« Cessez-le-feu : images du réel » : archives de la Grande Guerre montées par ECPAD

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.